Séminaire Ciné0819 – séance du 17 mai

Université Paris III-Sorbonne nouvelle, Maison de la recherche, Salle du Conseil

4 rue des Irlandais 75005 Paris

 

Suzanne et Théophile Pathé, deux pionniers de la cinématographie franco-allemande

 

Sabine Lenck, Chercheur PostDoc « B-magic », Université libre de Bruxelles l CiAsp

Université d’Anvers l Research Center for Visual Poetics

Frank Kessler,  Université d’Utrecht, ICON

 

Action de la société fondée par Théophile Pathé à Paris en 1906 (collection particulière)

Que dit l’histoire du cinéma de Théophile Pathé et de sa carrière cinématographique ? Beaucoup d’historiens ne le mentionnent pas. Georges Sadoul dans son Histoire générale du cinéma voyait en lui le cadet peu doué et avant tout maladroit en business qui se faisait aider par son frère aîné Charles, reprenant la légende que celui-ci avait forgée dans ses mémoires. Malgré les résultats des recherches de Jean-Claude Séguin sur la « Compagnie des Cinématographes Théophile Pathé » publiés dans son livre sur Alexandre Promio, cette impression persiste jusqu’à aujourd’hui.

Dans notre conférence nous présenterons une nouvelle vue sur les activités cinématographiques de Théophile Pathé qui, aidé avant tout par sa femme Stéphanie Coisson et sa fille Suzanne Pathé, a su construire son propre studio de production à Paris après avoir été l’un des premiers distributeurs de films à Berlin. Nous parlerons également de Suzanne Pathé qui, à 15 ans à peine, dirigeait déjà la succursale de vente berlinoise de la compagnie et qui appelait cette période de sa vie « une grande aventure ». Et nous poserons la question de savoir pourquoi le plus jeune des frères Pathé a été autant négligé, jusqu’à l’effacement quasi-total de son nom de la liste des pionniers de la cinématographie.

Théophile Pathé, sa fille Suzanne et quelques acteurs faisant une pause lors d’un tournage, ca 1907 (collection particulière)

 

 

« Réparer, couper, coller, visionner à l’époque du muet » au programme de la séance du séminaire du 12 avril 2019

Souvenirs photographiques de la passionnante séance du séminaire Ciné08-19 du 12 avril 2019 : « Réparer, couper, coller, visionner à l’époque du muet : le rôle de l’allongement du métrage dans la standardisation des pratiques de montage » par André Gaudreault (Professeur au Département d’histoire de l’art et des études cinématographiques de l’Université de Montréal) et Laurent Le Forestier (Professeur Section d’histoire et d’esthétique du cinéma à l’Université de Lausanne).

André Gaudreault et Laurent Le Forestier.

André Gaudreault, Laurent Le Forestier et Laurent Véray.

A noter qu’à la fin de l’année 2019 paraîtra l’ouvrage d’André Gaudreault et Laurent Le Forestier : « Le montage cinématographique : instauration et standardisation d’une pratique » aux Presses de l’Université de Montréal. Le livre sera publié simultanément en anglais : When Splicing Became Editing: The Advent and Standardization of a Film Technique, Amsterdam University Press. Nous trépignons donc d’impatience de les lire !

Lumière sur une société méconnue des années 1910 – Eclipse

Ce vendredi 5 avril 2019 à 18h30 et 20h45, en collaboration avec la Cinémathèque française, deux séances du cycle « Fenêtre sur les collections » ont été consacrées par Ciné08-19 à la société de production Eclipse.

Programme de la Cinémathèque française.

 

18h30 → 20h05 (91 min)
 
René Hervil
France / 1915 / 14 min / 35mm / INT. FR.
Avec Miss Campton.
Maud joue un tour à un collectionneur d’antiquités qui a refusé de donner à la Société de secours aux blessés pour laquelle elle fait la quête.

Suivi de
 
René Hervil, Louis Mercanton
France / [1915] / 77 min / 35mm / INT. FR.
d’après la pièce Jeanne Doré de Tristan Bernard
À cause de son addiction aux jeux, Robert Doré, endetté, se suicide, laissant une femme, Jeanne, et un fils, Jacques. Malgré le dévouement de sa mère, Jacques, devenu adulte, est aveuglé par l’amour et commet un crime pour satisfaire la femme mariée qu’il fréquente.
 

