La séance du séminaire ANR Ciné08-19 du 21 juin 2019 à l’UPEM

Le vendredi 21 juin 2019, une nouvelle séance du séminaire Ciné08-19 s’est tenue à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, sur le site de la Centrif’.

Carole Aurouet (UPEM) a proposé une communication d’une heure sur la mise en abîme du cinéma dans les fictions en France de 1908 à 1919. Si le cinéma dans le cinéma est un sujet bien appréhendé pour la période hollywoodienne, il ne l’est en revanche que très peu entre 1908 et 1919 en France. Pourtant, cette mise en abîme est fréquente : 83 films de fiction ayant été exhumés à cette date pour ces onze années. Ce copieux corpus constitue une matière passionnante dont l’analyse permet de mettre en exergue trois points saillants : une valeur testimoniale qui contribue à éclairer l’histoire du cinéma, un processus habile de valorisation, donc d’institutionnalisation, et la question d’une stratégie auto-promotionnelle délibérée.


Laurent Véray (Sorbonne nouvelle – Paris 3) est ensuite intervenu, durant une heure également, sur les lettres et les mots reçus par Musidora. L’examen de la carrière de Musidora, entre 1915 et 1919, montre que le processus d’identification à une actrice, sur lequel repose le cinéma populaire hollywoodien, était déjà présent en France au milieu des années 1910. Après ses rôles de femme gangster dans Les Vampires (1915) et Judex (1917) de Louis Feuillade, sa célébrité ne cessa de grandir. Une jeunesse tomba toute entière amoureuse de la sulfureuse Irma Vep, écrira plus tard Louis Aragon. De la scène à l’écran, du mélodrame patriotique au serial à la mode, on reconnaît son style de jeu, son allure, sa mimique, sa sensualité effrontée. Cela aboutit en pleine guerre à la construction d’une forme de vedettariat unique en son genre. Une source exceptionnelle d’environ 300 lettres récemment retrouvées atteste d’un succès public hors du commun. Ces lettres adressées à Musidora, par un public essentiellement masculin, disent combien son impact fut alors considérable, à l’avant comme à l’arrière du front.

Quatre panneaux de l’exposition montée à l’occasion du Festival du Film de Compiègne 2018, « Musidora, naissance d’une star dans la Grande Guerre », étaient installés dans la salle de conférence. Cette exposition, inaugurée le samedi 20 octobre 2018 à 16h30 à la Bibliothèque Saint-Corneille de Compiègne, avait été conçue et réalisée sous la direction de Laurent Véray, Marién Gómez Rodriguez (Doctorante/IRCAV/Membre du groupe élargi de Ciné08-19), Antoine Torrens et Sophie Davril (Bibliothèques de Compiègne). Avec le concours actif de Marie-Claude Cherqui, petite-nièce de Musidora ; Annelise Gavoille, Sylvain Letailleur et Maria Hermelin Vélez de l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3 ; Frédéric Bonnaud, Joël Daire, Sophie Hébert, Bertrand Kerael, Isabelle Regelsperger, Régis Robert, Véronique Rossignol et Cécile Touret (Cinémathèque française) ; Emannuelle Toulet, Alain Durel et Yannick Grandcolas (Bibliothèque historique de la ville de Paris) ; Corine Faugeron, Mélanie Hérick et Manoela Padoan (Musée Gaumont) ; Alain Dupart et l’association des Amis de Musidora.

La séance de ce séminaire a été filmée intégralement et sera diffusée prochainement sur ce carnet de recherche. De plus, un court sujet réalisé par l’équipe de la Centrif’ est en cours de montage.

La matinée s’est terminée autour d’un buffet dans la salle de co-working, permettant ainsi de poursuivre de manière conviviale les discussions engagées.


Merci à toutes et à tous pour votre présence ! Merci à toutes celles et tous ceux qui ont contribué à la tenue de cette journée !

