Séminaire Ciné08-19 – séance du 4 mai

4 mai 2018, 17h-20h 

Université Paris III-Sorbonne nouvelle, Maison de la recherche, 

Salle de réunion du 2e étage, 4 rue des Irlandais 75005 Paris

 

Alain Carou, Bibliothèque nationale de France, chef du service Images.

Les musiques du Film d’Art (1908).

En 1908, la société du Film d’Art passe commande de trois partitions, destinées à l’accompagnement de ses premiers films. Un travail autour de la restitution de cet accompagnement, mené en 2016-2017, sera présenté. On essaiera de réfléchir aux enseignements de cette tentative, unique en son genre, de fixer la projection cinématographique dans une forme opératique.

Céline Pluquet, Doctorante en esthétique, sciences et technologie des Arts, Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis.

1908-1919 – sacre d’un nouvel objet : la « musique de cinéma ».

1908 a longtemps été considérée par nombre d’historiens comme étant l’année emblématique de la naissance de la « musique de cinéma », notamment car elle correspond à la projection de L’Assassinat du duc de Guise pour le programme Visions d’art à la salle Charras, pour laquelle Camille Saint-Saëns avait composé une partition inédite. En 1919 cependant, un mouvement de réflexion autour « la musique de cinéma », menée entre autres par les revues spécialisées Le Film et La Cinématographie française a participé à l’élaboration d’une nouvelle définition de cet objet.

Il s’agira alors de voir en quoi l’arrivée de la partition de Saint-Saëns en 1908 et les réflexions énoncées en 1919, à des moments où le spectacle cinématographique est en pleine mutation, proposent deux définitions à la fois semblables et distinctes de l’objet « musique de cinéma ». Ce sera également l’occasion d’évaluer dans quelle mesure ces événements ont participé à la consécration de cette notion.

Éclipse, la face cachée de l’histoire du cinéma

Le mois dernier, commençait mon aventure au sein d’un ancien fort militaire, devenu aujourd’hui l’antre des collections films de la Cinémathèque française…

Le Fort de Saint-Cyr © Lionel Allorge / Wikimedia Commons

Ma mission : mener des recherches sur les films de la période 1908-1919 quelque peu oubliés, voire jamais identifiés. Et pour ce faire, explorer les collections des différentes institutions partenaires du projet ANR CINÉ08-19, avec l’aide des accueillants et bienveillants propriétaires des lieux.

De rapides investigations m’ont amenée à centrer mes recherches sur une société de production et de distribution française en particulier : Éclipse. Lire la suite

Séminaire Ciné08-19 – séance du 13 avril 2018

Ferdinando Gizzi. Docteur en histoire de l’art, Université de Florence. Responsable des acquisitions à l’Institut national d’histoire de l’art.

Versions filmiques de l’iconographie chrétienne dans la production française de 1897 à 1918

L’intervention portera sur le cinéma religieux en France – et notamment sur le sous-genre des Passions – dès 1897 jusqu’à 1918 : pendant la période où ces films se sont constitués presque comme un genre indépendant et autonome d’un point de vue filmique – mais bien et ambigument mélangé avec d’autres formes et expériences (ou séries) de la culture visuelle de la fin du XIXe et le début du XXe siècle –, avant leur entrée définitive dans les plus généraux développements du cinéma institutionnel et narratif, soit avant leur reconfiguration comme film historique ou péplum.

On en retracera l’histoire et l’évolution, les éléments constants et les variantes, et on essayera d’y retrouver les références à la peinture, à la tradition iconographique et à la culture figurative plus en général ; on s’intéressera à la façon dont ces références se manifestent pour s’interroger sur le sens et sur le sort de ces références suite à la réélaboration qu’elles subissent par la transposition dans un nouveau médium et un nouveau langage.

Le but sera donc de considérer ce genre filmique pas seulement comme un problème de l’histoire du cinéma et dans l’histoire du cinéma, mais comme un problème de l’histoire de l’art dans l’acception plus large et culturelle du terme : afin d’évaluer comment, relativement à un imaginaire visuel traditionnel comme l’est celui religieux, le cinéma devient une forme de transmission incontournable pour la modernité, conçue dans ses caractéristiques les plus typiques et significatives de spectacularisation, de reproductibilité technique et de réception de masse.  

Laurent Guido. Professeur, Université de Lille SHS, CEAC.

Intégrer l’attraction, du programme à l’écran : scènes de danse dans le cinéma français, 1908-1919.

