Maud cambrioleur (René Hervil, Éclipse, 1915)

Le 5 avril dernier à la Cinémathèque française, deux séances du cycle « Fenêtre sur les collections » ont été consacrées à la société de production Éclipse (voir billet du 8 avril). Le premier film projeté lors de cette soirée a été Maud cambrioleur, réalisé par René Hervil en 1915.

LES SÉRIES COMIQUES FRANÇAISES ET LA SÉRIE MAUD

À la suite de ses consœurs Pathé et Gaumont, qui ont inauguré le genre avec des personnages comme Boireau, Dranem, Rigadin ou Max pour la première, et Roméo, Calino ou Bébé pour la deuxième, Éclipse se lance dans la production de séries comiques au début de l’année 1910, d’abord avec le personnage de Cri-Cri interprété par Paul Bertho, puis suivent Arthème, Godasse ou encore Polycarpe pour les plus connus.

La série Maud constitue l’une des rares séries comiques de l’époque à mettre en scène un personnage principal féminin. Sur les plus de 80 séries comiques nominales, basées sur un personnage récurrent, produites avant la Première Guerre mondiale [1], une dizaine seulement suivent les aventures d’une héroïne. Roméo Bosetti est le premier et le plus important metteur en scène de ces séries comiques incarnées par des actrices puisqu’il réalise quatre d’entre elles à la Comica, filiale de la société Pathé qu’il dirige : Léontine (1910-1912), Rosalie (interprétée par Sarah Duhamel, 1911-1913), Zoé (interprétée par Régina Badet, 1913) et Caroline (interprétée par Ellen Lowe, 1914).

Dans le cadre de ma recherche sur la société Éclipse pour le programme de recherche CINÉ08-19, j’ai été amenée à reprendre et enrichir les données recueillies jusqu’à présent sur la série Maud [2]. Cette série comprend ainsi au total 9 films, réalisés entre 1913 et 1916 :

  • Le Charme de Maud (1913), sorti le 28 novembre 1913
  • Maud… en culottes (1914), sorti le 6 février 1914
  • Le Gant de Maud (1914), sorti le 10 avril 1914
  • Maud en chiffons (1914), sorti le 5 juin 1914
  • Maud clubman (1914), sortie prévue le 7 août 1914
  • Maud cambrioleur (1915), sorti le 24 septembre 1915
  • Maud professeur d’anglais (1915), sorti le 5 novembre 1915
  • Maud et Tante Zélie (1915), sorti le 7 janvier 1916
  • Maud amoureuse (1916), sorti le 22 septembre 1916

 

LE RÉALISATEUR

Portrait de René Hervil paru dans « Le Film », n°166, décembre 1919, n. p.

La série des Maud est réalisée par René Hervil, qui en est également le scénariste (ou l’un des scénaristes) [3] et interprète même, dans certains épisodes, le mari de Maud.

René Hervil [4] est d’abord comédien, notamment au Théâtre de Montrouge et au Théâtre des Capucines, puis il apparaît à l’écran dans des films produits par la société Lux et la SCAGL. Pour Éclipse, dont il est l’un des réalisateurs importants, outre la série Maud, Hervil réalise et interprète une autre série comique, celle des Fred. Il collabore également à l’écriture et à la réalisation de nombreux films avec Louis Mercanton, comme par exemple Jeanne Doré [1915], le deuxième film projeté le 5 avril dernier à la Cinémathèque française, ou encore Mères françaises (1917) ou Bouclette (1918) que nous montrerons à la Cinémathèque française en juillet prochain.

 

L’ACTRICE

Le personnage de Maud est interprété par une artiste anglaise communément appelée Miss Campton (parfois orthographié Compton à ses débuts), et occasionnellement Emilie Campton ou Aimée Campton.

Portrait de Miss Campton – [Album Reutlinger de portraits divers, vol. 47] : [photographie positive], 1875-1917 © Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie / Gallica

De son vrai nom Emily Straham Cager, Miss Campton est née en 1882 à Brighton, au Royaume-Uni. Elle arrive en France en 1899, engagée comme danseuse dans des opéras-bouffes et des opérettes au Théâtre des Variétés. Elle y côtoie l’un des interprètes principaux, Charles Petitdemange, dit Prince – qui incarnera plus tard au cinéma le personnage comique de Rigadin chez Pathé -, avec lequel elle est mariée quelques années, de 1900 à 1905. Elle investit rapidement le devant de la scène en tant que chanteuse et comédienne, et se produit au music-hall et au théâtre, dans un registre comique, jouant de son accent anglais, toujours pleine d’entrain et de gaieté.

