Séminaire Ciné08-19: séance du 31 janvier 2020

Au programme de cette première séance de l’année 2020 ?

«  La réception de “l’école américaine” avant Forfaiture en France » par Christophe Gautier et Marion Polirsztock.

C’est, en 1916, à la faveur de la « découverte » du cinéma américain que l’on date traditionnellement l’entrée en cinéphilie de toute une génération de critiques et de futurs cinéastes, au premier rang desquels figurent Colette, Louis Delluc, Marcel L’Herbier ou d’autres. Tout se passe alors comme si rien d’antérieur n’avait existé. Mais comme on le sait, derrière les « découvertes » se masquent souvent des constructions culturelles. Or dès 1908 la Vitagraph ouvre un bureau à Paris pour y louer ses films. S’il demeure peu de traces de l’activité d’autres sociétés américaines de la période (Biograph, Bison, Essanay, Kalem, Selig, etc.), les productions de la Vitagraph semblent avoir laissé une empreinte durable, remarquée vers 1911-1912 tant par Victorin Jasset, que par Kress ou Yhcam-Demachy. Que peut-on dire par conséquent de la diffusion en France de cette « école américaine » avant la Grande Guerre ?

Membre du consortium Ciné08-19, Christophe Gauthier est professeur d’histoire du livre et des médias à l’époque contemporaine à l’Ecole nationale des chartes (Université PSL), membre du Centre Jean-Mabillon (EA 3624) et chercheur associé à l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS). Il enseigne également à l’Ecole du Louvre et à l’INA et il co-anime depuis 2000 le séminaire « Histoire culturelle du cinéma ». Il a co-dirigé plusieurs ouvrages, dont Histoires d’O. Mélanges d’histoire culturelle offerts à Pascal Ory (avec Laurent Martin, Julie Verlaine et Dimitri Vezyroglou, Publications de la Sorbonne, 2017), ainsi que Patrimoine et patrimonialisation du cinéma (avec Marie Frappat, Natacha Laurent, Ophir Levy et Dimitri Vezyroglou, Ecole des chartes, 2020).

Marion Polirsztok est maîtresse de conférences en études cinématographiques à l’Université de Rennes 2. Ses recherches portent sur l’histoire et l’esthétique du cinéma muet américain, sur lequel elle a publié Action, Spectacle, idée. Formes du cinéma muet américain (Mimésis, 2017). Elle prépare actuellement la traduction et l’édition critique de L’Art de faire des films de Victor Oscar Freeburg (1918). Elle co-anime l’atelier « Exotismes en champ-contrechamp dans le cinéma de fiction » avec Amandine D’Azevedo, Térésa Faucon et Anne Kerlan (Paris 3/EHESS).

La séance se déroulera de 16h à 19h à la Maison de la recherche de la Sorbonne nouvelle – Paris 3 (4 rue des Irlandais, 75005 Paris), en salle Claude Simon.

Appel à communication – Colloque final Ciné08-19 les 7, 8 et 9 avril 2021 au CNC

Le 8 octobre 2019, nous avions le plaisir de lancer l’appel à communication du Colloque international final de Ciné08-19.

Aujourd’hui, nous sommes en mesure de vous préciser les dates et le lieu : les mercredi 7, jeudi 8 et vendredi 9 avril 2021 au Centre national du cinéma et de l’image animée, 291 boulevard Raspail, 75014 Paris.

L’appel à communication complété de ces deux informations est téléchargeable en PDF grâce au lien ci-dessous.

Le Ciné-Théâtre Girondin : un cinéma de quartier des premiers temps [1]

État des lieux

Partir en quête des premières salles de cinémas dans la Ville est un défi lancé au temps : faire l’histoire de lieux en prise avec des espaces urbains en constante évolution. Le risque est grand pour que bon nombre de ces espaces de projection ne soient plus que de lointains souvenirs n’ayant laissé que fort peu de traces dans la géographie urbaine contemporaine, d’autant plus quand notre intérêt porte sur des cinémas apparus dans les deux premières décennies du XXe siècle. Tel est le cas de Bordeaux où une cartographie des salles se dessine dès les années 1910 avec l’apparition de premiers quartiers de cinéma, disséminés dans le centre et en périphérie.

Continuer la lecture

Journée d’étude sur le marché des films en France dans les années 1910 à l’Université de Lorraine

Ce 22 novembre se tiendra une journée d’étude sur le marché des films en France dans les années 1910.