20h45 → 22h25 (98 min)
 
Émile Cohl
France / 1912 / 5 min / 35mm / INT. FR.
Des allumettes s’animent, se métamorphosent et forment tour à tour objets et figures humaines.
 
Suivi de
 
Georges Champavert
France / 1917 / 93 min / 35mm / INT.FR.
Avec Juliette Malherbe, Geneviève Félix, Bahier, Albert Beauval.
Le baron Rutherford, riche entomologiste, espère un jour piéger la phalène bleue qui manque à sa collection. Son fils Robert entreprend la conquête de Madeleine, la fille d’un fermier prospère dont les terres côtoient le domaine des Rutherford.
 

Bobines de « La Phalène bleue ».

 

Cabine de la Cinémathèque française.

Ces séances ont été présentées par Emmanuelle Champomier – chercheuse post-doctorante du projet Ciné08-19 et Laurent Véray – porteur du projet Ciné08-19, et accompagnées par le musicien Matteo Pastorino.

Présentation de Laurent Véray et Emmanuelle Champomier.

 

Présentation de Laurent Véray et Emmanuelle Champomier.

 

Accompagnement musical par Matteo Pastorino.

 

Les prochaines séances ?

A vos agendas : le 12 juillet à la Cinémathèque française !

Séance du séminaire Ciné08-19 le 12 avril de 16h à 19h à la Maison de la Recherche de la Sorbonne nouvelle

 

La première salle de montage chez Pathé selon « Cinémagazine » (n°22, 2 juin 1922) – Copyright Cinémathèque française

« Réparer, couper, coller, visionner à l’époque du muet : le rôle de l’allongement du métrage dans la standardisation des pratiques de montage »

Par André Gaudreault (Professeur au Département d’histoire de l’art et des études cinématographiques de l’Université de Montréal) et Laurent Le Forestier (Professeur Section d’histoire et d’esthétique du cinéma à l’Université de Lausanne).

Si les gestes du montage apparaissent dès les débuts du cinéma et se stabilisent assez vite, il en va différemment des outils qui les accompagnent et plus encore de l’organisation sociale qui les encadre. Cette communication souhaiterait donc présenter les modalités d’organisation des pratiques de montage, dans les ateliers des grandes sociétés de production et dans les laboratoires, en France et aux États-Unis, d’abord durant les premières années du cinéma, puis dans les années 1920, c’est-à-dire avant et après le moment de passage progressif au long métrage. On émettra en effet l’hypothèse que l’allongement du métrage a pu jouer un rôle déterminant dans l’institutionnalisation des pratiques de montage et de leur organisation sociale.

Université Sorbonne nouvelle – Paris 3
Maison de la recherche 
4 rue des Irlandais 75005 Paris
Salle du Conseil

Le séminaire est gratuit et ouvert à tous, dans la limite des places disponibles.

Séance du séminaire Ciné08-19 le 21 juin de 9h30 à 12h30 à l’UPEM – la Centrif’

 
 
Au programme le 21 juin 2019 ?
 

9h30-10h : Ouverture par Gilles ROUSSEL, Président de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée

10h-11h : La mise en abîme du cinéma en France entre 1908 et 1919 par Carole AUROUET

Si le cinéma dans le cinéma est un sujet bien appréhendé pour la période hollywoodienne, il ne l’est en revanche que très peu entre 1908 et 1919 en France. Pourtant, cette mise en abîme est fréquente : 80 films de fiction ayant été exhumés à cette date pour ces onze années. Ce copieux corpus constitue une matière passionnante dont l’analyse permet de mettre en exergue trois points saillants : une valeur testimoniale qui contribue à éclairer l’histoire du cinéma, un processus habile de valorisation, donc d’institutionnalisation, et la question d’une stratégie auto-promotionnelle délibérée.

