Chushingura (1910) (90 min) de Shōzō Makino

Le 14 décembre 2018, la National Film Archive of Japan (NFAJ) a présenté une nouvelle version restaurée de Chushingura.

Considéré comme la plus ancienne adaptation pour l’écran du « Chushingura », ce film est une sorte de monument de l’histoire du cinéma japonais. Le projet a démarré en 1909 avec la collaboration du metteur en scène Shōzō Makino et de l’acteur Matsunosuké Onoé. Suite à l’important succès public rencontré lors de sa sortie en 1910, le producteur Yokota Shōkai décida de rallonger le film. Le récit, qui se passe au XVIIIe siècle, est basé sur la légende de 47 rōnin, une histoire de vendetta et de suicide rituel pour l’honneur. L’adaptation cinématographique la plus connue en France est celle de Mizoguchi sous le titre de La Vengeance des 47 rōnin. La grande popularité de cette histoire au Japon explique le projet, dès 1910, d’en faire un film au métrage plus long que d’habitude. Il n’est pas facile aujourd’hui d’en comprendre tous les tenants et les aboutissants. Des intertitres ont été ainsi insérés pour indiquer les scènes et mieux distinguer les personnages, d’autant que Onoé joue trois rôles principaux pour satisfaire les attentes du public. Les scènes de combat de samouraï constituent une attraction forte du film. En tout cas, il est clair que la présence du benshi, le bonimenteur japonais, est essentielle pour donner une cohérence à l’ensemble et faciliter la compréhension de l’histoire.

La restauration et la reconstruction du film ont été réalisées à partir de trois copies 35 mm retrouvées dans les collections de la NFAJ (43 min, version sonore avec boniment), de Matsuda (74 min, version sonore avec boniment) et de Kataoka (51 min, version muette avec couleurs). Ces copies, qui correspondent à des montages effectués à des époques différentes, comportent des procédés techniques et formels qui n’apparurent qu’à la fin des années 1910, comme le gros plan ou le champ-contrechamp ; sans parler du son qui a été ajouté beaucoup plus tard. La découverte du troisième film en 2016, dans une salle de cinéma à la campagne, par le bonimenteur japonais Kataoka, a été décisive. À partir de celle-ci et à l’aide de la technologie numérique, une nouvelle version de Chushingura a été réalisée, plus complète que les précédentes. Toutefois, il est évident qu’il manque encore des plans originaux. Avec cet exemple, on mesure combien il est difficile de restaurer à l’identique certains films des débuts du cinéma japonais. Adapté pour l’écran dans le prolongement des représentations du théâtre Kabuki, Chushingura a été en quelque sorte victime de son immense succès. Pendant de nombreuses années, le film, tout en circulant d’une salle à l’autre, a subi diverses modifications pour mieux l’adapter au goût des spectateurs. D’où l’impossibilité, ou presque, de retrouver la version originale. À la fin de la projection à la cinémathèque de Tokyo, un chercheur a bien résumé la situation en disant : « En l’état actuel, c’est sans aucun doute la version la plus proche du film de 1910. Nous attendons néanmoins la découverte de nouveaux documents qui permettront de la compléter ».

Hiroki Kubo (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Teresa Castro (25 mars 2019). Chushingura (1910) (90 min) de Shōzō Makino. Histoire du cinéma en France de 1908 à 1919. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/msii


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.