Cette journée est organisée dans le cadre de la participation du groupe Arts et Industries culturelles (2L2S) au projet Ciné08-19. Conformément à l’objectif de l’ANR Ciné08-19, la rencontre sera l’occasion d’appréhender une période peu étudiée de l’histoire du cinéma à partir d’une thématique elle-même négligée. La reconstitution du marché des films est le préalable nécessaire à toute histoire du cinéma mais elle est rendue difficile, en France notamment, pour les périodes antérieures à la mise en place du service des contrôles des recettes en 1943, et à celles du développement des annuaires professionnels du cinéma au début des années 1920. Elles présupposent donc, entre autres, des études monographiques. L’orientation privilégiée à Metz d’une sociologie de la qualité artistique veut y contribuer. L’étude du marché des films dans la France des années 1910 est une manière d’observer la consommation des films, l’émergence du feature film comme film de qualité et le développement du cinéma comme traduction technique du théâtre.

Le Film, 15 avril 1919 

Au programme ?

9h00-9h30 : Accueil des participants

9h30-9h45 : Présentation de la journée

9h45-12h00 : Première partie : Méthodes et études de cas. Président de séance : Laurent Véray (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3)

  • 9h45-10h30 : Laurent Le Forestier (Université de Lausanne) : Marché(s) et modes de consommation des films en France avant 1914 – considérations méthodologiques
  • 10h30-11h15 : Colin Baldet (École Nationale des Chartes) : L’exploitation cinématographique et la circulation des films à Bordeaux (1907-1919)
  • 11h15-12h00 : Pierre Stotzky (Université de Lorraine) : Entre unification culturelle et différences nationales : le marché des films à Metz et à Nancy au début des années 1910

12h15-14h15 : Pause-repas

14h30-16h45 : Seconde partie : Marché, formats et expérience. Président de séance : Fabrice Montebello (Université de Lorraine)

  • 14h30-15h15 : Donald Sassoon (Queen Mary University) : Le cinéma : construire sur le passé
  • 15h15-16h00 : Gerben Bakker (London School of Economics) : The Long 1910s and the Origins of the Quality Race in Feature Film Production
  • 16h00-16h45 : Jean-Marc Leveratto (Université de Lorraine) : Le mélodrame et la formation du marché cinématographique français

16h45-17h00 : Conclusion

Le Film, 15 avril 1919 

La journée d’étude se déroulera à l’Université de Lorraine, Amphithéâtre 3, Bâtiment Simone Veil, sur l’Île du Saulcy, point n°13 sur le plan ci-dessous.

Parution de “Avènement d’une culture visuelle de guerre. Le cinéma en France de 1914 à 1928” de Laurent Véray

Nouvelles éditions Place – 2009 – 539 p. – 29 euros

La Grande Guerre est le premier conflit de l’histoire largement « médiatisé » par les images fixes et animées. L’ampleur de l’événement et le rôle du cinéma dans la société moderne donnent une nouvelle dimension à cette production visuelle qui tend à s’institutionnaliser. Son objectif est autant d’informer et de divertir les contemporains que de constituer des archives pour le futur. Aujourd’hui encore, ce sont ces archives qu’utilisent les réalisateurs de films historiques, trop souvent sans les interroger.

Aux côtés des images prises sur le vif, les fictions patriotiques sont elles-aussi nombreuses et mettent en scène l’héroïsme des combattants et le soutien sans faille des femmes. Ces films restent influencés par des représentations culturelles plus anciennes alors que les actualités paraissent plus véridiques. Or, la vérité documentaire est mise en tension par la violence extrême des affrontements. Au-delà des interdictions et des reconstitutions, c’est aussi par leur suggestivité que des images audacieuses, décalées ou insolites traduisent autrement la réalité des faits, la souffrance des hommes et les désastres de la guerre.

En s’appuyant sur un corpus riche et varié, ce livre retrace les usages du cinéma entre 1914 et 1928. Il analyse la place de la presse filmée, des documentaires et des fictions de guerre en France. En les situant dans leur contexte social, nous saisissons mieux leurs spécificités et leur évolution. On peut alors parler de l’avènement d’une culture visuelle de guerre.

Le Monde est le premier des quotidiens à en rendre compte, sous la plume d’Antoine Flandrin.

Le Monde – 8 novembre 2019

L’émission radiophonique de Xavier Mauduit, Le cours de l’histoire sur France Culture, est la première à en rendre compte. Vous pouvez l’écouter ici.