11h-12h : Les mots et les lettres d’admirateurs reçus par Musidora pendant la Grande Guerre. Une source précieuse pour l’étude du succès d’une actrice qui passe de la scène à l’écran par Laurent VĖRAY

L’examen de la carrière de Musidora, entre 1915 et 1919, montre que le processus d’identification à une actrice, sur lequel repose le cinéma populaire hollywoodien, était déjà présent en France au milieu des années 1910. Après ses rôles de femme gangster dans Les Vampires (1915) et Judex (1917) de Louis Feuillade, sa célébrité ne cessa de grandir. Une jeunesse tomba toute entière amoureuse de la sulfureuse Irma Vep, écrira plus tard Louis Aragon. De la scène à l’écran, du mélodrame patriotique au serial à la mode, on reconnaît son style de jeu, son allure, sa mimique, sa sensualité effrontée. Cela aboutit en pleine guerre à la construction d’une forme de vedettariat unique en son genre. Une source exceptionnelle d’environ 300 lettres récemment retrouvées atteste d’un succès public hors du commun. Ces lettres adressées à Musidora disent combien son impact fut alors considérable, à l’avant comme à l’arrière du front.

12h-12h30 : Discussion

12h30 : Déjeuner – Buffet

Ce séminaire est accessible gratuitement, dans la limite des places disponibles. Pour une bonne organisation, il est vous est simplement demander de vous inscrire ici avant le 15 mai.  

Au plaisir de vous y voir, et n’hésitez pas à faire circuler l’information auprès de toutes les personnes susceptibles d’être intéressées.

Programme téléchargeable en PDF.

 

Chushingura (1910) (90 min) de Shōzō Makino

Le 14 décembre 2018, la National Film Archive of Japan (NFAJ) a présenté une nouvelle version restaurée de Chushingura.

Considéré comme la plus ancienne adaptation pour l’écran du « Chushingura », ce film est une sorte de monument de l’histoire du cinéma japonais. Le projet a démarré en 1909 avec la collaboration du metteur en scène Shōzō Makino et de l’acteur Matsunosuké Onoé. Suite à l’important succès public rencontré lors de sa sortie en 1910, le producteur Yokota Shōkai décida de rallonger le film. Le récit, qui se passe au XVIIIe siècle, est basé sur la légende de 47 rōnin, une histoire de vendetta et de suicide rituel pour l’honneur. L’adaptation cinématographique la plus connue en France est celle de Mizoguchi sous le titre de La Vengeance des 47 rōnin. La grande popularité de cette histoire au Japon explique le projet, dès 1910, d’en faire un film au métrage plus long que d’habitude. Il n’est pas facile aujourd’hui d’en comprendre tous les tenants et les aboutissants. Des intertitres ont été ainsi insérés pour indiquer les scènes et mieux distinguer les personnages, d’autant que Onoé joue trois rôles principaux pour satisfaire les attentes du public. Les scènes de combat de samouraï constituent une attraction forte du film. En tout cas, il est clair que la présence du benshi, le bonimenteur japonais, est essentielle pour donner une cohérence à l’ensemble et faciliter la compréhension de l’histoire.

La restauration et la reconstruction du film ont été réalisées à partir de trois copies 35 mm retrouvées dans les collections de la NFAJ (43 min, version sonore avec boniment), de Matsuda (74 min, version sonore avec boniment) et de Kataoka (51 min, version muette avec couleurs). Ces copies, qui correspondent à des montages effectués à des époques différentes, comportent des procédés techniques et formels qui n’apparurent qu’à la fin des années 1910, comme le gros plan ou le champ-contrechamp ; sans parler du son qui a été ajouté beaucoup plus tard. La découverte du troisième film en 2016, dans une salle de cinéma à la campagne, par le bonimenteur japonais Kataoka, a été décisive. À partir de celle-ci et à l’aide de la technologie numérique, une nouvelle version de Chushingura a été réalisée, plus complète que les précédentes. Toutefois, il est évident qu’il manque encore des plans originaux. Avec cet exemple, on mesure combien il est difficile de restaurer à l’identique certains films des débuts du cinéma japonais. Adapté pour l’écran dans le prolongement des représentations du théâtre Kabuki, Chushingura a été en quelque sorte victime de son immense succès. Pendant de nombreuses années, le film, tout en circulant d’une salle à l’autre, a subi diverses modifications pour mieux l’adapter au goût des spectateurs. D’où l’impossibilité, ou presque, de retrouver la version originale. À la fin de la projection à la cinémathèque de Tokyo, un chercheur a bien résumé la situation en disant : « En l’état actuel, c’est sans aucun doute la version la plus proche du film de 1910. Nous attendons néanmoins la découverte de nouveaux documents qui permettront de la compléter ».