Le séminaire prend ses quartiers d’été jusqu’à septembre. Le programme sera très bientôt mis en ligne.

La dernière séance de l’année universitaire du séminaire itinérant Ciné08-19

La dernière séance de l’année universitaire du séminaire itinérant Ciné08-19 se tiendra demain à l’UPEM, sur le site de la Centrif’. Pour le programme complet, voir le billet du 28 mars.

Tout est prêt pour vous accueillir.

Des panneaux Ciné08-19/UPEM/Centrif’ vous guideront entre la station Noisy-Champs du RER A et le site de la Centrif’.

Lumière sur une société méconnue des années 1910 – Eclipse… deuxième !

 

Le vendredi 5 avril 2019 à 18h30 et 20h45, en collaboration avec la Cinémathèque française, deux séances du cycle “Fenêtre sur les collections” ont été consacrées par Ciné08-19 à la société de production Éclipse (voir notamment les posts des 8 et 29 avril 2019).

Le vendredi 12 juillet 2019 à 18h30 et 21h, se tiendront deux nouvelles séances consacrées à Éclipse. Ces deux séances, qui seront présentées à nouveau par Emmanuelle Champomier et Laurent Véray, entendent faire (re)découvrir les films de cette firme méconnue, qui a œuvré de 1906 jusqu’au début des années 1920. Société cinématographique parmi les plus importantes de l’époque, à la suite de Pathé, Gaumont et Éclair, Éclipse diversifie sa production suivant le modèle de ses consœurs et propose aussi bien des drames (Mères françaisesBouclette) que des séries comiques (ArthèmeMaud), des documentaires ou des actualités de guerre. Exceptionnellement, lors de ces deux séances, seront projetés des films provenant d’autres collections que celles de la Cinémathèque, le projet Ciné08-19 se fondant sur un partenariat entre chercheurs universitaires et représentants de plusieurs institutions patrimoniales (CNC, La Cinémathèque française, ECPAD, Musée Albert-Kahn).

 

Au programme de la séance du vendredi 12 juillet à 18h30 ?

 

Arthème opérateur

Ernest Servaès

France / 1913 / 8 min / 35mm / INT.FR.

Avec Ernest Servaès.

Arthème lit une petite annonce dans le journal : une salle de cinéma recherche un opérateur. Malgré son inexpérience, Arthème passe un entretien avec le directeur et est engagé. Les spectateurs vont alors assister à une séance des plus chaotiques.

Arthème opérateur

 

L’Industrie à Bornéo

Anonyme

France / 1909 / 10 min / DCP / INT. FR.

Enchaînement de vues documentaires de divers lieux et activités sur l’île de Bornéo.

 

À bord d’un cuirassé d’escadre

Anonyme

France / 1917 / 5 min / Vidéo / INT. FR.

À l’armée navale d’Orient, l’entraînement intensif des équipages est de règle à bord de tous les bâtiments.

 

Mères françaises

Louis Mercanton, René Hervil

France / 1917 / 74 min / 35mm / INT. FR.

Avec Sarah Bernhardt, Gabriel Signoret, Berthe Jalabert.

Une mère perd d’abord son fils puis son mari dans les tranchées françaises de la Première Guerre mondiale. Elle se dévoue à la cause française en venant en aide aux blessés de guerre.

Publicité parue dans “Le Film”, n°47, 5 février 1917

 

Au programme de la séance du vendredi 12 juillet à 21h ?

 

Autour de Tracy-le-Val

Anonyme

France / 1915 / 10 min / Vidéo / INT. FR.

 

La Bataille de Champagne. Fin septembre 1915

Anonyme

France / 1915 / 10 min / Vidéo / INT. FR.

 

La Fête des zouaves présidée par les généraux Sarrail et Bailloud

Anonyme

France / 1916 / 7 min / Vidéo / INT. FR.

 

De la Jungfrau à Interlaken

Anonyme

France / [1913] / 7 min / DCP / INT. FR.

