Séminaire CINÉ08-19 – séance du 2 mars 2018

Maison des auteurs – SACD, 7 rue Ballu 75009 Paris, Auditorium

Manon Billaut, Docteure en Etudes cinématographiques à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle / IRCAV.

Elodie Tamayo, ATER et doctorante en Etudes cinématographiques à l’Université Paris 3- Sorbonne Nouvelle / IRCAV.

L’auteur de cinéma en question : les cas d’André Antoine et Abel Gance dans les années 1910-1920.

Encart promotionnel de la firme Pathé paru dans la revue Le Film, le 21 juillet 1917.

Corinne Lebel, SACD, responsable de la valorisation des collections patrimoniales

Pour une contribution à l’histoire du spectacle cinématographique en France 1908-1919 : présentation des ressources archivistiques de la SACD.

Séminaire CINÉ08-19 – séance du 2 février 2018

Centre national de la cinématographie, 22 rue de Galilée, Salle des Fresques, 1er étage.

Céline Ruivo (Cinémathèque française, directrice des collections films).

OFNI (objets films non identifiés) : vers une méthode d’identification.

Les collections films de la Cinémathèque française conservent comme tant d’autres archives des éléments dits non identifiés malgré le travail de catalogage. Ces films datent de la période du cinéma muet et ne contiennent pas de générique ou d’indice permettant de définir leur date de tournage ou la compagnie de production. La nationalité de ces films est souvent l’aspect le plus identifiable dans le travail de catalogage. Ces films que l’on surnomme en interne « OFNI » (objet film non identifiés), ne peuvent pas faire l’objet d’une pleine valorisation de par le simple fait que leur titre et/ou leur auteur est inconnu, et parfois ne subsiste aussi qu’un simple fragment. Nous sommes associés depuis plus de 3 ans maintenant au festival Mostly Lost qui se déroule annuellement aux archives de la Library of Congress et où se déroulent des projections en présence d’experts qui aident à identifier les films américains inconnus dans nos collections. Cette méthode d’identification a fait ses preuves puisque nous avons pu identifier grâce à ce festival plus d’une dizaine de titres. La communication du 2 février tendra à présenter une série d’exemples de films non identifiés qui nécessitent sans aucun doute des méthodes de recherche plus approfondies ou différentes et localiser par exemple les possibles historiens contemporains ou experts, qui pourraient contribuer à nos recherches.

Béatrice de Pastre (Centre national du cinéma et de l’image animée, directrice adjointe du patrimoine cinématographique, directrice des collections du CNC)

Les Visions d’Art à la salle Charras (décembre 1908-avril 1909) : restitution d’une expérience d’art total à partir des archives du Film d’Art.

De décembre 1908 à avril 1909 se tiennent salle Charras à Paris des séances d’un spectacle inédit : Les Visions d’Art. Composées de la récitation d’œuvres poétiques, de pièces dansées, de projection d’images fixes en couleurs et de films accompagnés de musiques originales spécialement composées, ces soirées constituent des expériences d’art total. Le Film d’Art inaugure ainsi les premières tentatives scéniques de légitimation du cinéma en tant qu’art.

André Calmettes, L’assassinat du duc de Guise, 1908 (© CNC)