Hiroki Kubo (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

Compte-rendu du colloque international « Voix, gestes et musique: la séance cinématographique en France et au Japon au temps du muet »

Le compte-rendu du colloque international « Voix, gestes et musique: la séance cinématographique en France et au Japon au temps du muet », rédigé par Béatrice de Pastre, est accessible ici. Le colloque s’est tenu à la Maison Franco-Japonaise de Tokyo le 8 décembre 2018.

Comment reconstitue-t-on une séance de cinéma des années 1910 ?

Laurent Véray, le porteur du projet ANR Ciné08-19, répond à cette question du CNC et explique comment il a conçu la séance Ciné d’époque qui se tiendra à l’auditorium du Louvre le 17 mars 2019 à 15h, dans le cadre du Festival Toute la Mémoire du monde de la Cinémathèque française.

L’interview est disponible ici.

N’oublions jamais (La Rescapée du Lusitania) Leonce Perret – DR

Séance Ciné d’époque Ciné08-19 à l’Auditorium du Louvre le dimanche 17 mars 2019 à 15h

Dans le cadre du Festival « Toute la mémoire du monde »
7e Festival international du film restauré de la Cinémathèque française

Le musée du Louvre et la Cinémathèque française ont le plaisir de vous annoncer la séance « Au cinéma pendant la Grande Guerre »

Ciné-concert avec attractions

Une séance reconstituée et présentée par Laurent Véray

Dimanche 17 mars à 15h à l’Auditorium du Louvre

Reconstitution d’une séance de projection typique des années 1916-1919 élaborée à partir de programmes d’époque retrouvés dans les archives. Comme il y a 100 ans, les films sont accompagnés au piano par des musiques classiques ou des improvisations. Des attractions complètent le spectacle : poème, chansons, airs d’opéra, numéros d’acrobatie et de jonglerie, le tout accompagné par un bonimenteur.

Programme

Première partie

Épanouissement de quelques fleurs (documentaire)
La main d’œuvre féminine dans les usines de guerre (actualités)
La concierge est mobilisée (comique)
La mode parisienne au jardin du Luxembourg : tailleurs de Bennette et coiffures de sport Jeanne Duc (actualités)
La mode à Paris. Mlle Lilian Greuze du théâtre Sarah-Bernhardt présente les dernières créations de chapeaux de Cora Marson (actualités)

Attraction : numéro d’acrobatie

Charlot grande coquette (comique)
Les exploits de Farfadet (dessin animé)
Anna qu’est-ce que t’attends (phonoscène)
Les Annales de la guerre n°5 : l’assaut du 16 avril 1917 devant la ferme du Godat (actualités)

ENTRACTE de 15 minutes avec attractions : numéro de jongleur et Jazz Band

Deuxième partie

L’aigle boche sera vaincu, la tuberculose aussi (documentaire)

Le grand film patriotique Pathé N’oublions jamaisLa rescapée du Lusitania (Lest We Forget) de Léonce Perret, 1918, E.-U., 70 min, int. FR., DCP Avec Rita Jolivet, L. Roger Lytton, Kate Blancke Collection Cinémathèque française

Avec l’Ensemble Duruflé
Magali Goimard, piano, programmation musicale
Pierre Cholley, piano, improvisations
Roselyne Martel Bonnal, soprano
Alyssa Aït Hammou, violoniste

Jean-Paul Farré, comédien bonimenteur

Squat Cats Jazz Band
La Main s’affaire, acrobates
Noliv’, jongleur, monocycliste

Avec le concours du CNC, de Gaumont-Pathé-Archives, de la Cinémathèque française, du Musée Albert-Kahn et de l’ECPAD

 

Séances Éclipse – le 5 avril 2019

Vendredi 5 avril 2019, 18h30 et 20h45, Salle Jean Epstein, La Cinémathèque française

Dans le cadre des activités du projet Ciné08-19, deux séances du cycle « Fenêtre sur les collections » sont organisées à la Cinémathèque française le vendredi 5 avril à 18h30 et 20h45, salle Jean Epstein. Ces séances, consacrées à Éclipse, seront présentées par Emmanuelle Champomier et Laurent Véray.