Montage de plusieurs films de la société Éclipse consacrés aux villes et monuments des bords du lac de Thoune en Suisse.

 

Maud clubman

René Hervil

France / 1914 / 15 min / DCP / INT. FR.

Avec Miss Campton, René Hervil.

Robert, le mari de Maud, se rend à Paris pour affaires. Soupçonneuse, Maud décide de le suivre pour garder un oeil sur lui.

 

Bouclette

Louis Mercanton, René Hervil

France / 1918 / 32 min / DCP / INT. FR.

D’après le scénario L’Ange de minuit de Marcel L’Herbier.

Avec Gaby Deslys, Signoret, Harry Pilcer.

Bouclette, jeune ouvrière parisienne, mène une vie de misère. Le soir du réveillon de Noël, elle trouve refuge chez Bernin, un renommé et charitable mime.

Film incomplet, unique fragment subsistant à ce jour.

 

A très bientôt !

 

Parution : “Réalités (in)visibles. Autour d’Albert Kahn, les archives de la Grande Guerre” sous la direction de Valérie Perlès et Anne Sigaud

Vient de paraître : Réalités (in)visibles. Autour d’Albert Kahn, les archives de la Grande Guerre, sous la direction de Valérie Perlès et Anne Sigaud, Paris, Bernard Chauveau édition/Musée départemental Albert-Kahn, 2019, 287 p., 34 euros.

Regards croisés sur les collections de photographies en couleurs et de films en noir et blanc de la Première Guerre mondiale, constituées par Albert Kahn et conservées au musée départemental qui porte son nom. Entre 1909 et 1931, le banquier humaniste a investi une grande part de sa fortune dans un projet encyclopédique pour rassembler ces fonds concernant la Grande Guerre (©Electre 2019).

L’ouvrage est structuré en quatre chapitres : 

  • A l’arrière, pour la nation
  • Sur le terrain, des productions partagées
  • Questions de forme
  • Préparer l’histoire

Il propose aussi un dossier final sur l’héritage de la Grande Guerre.

Avec des contributions de :

  • Annette Becker
  • Joëlle Beurier
  • Nathalie Boulouch
  • Teresa Castro
  • Emmanuelle Devos
  • Benjamin Doizelet
  • Mathilde Falguière
  • Caroline Fieschi
  • Nicolas Ginsburger
  • Véronique Goloubinoff
  • Ronan Guinée
  • Claire Maingon
  • Valérie Perlès
  • Anthony Petiteau
  • Anne Sigaud
  • Valérie Tesnière
  • Gabrielle Touret
  • Laurent Véray
  • Jay Winter

La page de l’éditeur est consultable en cliquant ici.

« Suzanne et Théophile Pathé, deux pionniers de la cinématographie franco-allemande » au programme de la séance du séminaire du 17 mai 2019

Souvenir photographique de la dense et captivante séance du séminaire ANR Ciné08-19 du 17 mai 2019 : « Suzanne et Théophile Pathé, deux pionniers de la cinématographie franco-allemande » par Sabine Lenk (chercheuse PostDoc “B-magic”/Université libre de Bruxelles/CiAsp et Université d’Anvers/Research Center for Visual Poetics) et Frank Kessler (Professeur/Université d’Utrecht/ICON).

Lors de cette séance, Sabine Lenk et Franck Kessler nous ont livré en exclusivité les résultats de plus de quatre ans de recherche dans des fonds publics et privés, avec une démarche exemplaire au niveau méthodologique.

Frank Kessler

A noter la récente parution de Machines. Magie. Médias dirigé par Frank Kessler, Jean-Marc Larrue et Giusy Pisano aux Presses Universitaires du Septentrion (2018, 482 p.).

