Spectacle « Après la guerre » à l’Orangerie de Sceaux

Le Département des Hauts-de-Seine a consacré un sujet au spectacle « Après la guerre » présenté le 18 avril 2019 à l’Orangerie de Sceaux.

Il sʼagit d’un projet original créé à partir du film intitulé En dirigeable sur les champs de bataille (1919 ; muet avec intertitres, 66 min), des collections des Archives de la Planète, version restaurée par le CNC.

Conception : Laurent Véray

Création électro-acoustique : Martin Wheeler 

Texte et récit : Jean Rouaud

Avec le soutien financier de la Mission du centenaire et du département des Hauts-de-Seine.

Orangerie de Sceaux

Commandé par le Service cinématographique de lʼarmée et le banquier Albert Kahn, ce film a été tourné par Lucien Le Saint et Camille Sauvageot entre mars et août 1919. Pris dʼun ballon dirigeable (un zodiac de la Marine), il montre dʼen haut, sous la forme dʼun long plan séquence, les stigmates de la Première Guerre mondiale. Une guerre démesurée à peine achevée. Il est constitué de vues enregistrées de Nieuport jusquʼà Reims et sa cathédrale monumentale, en passant par d’autres villes belges ou françaises, toutes ou partiellement détruites. Si l’on ajoute les rushes non montés, le film montre presque la totalité du front occidental. Lʼobjectif était de constituer une archive du champ de bataille après la fin des hostilités, un témoignage oculaire avant les travaux de reconstruction et de remise en culture de la zone rouge. Ce document exceptionnel était aussi conçu comme une preuve visuelle, une pièce à conviction dans la perspective de lʼattribution dʼindemnités à la France et à la Belgique pour dommages de guerre lors dʼun procès de lʼAllemagne qui nʼaura pas lieu. Le résultat est une empreinte unique, une sorte de carte géographique mobile qui montre lʼampleur du désastre provoqué par lʼarmement moderne et industriel. Rien ne subsiste en effet dans cette vaste étendue mélancolique, hormis des ruines, des tranchées, des trous dʼobus et des forêts dévastées. Aux yeux des contemporains qui découvrirent le film dans les cinémas, la vision en mouvement de ce paysage paisible constitua probablement un choc émotionnel intense car elle dévoilait en quelque sorte un immense cimetière.

À partir de la restauration numérique du film de 1919 entreprise par le CNC, l’historien du cinéma Laurent Véray a imaginé un dispositif proche de l’installation vidéo en lui associant l’esthétique d’une quarantaine de plaques autochromes de la guerre. Les deux médiums servaient à l’époque à des projections pour accompagner les conférences des Archives de la Planète. Martin Wheeler, compositeur de musique de film, César de la meilleure musique originale en 2014 pour Michael Kohlhass, et l’écrivain Jean Rouaud, Prix Goncourt en 1990 pour Les Champs d’honneur, ont été inspirés par En dirigeable sur les champs de bataille. Le premier livrera une improvisation électro-acoustique, alors que le second lira un texte de lui inédit. Ce dispositif plastique, musical et littéraire révélera en quelque sorte la valeur hypnotique et suggestive du film d’origine, sa puissance spectrale. Présenté dans un lieu exceptionnel, au milieu des sculptures de la galerie de l’Orangerie de Sceaux, il invitera les spectateurs dʼaujourdʼhui à une autre histoire, celle du regard. Comme une ombre portée sur le cataclysme humain que fut la Première Guerre mondiale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.