Cette communication vise à interroger la manière dont les attractions se sont progressivement vues intégrées dans une structure narrative plus développée, à partir de la période de transition que signale notamment, pour le cas français, le projet « intermédial » du Film d’Art. L’attention se focalisera plus particulièrement sur le corps dansant, sujet privilégié du cinéma des attractions qui figure ensuite parmi les motifs les plus réguliers de la production Pathé des années 1910 (notamment au travers de diverses performances de l’actrice Stacia Napierkowska). Les enjeux théoriques se répartissent selon deux axes: l’un envisage la construction de la figure visuelle elle-même dans la relation dynamique qu’elle engage entre espace, corps et regard(s) des spectateurs (ceux du film et ceux représentés au sein de la situation diégétique); l’autre renvoie à des questions de structure qui trouvent leur origine dans la notion de programme – celle-ci ne concerne dès lors pas seulement l’organisation des séances, mais fournit un modèle pour le découpage séquentiel du film.

 

 

Apollinaire et « La possibilité d’un film »

Dans le cadre de Ciné08-19, un article de vulgarisation vient de paraître dans le Hors-Série Télérama consacré à Apollinaire à l’occasion du centenaire de sa disparition. Carole Aurouet (membre du consortium Ciné08-19 ; UPEM/IRCAV) y appréhende les rapports du poète et du cinéma : « La possibilité d’un film », Télérama Hors-Série « Centenaire Apollinaire. Poète sur tous les fronts », mars 2018, pp.60-63.

Colloque « Penser la littérature et le cinéma à travers la culture visuelle »

Dans le cadre du colloque international « Penser la littérature et le cinéma à travers la culture visuelle », organisé par Guillaume Soulez (IRCAV) et Ludovic Cortade (NYU), Carole Aurouet et Laurent Véray présentent le jeudi 12 avril une communication intitulée « Le cinéma dans les revues littéraires et artistiques entre 1908 et 1919 ».

Présentation et programme complet du colloque ici.

Lieu: Salle Athéna, Maison de la Recherche – 4 rue des Irlandais – 75005 Paris

Séminaire CINÉ08-19 – séance du 2 mars 2018

Maison des auteurs – SACD, 7 rue Ballu 75009 Paris, Auditorium

Manon Billaut, Docteure en Etudes cinématographiques à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle / IRCAV.

Elodie Tamayo, ATER et doctorante en Etudes cinématographiques à l’Université Paris 3- Sorbonne Nouvelle / IRCAV.

L’auteur de cinéma en question : les cas d’André Antoine et Abel Gance dans les années 1910-1920.

Encart promotionnel de la firme Pathé paru dans la revue Le Film, le 21 juillet 1917.

Corinne Lebel, SACD, responsable de la valorisation des collections patrimoniales

Pour une contribution à l’histoire du spectacle cinématographique en France 1908-1919 : présentation des ressources archivistiques de la SACD.

Séminaire CINÉ08-19 – séance du 2 février 2018

Centre national de la cinématographie, 22 rue de Galilée, Salle des Fresques, 1er étage.

Céline Ruivo (Cinémathèque française, directrice des collections films).

OFNI (objets films non identifiés) : vers une méthode d’identification.

Les collections films de la Cinémathèque française conservent comme tant d’autres archives des éléments dits non identifiés malgré le travail de catalogage. Ces films datent de la période du cinéma muet et ne contiennent pas de générique ou d’indice permettant de définir leur date de tournage ou la compagnie de production. La nationalité de ces films est souvent l’aspect le plus identifiable dans le travail de catalogage. Ces films que l’on surnomme en interne « OFNI » (objet film non identifiés), ne peuvent pas faire l’objet d’une pleine valorisation de par le simple fait que leur titre et/ou leur auteur est inconnu, et parfois ne subsiste aussi qu’un simple fragment. Nous sommes associés depuis plus de 3 ans maintenant au festival Mostly Lost qui se déroule annuellement aux archives de la Library of Congress et où se déroulent des projections en présence d’experts qui aident à identifier les films américains inconnus dans nos collections. Cette méthode d’identification a fait ses preuves puisque nous avons pu identifier grâce à ce festival plus d’une dizaine de titres. La communication du 2 février tendra à présenter une série d’exemples de films non identifiés qui nécessitent sans aucun doute des méthodes de recherche plus approfondies ou différentes et localiser par exemple les possibles historiens contemporains ou experts, qui pourraient contribuer à nos recherches.

Béatrice de Pastre (Centre national du cinéma et de l’image animée, directrice adjointe du patrimoine cinématographique, directrice des collections du CNC)

Les Visions d’Art à la salle Charras (décembre 1908-avril 1909) : restitution d’une expérience d’art total à partir des archives du Film d’Art.

De décembre 1908 à avril 1909 se tiennent salle Charras à Paris des séances d’un spectacle inédit : Les Visions d’Art. Composées de la récitation d’œuvres poétiques, de pièces dansées, de projection d’images fixes en couleurs et de films accompagnés de musiques originales spécialement composées, ces soirées constituent des expériences d’art total. Le Film d’Art inaugure ainsi les premières tentatives scéniques de légitimation du cinéma en tant qu’art.

André Calmettes, Charles Le Bargy,  L’assassinat du duc de Guise, 1908 (© CNC)