*

La prochaine séance du séminaire ? Le 21 juin 2019 à 9h30 à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, sur le site de la Centrif’. Vous pouvez vous inscrire ici

Souvenirs photographiques de la Séance Ciné d’époque Ciné08-19 à l’Auditorium du Louvre

Le 17 mars 2019 s’est tenue à l’Auditorium du Louvre la reconstitution d’une séance de projection typique des années 1916-1919 élaborée à partir de programmes d’époque retrouvés dans les archives.

Comme il y a 100 ans, les films étaient accompagnés au piano par des musiques classiques ou des improvisations. Des attractions complétaient le spectacle : poème, chansons, airs d’opéra, numéros d’acrobatie et de jonglerie, le tout accompagné par un bonimenteur.

Retour en images sur cette Séance Ciné d’époque qui a réuni plus de 350 spectateurs.

Pascale Raynaud – programmatrice cinéma à l’Auditorium du Louvre et Laurent Véray – porteur du projet ANR Ciné08-19

 

Noliv’ – jongleur monocycliste – et Jean-Paul Farré – comédien bonimenteur

 

Magali Goimard – piano et programmation musicale -, Alyssa Aït Hammou – violoniste – et Roselyne Martel Bonnal – soprano

 

Roselyne Martel Bonnal – soprano

 

Squat Cats Jazz Band, Pierre Cholley, Magali Goimard, Alyssa Aït Hammou, Roselyne Martel Bonnal, Noliv’, Roselyne Martel Bonnal, La Main s’affaire, Jean-Paul Farré

Reconstitution de Laurent Véray, à partir des travaux de l’équipe du projet ANR Ciné08-19.

Avec l’Ensemble Duruflé
Magali Goimard, piano, programmation musicale
Pierre Cholley, piano, improvisations
Roselyne Martel Bonnal, soprano
Alyssa Aït Hammou, violoniste

Jean-Paul Farré, comédien bonimenteur

Squat Cats Jazz Band
La Main s’affaire, acrobates
Noliv’, jongleur, monocycliste

Avec le concours du CNC, de Gaumont-Pathé-Archives, de la Cinémathèque française, du Musée Albert-Kahn et de l’ECPAD.

Spectacle “Après la guerre” à l’Orangerie de Sceaux

Le Département des Hauts-de-Seine a consacré un sujet au spectacle “Après la guerre” présenté le 18 avril 2019 à l’Orangerie de Sceaux.

Il sʼagit d’un projet original créé à partir du film intitulé En dirigeable sur les champs de bataille (1919 ; muet avec intertitres, 66 min), des collections des Archives de la Planète, version restaurée par le CNC.

Conception : Laurent Véray

Création électro-acoustique : Martin Wheeler 

Texte et récit : Jean Rouaud

Avec le soutien financier de la Mission du centenaire et du département des Hauts-de-Seine.

Orangerie de Sceaux

Commandé par le Service cinématographique de lʼarmée et le banquier Albert Kahn, ce film a été tourné par Lucien Le Saint et Camille Sauvageot entre mars et août 1919. Pris dʼun ballon dirigeable (un zodiac de la Marine), il montre dʼen haut, sous la forme dʼun long plan séquence, les stigmates de la Première Guerre mondiale. Une guerre démesurée à peine achevée. Il est constitué de vues enregistrées de Nieuport jusquʼà Reims et sa cathédrale monumentale, en passant par d’autres villes belges ou françaises, toutes ou partiellement détruites. Si l’on ajoute les rushes non montés, le film montre presque la totalité du front occidental. Lʼobjectif était de constituer une archive du champ de bataille après la fin des hostilités, un témoignage oculaire avant les travaux de reconstruction et de remise en culture de la zone rouge. Ce document exceptionnel était aussi conçu comme une preuve visuelle, une pièce à conviction dans la perspective de lʼattribution dʼindemnités à la France et à la Belgique pour dommages de guerre lors dʼun procès de lʼAllemagne qui nʼaura pas lieu. Le résultat est une empreinte unique, une sorte de carte géographique mobile qui montre lʼampleur du désastre provoqué par lʼarmement moderne et industriel. Rien ne subsiste en effet dans cette vaste étendue mélancolique, hormis des ruines, des tranchées, des trous dʼobus et des forêts dévastées. Aux yeux des contemporains qui découvrirent le film dans les cinémas, la vision en mouvement de ce paysage paisible constitua probablement un choc émotionnel intense car elle dévoilait en quelque sorte un immense cimetière.