18h30 → 20h05 (91 min)
 
René Hervil
France / 1915 / 14 min / 35mm / INT. FR.
Avec Miss Campton.
Maud joue un tour à un collectionneur d’antiquités qui a refusé de donner à la Société de secours aux blessés pour laquelle elle fait la quête.

Suivi de
 
René Hervil, Louis Mercanton
France / [1915] / 77 min / 35mm / INT. FR.
d’après la pièce Jeanne Doré de Tristan Bernard
À cause de son addiction aux jeux, Robert Doré, endetté, se suicide, laissant une femme, Jeanne, et un fils, Jacques. Malgré le dévouement de sa mère, Jacques, devenu adulte, est aveuglé par l’amour et commet un crime pour satisfaire la femme mariée qu’il fréquente.
 

20h45 → 22h25 (98 min)
 
Émile Cohl
France / 1912 / 5 min / 35mm / INT. FR.
Des allumettes s’animent, se métamorphosent et forment tour à tour objets et figures humaines.
 
Suivi de
 
Georges Champavert
France / 1917 / 93 min / 35mm / INT.FR.
Avec Juliette Malherbe, Geneviève Félix, Bahier, Albert Beauval.
Le baron Rutherford, riche entomologiste, espère un jour piéger la phalène bleue qui manque à sa collection. Son fils Robert entreprend la conquête de Madeleine, la fille d’un fermier prospère dont les terres côtoient le domaine des Rutherford.
 

Séminaire Ciné08-19 – séance du 15 mars

15 mars 2019 – 16h-19h

Université Paris III-Sorbonne nouvelle, Maison de la recherche, 4 rue des Irlandais 75005 Paris, Salle Claude Simon

 

Conjurer le plaisir, à propos de la force académique des images

Fabrice Montebello, Professeur en études cinématographiques, Université de Lorraine-Metz, département Arts

 

Bulletin de statistique et de législation comparée , ministère des finances, 1913, p. 337. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

Comme le mentionne le projet ANR Ciné08-19, les années dix du XXème siècle sont les parents pauvres des études en histoire du cinéma. Elles représentent pourtant un élément central de cette histoire, dans la mesure où elles contribuent à la mise en place d’un format et d’une forme de spectacle – le feature film (long métrage ou plutôt « grand film » dans son acception française) comme « traduction technique du théâtre » (Leveratto) – que la généralisation progressive des films parlants et la diffusion de la culture cinématographique contribueront à stabiliser définitivement à partir des années trente.

Le cas français est d’autant plus intéressant à étudier qu’il a été systématiquement perçu dans l’historiographie du cinéma comme un passage d’une hégémonie à une autre, de la suprématie mondiale française à la domination américaine. La part de l’orgueil blessé et la situation exceptionnelle introduite par la première guerre mondiale ne contribuent pas à l’identification sereine des faits. En l’absence d’un service de contrôle des recettes – qui ne sera mis en place qu’à partir du régime de Vichy – il est impossible de reconstituer le marché des films en France, encore moins la dynamique des importations-exportations. Les chiffres mentionnés dans les histoires du cinéma demeurent des évaluations globales très imprécises qui pointent « l’invasion » des écrans par les films américains et la réduction du film français à un tiers des programmes. A défaut d’un inventaire précis de la circulation des films sur le territoire national, les monographies de reconstitution des programmes cinématographiques annoncés dans la presse demeurent la seule manière d’approcher indirectement le marché des films.

Elles obligent cependant le chercheur à réfléchir aux conditions d’élaborations des études cinématographiques en France. L’assimilation du cinéma à un « art des images » et la réduction fréquente de l’esthétique du film à une exégèse des œuvres (indépendamment de l’observation de la sensibilité des personnes), faussent la perspective de long terme et la reconstitution historique du phénomène. Les films du passé n’ont pas été conçus pour les historiens du futur. Comme ceux d’aujourd’hui, ils ont été fabriqués par des êtres humains pour faire plaisir à d’autres êtres humains. Neutraliser la fascination académique contemporaine pour les images est la seule manière de retrouver le sens de ce plaisir. Cette perspective anthropologique développée à Metz invite à observer moins les films d’un côté ou les êtres humains de l’autre, que la situation de rencontre entre les deux, c’est–à-dire le spectacle cinématographique (techniquement la séance de projection) qui rend possible l’expérience du film par le spectateur. La somme de ces expériences forme précisément ce que l’on appelle le marché des films.

