Séminaire Ciné08-19: séance du 27 septembre

Université Paris III-Sorbonne nouvelle, Maison de la recherche, Salle Mezzanine

4 rue des Irlandais 75005 Paris, de 16 h à 19h.

Les films des Archives de la Planète de 1908 à 1919 : du souvenir de voyage à l’entreprise parapublique de documentation.

Anne Sigaud est chargée de recherche au musée départemental Albert-Kahn et doctorante à Sorbonne Université.


Anonyme, « Bordeaux, arrivée de l’Orleans bateau américain », 26-27 février 1917, négatif nitrate © Musée départemental Albert Kahn

De 1908 à 1932, le banquier français Albert Kahn (1860-1940) finance les Archives de la Planète, projet de documentation du monde par la photographie en couleur et par le film, ce dernier medium constituant l’objet de la présente communication.

Au regard de l’économie générale du projet, nous tâcherons de définir la singularité des années 1908-1919 en articulant la notion d’intentionnalité à l’évolution des modalités de production, d’acquisition et de diffusion des images et en proposant une périodisation en trois phases.

Nous distinguerons une première époque, expérimentale, à laquelle succède un moment de codirection impliquant aussi bien le mécène que son directeur scientifique, le géographe Jean Brunhes (1869-1930). Nous verrons quelles inflexions génère la Première Guerre mondiale et nous nous attarderons plus particulièrement sur l’année 1919, année charnière qui conduit à l’institutionnalisation des formes organisationnelles improvisées pendant le temps du conflit.

Nous aboutirons à situer l’entreprise des Archives de la Planète dans l’histoire des interactions entre le secteur privé et l’État, relativement à la défense des intérêts français dans le monde.

Les mots du cinéma documentaire (1908-1919) : de la lexicographie à la sémantique historique.

Teresa Castro est maître de conférences en études cinématographiques à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

En 1958, Jean Giraud publiait Lexique français du cinéma des origines à 1930, son recensement lexical nous fournissant un aperçu précieux sur la façon dont les notions et les termes du cinéma ont évolué et se sont transformés ou précisés lors de ces décennies fondatrices. En m’appuyant à la fois sur des manuels techniques (dont Le Cinématographe scientifique et industriel. Son évolution intellectuelle, sa puissance éducative et morale de Jacques Ducom (1911) et La Technique cinématographique de Léopold Lobel, par exemple), ainsi que sur des textes critiques parus dans des revues de cinéma, je me propose d’explorer, lors de cette présentation, les mots du cinéma « documentaire » dans la période 1908-1919. Giraud rappelle que cet adjectif existait déjà « dans la langue de la photographie à l’époque de l’invention du cinéma » et précise son sens : « qui apporte un document, une information ».[1] La notion de « vues », « scènes » ou « films  documentaires » coexiste, en effet, avec une myriade d’autres expressions: scènes « panoramiques », « de plein air » ou « de genre » ; « films de voyage » ; « film explorateur » ; etc ; elle semble, par ailleurs, indissociable de toute une série de gestes ou formes filmiques bien précis (des panoramiques, des travellings réalisés à partir de trains, de bateaux ou même de ballons en mouvement). Au-delà d’une simple lexicographie, s’intéresser aux mots du cinéma, c’est potentiellement jeter les bases d’une sémantique historique (voire d’une épistémographie). 

[1] Jean Giraud, Lexique français du cinéma des origines à 1930, Paris, CNRS, 1958, pp. 105-106. L’exemple évoqué par l’auteur concernant la photographie est celui du le Musée des photographies documentaires de Paris.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.