À partir de la restauration numérique du film de 1919 entreprise par le CNC, l’historien du cinéma Laurent Véray a imaginé un dispositif proche de l’installation vidéo en lui associant l’esthétique d’une quarantaine de plaques autochromes de la guerre. Les deux médiums servaient à l’époque à des projections pour accompagner les conférences des Archives de la Planète. Martin Wheeler, compositeur de musique de film, César de la meilleure musique originale en 2014 pour Michael Kohlhass, et l’écrivain Jean Rouaud, Prix Goncourt en 1990 pour Les Champs d’honneur, ont été inspirés par En dirigeable sur les champs de bataille. Le premier livrera une improvisation électro-acoustique, alors que le second lira un texte de lui inédit. Ce dispositif plastique, musical et littéraire révélera en quelque sorte la valeur hypnotique et suggestive du film d’origine, sa puissance spectrale. Présenté dans un lieu exceptionnel, au milieu des sculptures de la galerie de l’Orangerie de Sceaux, il invitera les spectateurs dʼaujourdʼhui à une autre histoire, celle du regard. Comme une ombre portée sur le cataclysme humain que fut la Première Guerre mondiale.

Maud cambrioleur (René Hervil, Éclipse, 1915)

Le 5 avril dernier à la Cinémathèque française, deux séances du cycle « Fenêtre sur les collections » ont été consacrées à la société de production Éclipse (voir billet du 8 avril). Le premier film projeté lors de cette soirée a été Maud cambrioleur, réalisé par René Hervil en 1915.

LES SÉRIES COMIQUES FRANÇAISES ET LA SÉRIE MAUD

À la suite de ses consœurs Pathé et Gaumont, qui ont inauguré le genre avec des personnages comme Boireau, Dranem, Rigadin ou Max pour la première, et Roméo, Calino ou Bébé pour la deuxième, Éclipse se lance dans la production de séries comiques au début de l’année 1910, d’abord avec le personnage de Cri-Cri interprété par Paul Bertho, puis suivent Arthème, Godasse ou encore Polycarpe pour les plus connus.

La série Maud constitue l’une des rares séries comiques de l’époque à mettre en scène un personnage principal féminin. Continuer la lecture

Séminaire Ciné0819 – séance du 17 mai

Université Paris III-Sorbonne nouvelle, Maison de la recherche, Salle du Conseil

4 rue des Irlandais 75005 Paris, de 16 h à 19h.

 

Suzanne et Théophile Pathé, deux pionniers de la cinématographie franco-allemande

 

Sabine Lenck, Chercheur PostDoc « B-magic”, Université libre de Bruxelles l CiAsp

Université d’Anvers l Research Center for Visual Poetics

Frank Kessler,  Université d’Utrecht, ICON

 

Action de la société fondée par Théophile Pathé à Paris en 1906 (collection particulière)

Que dit l’histoire du cinéma de Théophile Pathé et de sa carrière cinématographique ? Beaucoup d’historiens ne le mentionnent pas. Georges Sadoul dans son Histoire générale du cinéma voyait en lui le cadet peu doué et avant tout maladroit en business qui se faisait aider par son frère aîné Charles, reprenant la légende que celui-ci avait forgée dans ses mémoires. Malgré les résultats des recherches de Jean-Claude Séguin sur la « Compagnie des Cinématographes Théophile Pathé » publiés dans son livre sur Alexandre Promio, cette impression persiste jusqu’à aujourd’hui.