Le cours de l’histoire – France Culture – 11 novembre 2019

Découvertes du cinéma muet italien dans les collections du CNC

La collection films du CNC présente un grand nombre de copies italiennes uniques, de genres cinématographiques variés. Elle est encore riche d’énigmes et de véritables curiosités qu’il conviendra d’examiner sous un jour nouveau. Les non fictions consacrées à la Première Guerre Mondiale en Italie, dont celles du célèbre réalisateur Luca Comerio, croisent des films de voyage allant de la Sicile au Pôle Nord, ou encore les longs métrages mythiques, aujourd’hui encore totalement méconnus, interprétés par la sulfureuse Italia Almirante : Femmina (Augusto Genina, 1918), L’ombra (Mario Almirante, 1923). Avec émotion, on y découvre les premières bandes italiennes, tournées entre 1897 et 1899, mettant en scène le transformiste Leopoldo Fregoli. Celui-ci ouvre la voie aux champions du burlesque cisalpin : Cretinetti (André Deed, d’origine française) et Polidor (Ferdinand Guillaume), flirtant avec un surréalisme délirant. La comédie tardive que Polidor interprète en 1921 aux côtés de l’aventurière Astrea, véritable maciste au féminin, offre un bel exemple de transformation des rôles habituellement assignés aux actrices (L’ultima fiaba / L’ultima avventura di Astrea e Polidor, 1921). Les films d’aventure avec le sensationnel Emilio Ghione (Il circolo nero, 1913) prennent place aux côtés des films prestigieux de la Film d’Arte Italiana tels que Phèdre (1910) ou Una tragedia alla corte di Milano (1912). Ce dernier met en scène l’un des plus fameux tandems d’acteurs-réalisateurs de l’histoire du cinéma italien, les divi Francesca Bertini et Gustavo Serena, dans une histoire d’adultère et de rivalité amoureuse. On trouve aussi dans cette collection des films inclassables où le théâtre occupe une place centrale, comme dans Cuor di poeta (Edoardo Bencivenga, 1913), qui raconte les vicissitudes d’une petite troupe itinérante qui tente de monter sur scène Tosca de Victorien Sardou et voit, par surprise, l’auteur venir assister à la représentation de son œuvre.

Continuer la lecture

Journées d’études #2 Reseed : « Créer et transmettre : la fabrique numérique du patrimoine » (17-18 oct. 2019)

Le projet ReSeed (Retro-conception SémantiquE d’objEts patrimoniaux Digitaux) organisait pour sa deuxième année consécutive deux journées d’études, le 17 et 18 octobre 2019 à l’Observatoire de Paris, autour des enjeux suivants : « Créer et transmettre : la fabrique du patrimoine ». Elles furent l’occasion de présenter le projet ANR Ciné 08-19, en particulier notre futur portail de ressources numériques, et d’enrichir notre réflexion à propos de l’élaboration de cet outil numérique.

Cette deuxième édition s’est intéressée à questionner les pratiques historiographiques et patrimoniales par la présentation d’un panorama de projets numériques menés à différentes échelles et par des acteurs variés (industriels, ingénieurs, chercheurs, chef de projet numérique, etc). Pour cette édition une attention particulière a été portée aux projets traitant :

  • Archives orales et numérique
  • Numérisation 3D et Réalité Virtuelle
  • Conservation digitale d’archives hétérogènes
  • Sauvegarde numérique des connaissances et artefacts

Ces interventions ont donné lieu à de riches échanges sur ces enjeux-là, notamment : comment conserver numériquement des données et des archives hétérogènes par leur nature, leurs contenus et leurs métadonnées ? Sous quelle(s) forme(s) ? Quels dispositifs de médiation mettre en place pour exploiter et valoriser ces données ?

En guise d’exemple, la présentation De l’inventaire à la Base de données européenne, Sigilla, six années d’expérience par Philippe Jacquet était particulièrement intéressante par rapport à nos préoccupations. Sigila est un projet de recherche sur les sceaux médiévaux qui réunit plusieurs partenaires académiques et institutionnels. Face à la diversité des sources (iconographie, héraldique, diplomatique), des lieux de dépôts et de conservation, et l’hétérogénéité des pratiques liées aux sceaux, tout l’enjeu de ce projet consistait en : la création d’une base de données qui réunisse toutes ces métadonnées et données hétérogènes ; la création d’un outil numérique de visualisation de ces données (notice des sceaux, recherche par l’image, etc.).

Le détail des interventions est à retrouver sur la page du projet ReSeed.

