Jeanne Doré (Louis Mercanton, 1915)

Le 5 avril dernier à la Cinémathèque française, deux séances du cycle « Fenêtre sur les collections » ont été consacrées à la société de production Éclipse (voir billet du 8 avril). Le deuxième film projeté lors de cette soirée était Jeanne Doré, réalisé par Louis Mercanton en 1915.

Résumé du film

À cause de son addiction aux jeux, Robert Doré, endetté, se suicide, laissant une femme, Jeanne, et un fils, Jacques. Malgré le dévouement de sa mère, Jacques, devenu adulte, est aveuglé par l’amour et commet un crime pour satisfaire la femme mariée qu’il fréquente.

 

NAISSANCE DU PROJET

Il s’agit d’une adaptation de la pièce du même nom de Tristan Bernard, qu’il a écrite spécialement pour la grande artiste de théâtre Sarah Bernhardt, à la demande de la comédienne : « Mme Sarah Bernhardt m’ayant fait l’honneur de me demander une pièce, j’ai cherché un sujet parmi quelques nouvelles que j’avais écrites jadis avec des sujets de pièces, en attendant que l’occasion ou une maturité plus active me permissent d’en faire des comédies ou des tragédies », raconte-t-il à un journaliste du Figaro [1]. La pièce est en effet tirée de la nouvelle « La Dernière Visite » de son recueil Amants et Voleurs paru aux éditions Fasquelle en 1905 [2]. Auteur de pièces comiques, Tristan Bernard s’essaye au drame avec Jeanne Doré [3], même si la pièce contient aussi des passages de comédie, qui ont cependant été supprimés dans l’adaptation cinématographique.

La pièce a été représentée avec succès dans le théâtre de la comédienne, le Théâtre Sarah-Bernhardt, entre décembre 1913 et avril 1914 [4].

[Sarah Bernhardt dans Jeanne Doré, pièce de Tristan Bernard : documents iconographiques], 1913 © Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle / Gallica

[Sarah Bernhardt dans Jeanne Doré, pièce de Tristan Bernard : documents iconographiques], 1913 © Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle / Gallica

Plusieurs critiques soulignent alors l’essence cinématographique de la pièce, de par la sobriété de sa conception et de son texte :

C’est un ouvrage tellement simple que cette simplicité a l’air parfois d’un parti pris. Les cinq premiers tableaux nous avaient, certes, intéressés ; mais, à certains moments ils nous avaient paru un peu trop dépouillés et presque cinématographiques. (Robert de Flers, « Répétitions générales », Le Figaro, 16 décembre 1913, p. 4)

Mais quel beau film, par exemple, à faire avec ce drame ! Tout y est, la mise en scène, l’émotion, la rapidité dans la succession des tableaux ; jusqu’à l’absence de tout ce qui est intrinsèquement en dehors de la formule cinématographique. (Guy de Téramond, « Premières représentations », La Presse, 17 décembre 1913, p. 2)

Comme on le voit, ce drame ressemble à un scénario de cinématographe dialogué, car il est absolument dépourvu de complications qui pourraient contrarier son développement naturel, et ce sont les faits saillants, qui seuls sont traités par l’auteur. (Léon Miral, « Chronique dramatique. Théâtre Sarah-Bernhardt », Le Rappel, 18 décembre 1913, n. p.)

Nous avons mis quelque temps à comprendre où voulait nous conduire le mélodrame sommaire et cinématographique de M. Tristan Bernard. (Léonce Beaujeu, « Chronique dramatique », L’Action française, 21 décembre 1913, n. p.)

Son adaptation pour le cinéma paraît donc naturelle et sera rapidement concrétisée par le réalisateur Louis Mercanton.