Au Théâtre des Capucines, elle joue aux côtés de René Hervil entre octobre 1911 et février 1912, dans les revues Et voilà ! de Robert Dieudonné et En douceur ! de Hugues Delorme, avant de tourner sous sa direction la série des Maud pour le cinéma.

Outre le maniement de son accent britannique qui fait son charme, elle se fait une spécialité de se déguiser en homme. Ce motif du travestissement apparaît dans plusieurs de ses revues de music-hall et se retrouve également dans plusieurs épisodes de la série Maud, dont l’épisode Maud cambrioleur, dans lequel Maud se déguise tour à tour en cambrioleur et en détective, pour jouer un tour à un collectionneur d’antiquités qui a refusé de donner à la Société de secours aux blessés pour laquelle elle fait la quête.

Portrait de Miss Campton – [Album Reutlinger de portraits divers, vol. 45] : [photographie positive], 1875-1917 © Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie / Gallica

Après la série des Maud, Miss Campton tourne encore un film, le premier épisode de la série des Anana, produite par les Grands films populaires de Georges Lordier, Anana secrétaire intime (Poggi, 1916), dont le rôle principal est tenu par l’acteur Pierre Etchepare, avec lequel elle a joué plus tôt la même année au Théâtre des Capucines dans la revue En franchise de Hugues Delorme et C.-A. Carpentier.

Elle continue en parallèle et par la suite à se produire sur scène jusqu’au début des années 1920. Elle devient la compagne du directeur des Folies-Bergère, Paul Derval, et se retire du théâtre après avoir joué une dernière fois au Théâtre des Variétés en 1923. Elle décède à l’âge de 48 ans en 1930.

 

LA COPIE DU FILM

Des copies d’au moins 5 des 9 films de la série Maud sont encore conservées aujourd’hui, selon l’état actuel de nos connaissances.

Les collections de la Cinémathèque française renfermaient une précieuse copie 35 mm nitrate teintée de l’épisode Maud cambrioleur. Dans le cadre du projet CINÉ08-19, les équipes du CNC ont pu repartir de cette copie teintée et la scanner en 2K, après un long travail d’assouplissement du support, qui était gondolé, pour qu’il puisse être scanné. Les spectateurs de la séance du 5 avril dernier ont donc eu la grande chance de voir le film, peut-être pour la première fois depuis sa sortie en 1915, avec ses teintages originaux !

 

 

[1] Voir Éric Le Roy, « Filmographie », dans Laurent Guido et Laurent Le Forestier (dir.), 1895. Revue de l’association française de recherche sur l’histoire du cinéma, n°61, « Aux sources du burlesque cinématographique. Les comiques français des premiers temps », septembre 2010, p. 225-252, disponible en ligne.

[2] Dans sa “Filmographie du burlesque français”, Francis Lacassin mentionne 6 puis 7 films de la série Maud, sans citer tous les titres (Francis Lacassin, Pour une contre histoire du cinéma, Paris, Union Générale d’Éditions, 1972, p. 86 ; édition revue et augmentée, Lyon / Arles, Institut Lumière / Actes Sud, 1994, p. 154).  Le catalogue établi par Raymond Chirat recense également 7 films (Raymond Chirat, avec la collaboration de Éric Le Roy, Catalogue des films français de fiction de 1908 à 1918, Paris, Cinémathèque française, 1995). Dans son mémoire, Youen Bernard les a quant à lui tous répertoriés (Youen Bernard, L’Éclipse. L’histoire d’une maison de production et de distribution cinématographique en France de 1906 à 1923, mémoire de maîtrise d’études cinématographiques et audiovisuelles, sous la direction de Christian Delage, Université Paris VIII, 1993). La datation des films n’est cependant pas toujours exacte.

[3] René Hervil déclare dans un entretien en 1923 à propos des films Maud : “Des petites comédies de 300 mètres dont je fus, bien souvent, à la fois l’auteur, le réalisateur et l’interprète.” J. A. de Munto, « Nos réalisateurs. René Hervil », Cinémagazine, n°44, 2 novembre 1923, p. 167.

[4] Sur René Hervil, voir notamment Claude Beylie et Philippe d’Hugues, Les oubliés du cinéma français, Paris, Éditions du Cerf, 1999, p. 77-82 ; Éric Le Roy, « René Hervil », dans François Albera et Jean A. Gili (dir.), 1895. Revue de l’association française de recherche sur l’histoire du cinéma, n°33, « Dictionnaire du cinéma français des années vingt », juin 2001, p. 224-226 ; Jacques Richard, Dictionnaire des acteurs du cinéma muet en France, Paris, Éditions de Fallois, 2011, p. 431-432.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.