Dans notre conférence nous présenterons une nouvelle vue sur les activités cinématographiques de Théophile Pathé qui, aidé avant tout par sa femme Stéphanie Coisson et sa fille Suzanne Pathé, a su construire son propre studio de production à Paris après avoir été l’un des premiers distributeurs de films à Berlin. Nous parlerons également de Suzanne Pathé qui, à 15 ans à peine, dirigeait déjà la succursale de vente berlinoise de la compagnie et qui appelait cette période de sa vie « une grande aventure ». Et nous poserons la question de savoir pourquoi le plus jeune des frères Pathé a été autant négligé, jusqu’à l’effacement quasi-total de son nom de la liste des pionniers de la cinématographie.

Théophile Pathé, sa fille Suzanne et quelques acteurs faisant une pause lors d’un tournage, ca 1907 (collection particulière)

 

 

“Réparer, couper, coller, visionner à l’époque du muet” au programme de la séance du séminaire du 12 avril 2019

Souvenirs photographiques de la passionnante séance du séminaire Ciné08-19 du 12 avril 2019 : « Réparer, couper, coller, visionner à l’époque du muet : le rôle de l’allongement du métrage dans la standardisation des pratiques de montage » par André Gaudreault (Professeur au Département d’histoire de l’art et des études cinématographiques de l’Université de Montréal) et Laurent Le Forestier (Professeur Section d’histoire et d’esthétique du cinéma à l’Université de Lausanne).

André Gaudreault et Laurent Le Forestier.

André Gaudreault, Laurent Le Forestier et Laurent Véray.

A noter qu’à la fin de l’année 2019 paraîtra l’ouvrage d’André Gaudreault et Laurent Le Forestier : “Le montage cinématographique : instauration et standardisation d’une pratique” aux Presses de l’Université de Montréal. Le livre sera publié simultanément en anglais : When Splicing Became Editing: The Advent and Standardization of a Film Technique, Amsterdam University Press. Nous trépignons donc d’impatience de les lire !

Lumière sur une société méconnue des années 1910 – Eclipse

Ce vendredi 5 avril 2019 à 18h30 et 20h45, en collaboration avec la Cinémathèque française, deux séances du cycle “Fenêtre sur les collections” ont été consacrées par Ciné08-19 à la société de production Eclipse.

Programme de la Cinémathèque française.

 

18h30 → 20h05 (91 min)
 
René Hervil
France / 1915 / 14 min / 35mm / INT. FR.
Avec Miss Campton.
Maud joue un tour à un collectionneur d’antiquités qui a refusé de donner à la Société de secours aux blessés pour laquelle elle fait la quête.

Suivi de
 
René Hervil, Louis Mercanton
France / [1915] / 77 min / 35mm / INT. FR.
d’après la pièce Jeanne Doré de Tristan Bernard
À cause de son addiction aux jeux, Robert Doré, endetté, se suicide, laissant une femme, Jeanne, et un fils, Jacques. Malgré le dévouement de sa mère, Jacques, devenu adulte, est aveuglé par l’amour et commet un crime pour satisfaire la femme mariée qu’il fréquente.
 

20h45 → 22h25 (98 min)
 
Émile Cohl
France / 1912 / 5 min / 35mm / INT. FR.
Des allumettes s’animent, se métamorphosent et forment tour à tour objets et figures humaines.
 
Suivi de
 
Georges Champavert
France / 1917 / 93 min / 35mm / INT.FR.
Avec Juliette Malherbe, Geneviève Félix, Bahier, Albert Beauval.
Le baron Rutherford, riche entomologiste, espère un jour piéger la phalène bleue qui manque à sa collection. Son fils Robert entreprend la conquête de Madeleine, la fille d’un fermier prospère dont les terres côtoient le domaine des Rutherford.
 

Bobines de “La Phalène bleue”.

 

Cabine de la Cinémathèque française.