Portrait de Louis Mercanton paru dans Pour Vous, n°181, 5 mai 1932, p. 14

Après une expérience de régisseur assistant au His Majesty’s Theatre de Londres, Louis Mercanton (1879-1932) travaille au Théâtre Sarah-Bernhardt et est notamment le régisseur général des tournées européennes et américaines de Sarah Bernhardt [5]. En 1912, Clément Maurice, alors directeur artistique d’Éclipse et qui avait réalisé Hamlet avec Sarah Bernhardt pour le programme du Phono-Cinéma-Théâtre en 1900, et le réalisateur Henri Desfontaines font appel à lui pour faire tourner Sarah Bernhardt dans l’adaptation cinématographique de la pièce d’Émile Moreau La Reine Elisabeth [6], dont elle a tenu le rôle principal, mais qui n’a pas rencontré le succès et n’est restée à l’affiche du Théâtre Sarah-Bernhardt que dix jours, du 11 au 20 avril 1912, avant d’être remplacée jusqu’à la fin de la saison par des reprises de plusieurs pièces en alternance : La Dame aux CaméliasLucrèce Borgia ou encore L’Aiglon. Produit par une filiale franco-anglo-américaine, Histrionic Film, spécialement créée pour l’occasion, et grâce à un apport financier d’Adolph Zukor qui souhaite acquérir les droits pour la distribution américaine, le film sort durant l’été sous le titre Queen Elizabeth aux États-Unis [7] puis en janvier 1913 sous le titre Elisabeth, Reine d’Angleterre en France [8]. À l’automne 1912, Mercanton fonde la société Hecla Film Company, basée à Londres, dont le dessein est « de ne produire que des films sensationnels, avec la collaboration d’acteurs en vogue, y compris Mme Sarah Bernhardt » [9]. Il tourne ainsi pour cette société l’adaptation d’une autre pièce interprétée par Sarah Bernhardt dans son théâtre en 1907, Adrienne Lecouvreur (The Romance of an Actress en anglais), qui sort en juin 1913 aux États-Unis puis en mars 1914 en France. Avant la guerre, Mercanton prend la place de Clément Maurice et devient le directeur artistique de la société Éclipse. N’étant pas mobilisé car d’origine suisse, il poursuit durant la période du conflit son œuvre d’adaptation de pièces de théâtre représentées par Sarah Bernhardt, avec Jeanne Doré.

TOURNAGE DU FILM

Le film Jeanne Doré est lui aussi issu d’une collaboration franco-anglo-américaine, entre Éclipse et la société britannique Trans-Atlantic Film Company, représentante et agent exclusif de distribution pour l’Europe de la firme américaine Universal. Le tournage a lieu à Paris en août et/ou septembre 1915.

Historiens du cinéma, catalogues et filmographies mentionnent la présence d’un co-réalisateur aux côtés de Mercanton en la personne de René Hervil, qu’ils déclarent alors démobilisé. Or, il se pourrait que le film ait été en réalité tourné par Mercanton seul. C’est du moins ce qu’indique René Hervil lui-même a posteriori lorsqu’Henri Langlois lui demande de lui confirmer la paternité de films dont il lui fait la liste lors de la séance du 21 février 1948 de la Commission de Recherche Historique de la Cinémathèque française [10]. René Hervil n’est, de plus, pas encore démobilisé à cette période. Sa fiche matricule de recrutement militaire nous apprend qu’il fait « campagne contre l’Allemagne » du 12 août 1914 au 24 février 1916, date à laquelle il est renvoyé dans ses foyers après avoir été blessé par balle à la tête en Argonne en janvier 1915, opéré à Neufchâteau, puis être passé à la 20e Section de secrétaires d’État-Major et de recrutement le 1er novembre 1915 et classé dans le service auxiliaire le 14 février 1916 [11]. Enfin, des échos et publicités parus dans Ciné-Journal lors de la (res)sortie du film en 1923 ne citent que Mercanton comme metteur en scène.

Publicité pour Jeanne Doré parue dans Ciné-Journal, n°713, 21 avril 1923, p. 14-15 

Quelques mois avant le tournage, Sarah Bernhardt, se déplaçant de plus en plus avec difficulté car souffrant d’une tuberculose osseuse du genou, subit une amputation de sa jambe droite. Dans sa réalisation, Mercanton se trouve donc contraint de filmer une Sarah Bernhardt quasiment toujours immobile, le plus souvent assise ou prenant appui. Ayant recours à une jambe artificielle, il lui arrive de faire quelques pas ; ses difficultés à marcher peuvent alors être expliquées dans le déroulement du récit par l’état moral dans lequel se trouve son personnage.

Photogramme de Jeanne Doré (Mercanton, 1915) – Sarah Bernhardt © La Cinémathèque française

Aux côtés de Sarah Bernhardt qui joue le personnage principal de Jeanne Doré, on retrouve dans le film certains membres de la troupe de la pièce : dans le rôle de son fils Jacques, Raymond Bernard, le fils de Tristan Bernard, dont ce sont les premiers pas au cinéma et qui deviendra réalisateur de films par la suite ; ou encore Jeanne Costa dans le rôle de Fanny, la femme mariée dont Jacques s’éprend.