Colloque Charlie Chaplin les 5 et 6 décembre 2019 au Musée d’arts de Nantes

A l’occasion de l’exposition “Charlie Chaplin dans l’œil des avant-gardes”, l’Université Paris 1 (Institut Acte) et le Musée d’art de Nantes organisent un colloque sur Charlie Chaplin les jeudi 5 et vendredi 6 décembre 2019.

Ce colloque se propose de questionner le dialogue et les porosités entre le travail de Charlie Chaplin et les œuvres de ses contemporains en quatre demi-journées au travers des quatre thématiques développées dans l’exposition : l’homme machine, la poétique du monde, le spectacle mis en abyme et l’absurdité de l’histoire.

Une quinzaine de spécialistes d’art, de cinéma et de littérature, s’exprimeront, en français et en anglais, pour livrer leurs recherches sur ce dialogue entre les arts.

Charlie Chaplin, Charlot boxeur + Claude Cahun, I am in training, Don’t kiss me [Je m’entraîne, ne m’embrassez pas], vers 1927, Musée d’arts de Nantes © Musée d’arts de Nantes

Au programme du jeudi 5 décembre 2019

• 09h30 : Accueil des participants

• 10h00 : Sophie Lévy Musée d’arts de Nantes
Mot d’accueil

• 10h15 : Claire Lebossé Musée d’arts de Nantes et José Moure Université Paris I / Institut ACTE
Introduction

• 10h45 : José Moure Université Paris I / Institut ACTE
Charlot, la mécanique et ses lois

• 11h30 : Pause

• 11h45 : Ono Hiroyuki Chaplin Society (Japon)
Chaplin’s City Lights in early 20th century and modern day Kabuki theatre *

• 12h30 : Maximilien Theinhardt Cité de la musique
« Sing!! Never mind the words. » : Chaplin, dada et le charabia

• 13h15 : Pause déjeuner

• 14h30 : Christophe Viart Université Paris I
Une logique de camouflage

• 15h15 : Sylvain Louet Université Paris III / IRCAV
Objets rebus ou rébus d’objets ? Des fables de la capture à la figure de l’artiste en ready-made

• 16h00 : Pause

• 16h15 : Carole Aurouet UPEM / IRCAV
Charlie Chaplin sous la plume du surréaliste Robert Desnos

• 17h00 : Nathalie Gillain Université de Saint-Louis (Belgique)
Un modèle de création subversif pour Henri Michaux, poète et peintre

• 18h30 : Visite de l’exposition Charlie Chaplin dans l’œil des avant-gardes par Claire Lebossé, commissaire.
Sur inscription, dans la limite des places disponibles.

Au programme du vendredi 6 décembre 2019

• 09h00 : Accueil des participants

• 09h30 : Laurent Véray Université Paris III
Pastiches et parodies de l’œuvre de Chaplin en France durant les années 1910-1920

• 10h15 : Emmanuel Dreux Université Paris VIII
Chaplin années 20 : autoportrait du cinéaste en artiste (d’avant-garde ?)

• 11h00 : Pause

• 11h15 : Adolphe Nysenholc
Un clown en star des arts : Chaplin

• 12h00 : Cécile Gornet Université Paris I
Shoulders arms (Charlot Soldat, 1918)
La résistance poétique du cinéma à l’épreuve de la Grande Guerre

• 12h45 : Pause déjeuner

• 14h30 : Lisa Stein-Haven Zanesville University (États-Unis)
« The canonization of the commonplace » : Understanding the visual vernacular of Charlie Chaplin in Walker Evans *

• 15h15 : Kate Guyonvarch Chaplin Office
Bali, le premier projet de film parlant de Chaplin – son contexte politique et artistique

• 16h00 : Pause

• 16h15 : Michelle Clayton Brown University (États-Unis)
Transculturating Chaplin *

• 17h00 : Morgane Jourdren Université d’Angers
Un petit homme au cœur d’une vision avant-gardiste du monde

Colloque gratuit et ouvert à tous sur inscription à partir du 21 octobre 2019. Toutes les informations pratiques ici.

Séminaire Ciné0819 : séance du 11 octobre

Retour en images sur la dernière séance de l’année qui s’est tenue vendredi 11 octobre 2019 à la Maison de la recherche de l’Université Paris III-Sorbonne nouvelle (4, rue des Irlandais).

La première partie de la séance, présentée par Emmanuelle Champomier, portait sur « La presse cinématographique française de 1908 à 1919 : genèse, essence et évolution » :

La deuxième intervention était consacrée au « Cinéma dans les revues littéraires et artistiques entre 1908 et 1919 », faite à deux voix par Laurent Véray, et Carole Aurouet :