Séminaire 08-19 – séance du 15 février 2019

15 février 2019 – 14h-17h

Université Paris III-Sorbonne nouvelle, Maison de la recherche, 4 rue des Irlandais 75005 Paris, Salle Mezzanine

Aller au cinéma à Metz et à Nancy pendant la Grande Guerre. Une comparaison de la situation dans deux villes de l’arrière-front

Pierre Stotzky, Professeur certifié d’histoire-géographie, Doctorant en Arts à l’Université de Lorraine

L’écriture d’une histoire des salles de cinéma messines et nancéiennes durant la Grande Guerre s’appuie essentiellement sur la consultation des documents conservés aux archives départementales de Moselle et de Meurthe-et-Moselle ainsi que sur celle de la presse locale. Le feuilletage exhaustif de cette dernière permet en outre de reconstituer le marché cinématographique des deux villes puisque les exploitants y publient leurs programmes. L’analyse de ce riche corpus local permettra de comparer l’expérience de spectateurs de deux villes moyennes éloignées d’une cinquantaine de kilomètres, mais situées de part et d’autre de la frontière et de la ligne de front qui coupent alors la Lorraine en deux. Parmi les différents thèmes abordés, celui de la possibilité et de la légitimité du plaisir en temps de guerre sera présent en filigrane tout au long de l’exposé. Cette question est exacerbée dans ces villes de l’arrière-front où le pouvoir est exercé par les autorités militaires et dans lesquelles le bruit de fond des tirs d’artillerie rappelle en permanence la douloureuse réalité de la guerre.

« Cinématographier » au Maghreb dans les années 1910. Les aventures ordinaires d’Albert Samama, prince de Chikli

 Morgan Corriou, Maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis

Depuis les premières projections en Afrique du Nord à la fin de l’année 1896 jusqu’à l’inauguration de la première salle de cinéma tunisoise, baptisée Omnia-Pathé, à l’automne 1908, le cinématographe semble avoir connu une évolution relativement similaire dans les grandes villes des deux rives de la Méditerranée occidentale. Pourtant, son développement au Maghreb se fait dans des conditions précaires, qui tiennent moins à la distance qu’à la situation économique et politique. Né dans la bourgeoisie juive tunisienne, de nationalité française, Albert Samama, dit Samama-Chikli (1872-1934), se distingue comme le premier opérateur local. Son fascinant parcours, ponctué d’une équipée sauvage à bicyclette dans le Sahara, d’une envolée en montgolfière avec appareil cinématographique, ou de folles péripéties dans la Tripolitaine en guerre, est le plus souvent narré sous l’angle de l’extraordinaire et du rocambolesque. À rebours de ce récit conventionnel, je souhaite aborder ici le personnage moins dans son excentricité que dans sa banalité, en m’interrogeant sur sa situation contrainte dans la société tunisienne, dans la colonie française et dans l’industrie internationale du film. À partir des années 1906-1908, Samama professionnalise son activité et entre en contact avec de grandes firmes cinématographiques, telles Pathé et Gaumont. Derrière les coups d’éclat du fantasque personnage, apparaît un souci inextinguible de reconnaissance. Bien que le cinéma commence seulement à s’institutionnaliser, il ne semble n’offrir déjà que des perspectives limitées aux expressions des pays sous domination coloniale. Albert Samama se retrouve vite freiné par la position marginale de la Tunisie dans le marché mondial du film, alors que la France s’impose comme la plaque tournante du commerce cinématographique en Afrique du Nord. À partir du riche fonds d’archives conservé à la Cineteca di Bologna et de la presse tunisienne de l’époque, il s’agit de se pencher sur les vues réalisées par le « prince de Chikli », les conditions de tournage et les circulations de ses films avant le premier conflit mondial.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.