 

L’acteur dans Quatre-vingt treize d’Albert Capellani : jeu, direction, métier

Mélissa Gignac, Maître de conférences en études cinématographiques, Université de Lille

Quatre-vingt treize, d’Albert Capellani (1914-1921), constitue un laboratoire d’observation intéressant pour ce qui concerne l’acteur de cinéma dans la deuxième moitié des années 1910. La collaboration de Capellani avec son frère, Paul Capellani, mais aussi avec Henry Krauss et Philippe Garnier, permet de questionner le passage des planches (théâtre et pantomime) à la pellicule. Les sources en présence (témoignages, entretiens, versions scénaristiques, documents publicitaires et photographies de tournage, film, etc.) permettent également de poser la question de la création et de la composition des personnages, de l’interprétation des rôles et de la direction d’acteur, donc du rôle de chacun des collaborateurs du film dans le résultat esthétique final.

Par ailleurs, ce film, en tant qu’adaptation hugolienne, est considéré comme l’héritier d’une œuvre romanesque – voire d’une adaptation théâtrale puisque Paul Meurice adapta le roman en 1881 au Théâtre de la Gaîté – autant que de la peinture d’histoire qui place la question de la théâtralité (du jeu d’acteur, mais pas seulement) au centre de la réception du film. La filiation esthétique depuis le roman illustré (1876) et la peinture, en passant par l’imagerie théâtrale, sera donc questionnée, notamment en matière de représentation du corps (gestes, postures, mimiques).

L’analyse détaillée de cette œuvre – et du jeu d’acteur en particulier – permet de comprendre certaines stratégies industrielles et économiques de la S.C.A.G.L. mais aussi les enjeux esthétiques auxquels répondent Albert Capellani et son équipe par cette œuvre imposante.

 

© Cinémathèque française, catalogue des restaurations.

Journées d’étude Poitiers (16-17 janvier 2019) – Les Humanités numériques : outils, pratiques, usages – compte-rendu

L’Espace Mendès France organisait le 16 et le 17 janvier 2019 un atelier autour des outils informatiques utilisés dans les Humanités numériques en prélude d’une journée d’étude le lendemain, co-organisée avec l’école doctorale « Humanités » de l’université de Poitiers ayant pour objet une réflexion plus générale autour des Humanités numériques dans les domaines et les programmes de recherche des SHS.

Lire le compte-rendu de l’atelier, rédigé par Colin Baldet.

 

Séminaire 08-19 – séance du 15 février 2019

15 février 2019 – 14h-17h

Université Paris III-Sorbonne nouvelle, Maison de la recherche, 4 rue des Irlandais 75005 Paris, Salle Mezzanine

Aller au cinéma à Metz et à Nancy pendant la Grande Guerre. Une comparaison de la situation dans deux villes de l’arrière-front

Pierre Stotzky, Professeur certifié d’histoire-géographie, Doctorant en Arts à l’Université de Lorraine

L’écriture d’une histoire des salles de cinéma messines et nancéiennes durant la Grande Guerre s’appuie essentiellement sur la consultation des documents conservés aux archives départementales de Moselle et de Meurthe-et-Moselle ainsi que sur celle de la presse locale. Le feuilletage exhaustif de cette dernière permet en outre de reconstituer le marché cinématographique des deux villes puisque les exploitants y publient leurs programmes. L’analyse de ce riche corpus local permettra de comparer l’expérience de spectateurs de deux villes moyennes éloignées d’une cinquantaine de kilomètres, mais situées de part et d’autre de la frontière et de la ligne de front qui coupent alors la Lorraine en deux. Parmi les différents thèmes abordés, celui de la possibilité et de la légitimité du plaisir en temps de guerre sera présent en filigrane tout au long de l’exposé. Cette question est exacerbée dans ces villes de l’arrière-front où le pouvoir est exercé par les autorités militaires et dans lesquelles le bruit de fond des tirs d’artillerie rappelle en permanence la douloureuse réalité de la guerre.