Ces séances ont été présentées par Emmanuelle Champomier – chercheuse post-doctorante du projet Ciné08-19 et Laurent Véray – porteur du projet Ciné08-19, et accompagnées par le musicien Matteo Pastorino.

Présentation de Laurent Véray et Emmanuelle Champomier.

 

Présentation de Laurent Véray et Emmanuelle Champomier.

 

Accompagnement musical par Matteo Pastorino.

 

Les prochaines séances ?

A vos agendas : le 12 juillet à la Cinémathèque française !

Séance du séminaire Ciné08-19 le 12 avril de 16h à 19h à la Maison de la Recherche de la Sorbonne nouvelle

 

La première salle de montage chez Pathé selon “Cinémagazine” (n°22, 2 juin 1922) – Copyright Cinémathèque française

“Réparer, couper, coller, visionner à l’époque du muet : le rôle de l’allongement du métrage dans la standardisation des pratiques de montage”

Par André Gaudreault (Professeur au Département d’histoire de l’art et des études cinématographiques de l’Université de Montréal) et Laurent Le Forestier (Professeur Section d’histoire et d’esthétique du cinéma à l’Université de Lausanne).

Si les gestes du montage apparaissent dès les débuts du cinéma et se stabilisent assez vite, il en va différemment des outils qui les accompagnent et plus encore de l’organisation sociale qui les encadre. Cette communication souhaiterait donc présenter les modalités d’organisation des pratiques de montage, dans les ateliers des grandes sociétés de production et dans les laboratoires, en France et aux États-Unis, d’abord durant les premières années du cinéma, puis dans les années 1920, c’est-à-dire avant et après le moment de passage progressif au long métrage. On émettra en effet l’hypothèse que l’allongement du métrage a pu jouer un rôle déterminant dans l’institutionnalisation des pratiques de montage et de leur organisation sociale.

Université Sorbonne nouvelle – Paris 3
Maison de la recherche 
4 rue des Irlandais 75005 Paris
Salle du Conseil

Le séminaire est gratuit et ouvert à tous, dans la limite des places disponibles.

Séance du séminaire Ciné08-19 le 21 juin de 9h30 à 12h30 à l’UPEM – la Centrif’

 
 
Au programme le 21 juin 2019 ?
 

9h30-10h : Ouverture par Gilles ROUSSEL, Président de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée

10h-11h : La mise en abîme du cinéma en France entre 1908 et 1919 par Carole AUROUET

Si le cinéma dans le cinéma est un sujet bien appréhendé pour la période hollywoodienne, il ne l’est en revanche que très peu entre 1908 et 1919 en France. Pourtant, cette mise en abîme est fréquente : 80 films de fiction ayant été exhumés à cette date pour ces onze années. Ce copieux corpus constitue une matière passionnante dont l’analyse permet de mettre en exergue trois points saillants : une valeur testimoniale qui contribue à éclairer l’histoire du cinéma, un processus habile de valorisation, donc d’institutionnalisation, et la question d’une stratégie auto-promotionnelle délibérée.

11h-12h : Les mots et les lettres d’admirateurs reçus par Musidora pendant la Grande Guerre. Une source précieuse pour l’étude du succès d’une actrice qui passe de la scène à l’écran par Laurent VĖRAY

L’examen de la carrière de Musidora, entre 1915 et 1919, montre que le processus d’identification à une actrice, sur lequel repose le cinéma populaire hollywoodien, était déjà présent en France au milieu des années 1910. Après ses rôles de femme gangster dans Les Vampires (1915) et Judex (1917) de Louis Feuillade, sa célébrité ne cessa de grandir. Une jeunesse tomba toute entière amoureuse de la sulfureuse Irma Vep, écrira plus tard Louis Aragon. De la scène à l’écran, du mélodrame patriotique au serial à la mode, on reconnaît son style de jeu, son allure, sa mimique, sa sensualité effrontée. Cela aboutit en pleine guerre à la construction d’une forme de vedettariat unique en son genre. Une source exceptionnelle d’environ 300 lettres récemment retrouvées atteste d’un succès public hors du commun. Ces lettres adressées à Musidora disent combien son impact fut alors considérable, à l’avant comme à l’arrière du front.