« Cinématographier » au Maghreb dans les années 1910. Les aventures ordinaires d’Albert Samama, prince de Chikli

 Morgan Corriou, Maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis

Depuis les premières projections en Afrique du Nord à la fin de l’année 1896 jusqu’à l’inauguration de la première salle de cinéma tunisoise, baptisée Omnia-Pathé, à l’automne 1908, le cinématographe semble avoir connu une évolution relativement similaire dans les grandes villes des deux rives de la Méditerranée occidentale. Pourtant, son développement au Maghreb se fait dans des conditions précaires, qui tiennent moins à la distance qu’à la situation économique et politique. Né dans la bourgeoisie juive tunisienne, de nationalité française, Albert Samama, dit Samama-Chikli (1872-1934), se distingue comme le premier opérateur local. Son fascinant parcours, ponctué d’une équipée sauvage à bicyclette dans le Sahara, d’une envolée en montgolfière avec appareil cinématographique, ou de folles péripéties dans la Tripolitaine en guerre, est le plus souvent narré sous l’angle de l’extraordinaire et du rocambolesque. À rebours de ce récit conventionnel, je souhaite aborder ici le personnage moins dans son excentricité que dans sa banalité, en m’interrogeant sur sa situation contrainte dans la société tunisienne, dans la colonie française et dans l’industrie internationale du film. À partir des années 1906-1908, Samama professionnalise son activité et entre en contact avec de grandes firmes cinématographiques, telles Pathé et Gaumont. Derrière les coups d’éclat du fantasque personnage, apparaît un souci inextinguible de reconnaissance. Bien que le cinéma commence seulement à s’institutionnaliser, il ne semble n’offrir déjà que des perspectives limitées aux expressions des pays sous domination coloniale. Albert Samama se retrouve vite freiné par la position marginale de la Tunisie dans le marché mondial du film, alors que la France s’impose comme la plaque tournante du commerce cinématographique en Afrique du Nord. À partir du riche fonds d’archives conservé à la Cineteca di Bologna et de la presse tunisienne de l’époque, il s’agit de se pencher sur les vues réalisées par le « prince de Chikli », les conditions de tournage et les circulations de ses films avant le premier conflit mondial.

 

 

Colin Baldet – doctorant contractuel du projet ANR Ciné 08-19

Colin Baldet

Après un parcours orienté dans les Sciences humaines et sociales, il a intégré le Master Technologies numériques appliquées à l’histoire puis le Master 2 Humanités numériques à l’Ecole nationale des chartes. Cette deuxième année de M2 lui a permis de se spécialiser en Histoire du cinéma en prenant comme sujet de mémoire l’exploitation cinématographique à Bordeaux de 1907 à 1918. Fort d’une première expérience de recherche en Humanités numériques, il a décidé de poursuivre en doctorat avec le contrat proposé dans le cadre du projet ANR Ciné 08-19, sous la direction de Christophe Gauthier et Laurent Véray.


Le sujet de thèse prolonge le travail déjà effectué sur Bordeaux. Il s’agit d’une étude comparée à une plus grande échelle qui reprend la méthodologie mise en oeuvre dans le mémoire de M2. C’est une approche régionaliste avec une extension des outils cartographiques et des sources archivistiques. Cette étude repose sur un corpus de villes françaises, en cours d’élaboration, comparables d’un point de vue démographique (par souci de cohérence méthodologique), qui ont des caractéristiques sociologiques, économiques et/ou urbaines intéressantes.

En outre, ce travail de recherche comporte également un volet numérique, avec l’élaboration d’outils informatiques (cartographie numérique) destinés à la future plateforme Ciné 08-19 (réflexion et coordination dans l’élaboration de la plateforme, optimisation de l’utilisation scientifique des données, mise à jour du développement et de l’exploitation scientifique de la plateforme, cohésion du développement et de la liaison entre la plateforme Ciné 08-19 et la future plateforme du CNC, etc).