12h-12h30 : Discussion

12h30 : Déjeuner – Buffet

Ce séminaire est accessible gratuitement, dans la limite des places disponibles. Pour une bonne organisation, il est vous est simplement demander de vous inscrire ici avant le 15 mai.  

Au plaisir de vous y voir, et n’hésitez pas à faire circuler l’information auprès de toutes les personnes susceptibles d’être intéressées.

Programme téléchargeable en PDF.

 

Chushingura (1910) (90 min) de Shōzō Makino

Le 14 décembre 2018, la National Film Archive of Japan (NFAJ) a présenté une nouvelle version restaurée de Chushingura.

Considéré comme la plus ancienne adaptation pour l’écran du « Chushingura », ce film est une sorte de monument de l’histoire du cinéma japonais. Le projet a démarré en 1909 avec la collaboration du metteur en scène Shōzō Makino et de l’acteur Matsunosuké Onoé. Suite à l’important succès public rencontré lors de sa sortie en 1910, le producteur Yokota Shōkai décida de rallonger le film. Le récit, qui se passe au XVIIIe siècle, est basé sur la légende de 47 rōnin, une histoire de vendetta et de suicide rituel pour l’honneur. L’adaptation cinématographique la plus connue en France est celle de Mizoguchi sous le titre de La Vengeance des 47 rōnin. La grande popularité de cette histoire au Japon explique le projet, dès 1910, d’en faire un film au métrage plus long que d’habitude. Il n’est pas facile aujourd’hui d’en comprendre tous les tenants et les aboutissants. Des intertitres ont été ainsi insérés pour indiquer les scènes et mieux distinguer les personnages, d’autant que Onoé joue trois rôles principaux pour satisfaire les attentes du public. Les scènes de combat de samouraï constituent une attraction forte du film. En tout cas, il est clair que la présence du benshi, le bonimenteur japonais, est essentielle pour donner une cohérence à l’ensemble et faciliter la compréhension de l’histoire.

La restauration et la reconstruction du film ont été réalisées à partir de trois copies 35 mm retrouvées dans les collections de la NFAJ (43 min, version sonore avec boniment), de Matsuda (74 min, version sonore avec boniment) et de Kataoka (51 min, version muette avec couleurs). Ces copies, qui correspondent à des montages effectués à des époques différentes, comportent des procédés techniques et formels qui n’apparurent qu’à la fin des années 1910, comme le gros plan ou le champ-contrechamp ; sans parler du son qui a été ajouté beaucoup plus tard. La découverte du troisième film en 2016, dans une salle de cinéma à la campagne, par le bonimenteur japonais Kataoka, a été décisive. À partir de celle-ci et à l’aide de la technologie numérique, une nouvelle version de Chushingura a été réalisée, plus complète que les précédentes. Toutefois, il est évident qu’il manque encore des plans originaux. Avec cet exemple, on mesure combien il est difficile de restaurer à l’identique certains films des débuts du cinéma japonais. Adapté pour l’écran dans le prolongement des représentations du théâtre Kabuki, Chushingura a été en quelque sorte victime de son immense succès. Pendant de nombreuses années, le film, tout en circulant d’une salle à l’autre, a subi diverses modifications pour mieux l’adapter au goût des spectateurs. D’où l’impossibilité, ou presque, de retrouver la version originale. À la fin de la projection à la cinémathèque de Tokyo, un chercheur a bien résumé la situation en disant : « En l’état actuel, c’est sans aucun doute la version la plus proche du film de 1910. Nous attendons néanmoins la découverte de nouveaux documents qui permettront de la compléter ».

Hiroki Kubo (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)