Photogramme de Jeanne Doré (Mercanton, 1915) – Raymond Bernard © La Cinémathèque française

Photogramme de Jeanne Doré (Mercanton, 1915) – Sarah Bernhardt et Jeanne Costa © La Cinémathèque française

Le rôle du mari de Jeanne, Robert, interprété par Jean Marié de L’Isle, n’existait quant à lui pas dans la pièce originale et a été créé spécialement pour le film. Cette séquence introduisant le film concourt à mettre en évidence la similitude des destins du père et du fils à douze ans d’écart. Tous deux sollicitent l’oncle Michaud pour une aide financière, qu’il leur refuse, en vue d’assouvir une passion : la passion du jeu pour le père, la passion amoureuse pour le fils. L’issue est la même, la mort, quoique le chemin diffère : le père retient sa colère mais se suicide ; le fils commet le crime, pense au suicide après le meurtre de l’oncle Michaud (il hésite à se jeter à l’eau) et est condamné à mort. Le personnage de Michaud n’est pas incarné dans la pièce originale, il en est seulement question dans les dialogues. Ainsi, les scènes de l’acte du meurtre comme de l’arrestation de Jacques, qui sont racontées par les personnages dans la pièce, ont été ajoutées, rendant le film plus mélodramatique que ne l’était la pièce.

Photogramme de Jeanne Doré (Mercanton, 1915) – Jean Marié de L’Isle et Sarah Bernhardt © La Cinémathèque française

De cette première expérience de cinéma, Raymond Bernard livrera ses impressions quelques années plus tard dans un article paru dans la revue Le Film :

Sous l’habile direction de Mercanton, l’exécution du film marcha rondement : en quinze jours les dix-huit cents mètres que comportait la bande étaient achevés. Et ce furent, en effet, des journées amusantes. Sarah se prodiguait avec son entrain, sa gaîté et sa foi coutumière. Lorsqu’en répétant, elle pleurait de vraies larmes, « j’ai autant de chagrin qu’au théâtre », me disait-elle, ravie.

Pour moi, dans ce travail, tout était nouveau et surprenant.

À quelque temps de là, je fus convoqué à la projection du film. Je vis un drame qui rappelait vaguement celui que j’avais créé à la scène. L’interprète de Jeanne Doré ressemblait parfois à Sarah-Bernhardt. Il y avait aussi un grand jeune homme qui était absolument insupportable ; il gesticulait sans arrêt et ne cessait de faire d’abominables grimaces. Il me ressemblait, par instant, au point que je partis vexé… Je venais de prendre ma première leçon de ciné. [12]

SORTIE DU FILM

Carton titre du film Jeanne Doré (Mercanton, 1915) © La Cinémathèque française

Carton générique du film Jeanne Doré (Mercanton, 1915) © La Cinémathèque française

Le projet du film se fonde sur la renommée internationale de Sarah Bernhardt dans l’optique de l’exporter aux États-Unis. Le film débute d’ailleurs sur un plan de présentation de l’actrice, un bouquet de fleurs à la main, saluant le public. Elle est la star et constitue l’attraction principale du film. D’autant plus qu’une dernière tournée (« final tour ») de Sarah Bernhardt à travers les États-Unis est prévue en septembre 1915 et que ressort déjà à cette occasion un film documentaire produit par la société Hecla de Mercanton en 1912, Sarah Bernhardt à Belle-Isle (Sarah Bernhardt at Home en anglais), montrant la vie de l’artiste dans sa maison sur la côte bretonne, jouant au tennis ou pêchant des crevettes [13].

La tournée, qui doit commencer à New York le 18 septembre 1915, n’a finalement pas lieu, Sarah Bernhardt étant trop fatiguée, ce qui rend encore plus attractif le film Jeanne Doré aux États-Unis. Le film est distribué par une société nouvellement créée en décembre 1915, Bluebird Photo-Plays, également affiliée à la société Universal, dont ce sera le premier film distribué. Une projection privée du film se tient dans les bureaux d’Universal le 20 octobre 1915 [14] et une pré-projection publique est organisée le 6 janvier 1916 à New York. Le film sort le 24 janvier suivant, les Américains en ont ainsi la primeur.

Le film sort ensuite ailleurs dans le monde, notamment en septembre 1916 en Amérique latine et en Espagne, parfois sous le titre Mater Dolorosa [15]. Sarah Bernhardt incarne en effet dans Jeanne Doré une figure de Mater Dolorosa et personnifie à nouveau l’héroïsme et le deuil féminins dans le film Mères françaises de Louis Mercanton et René Hervil tourné durant l’été 1916.

Jeanne Doré semble cependant tarder à sortir en France. Le film est aussi annoncé à venir dès l’automne 1916 mais sa sortie s’avère être repoussée à plusieurs reprises : elle est, par exemple, signalée dans la rubrique « Carnet du cinéma » du journal illustré Le Carnet de la Semaine entre septembre 1916 et août 1917 ; le film est également mentionné dans les « prochains succès » distribués par l’Agence Générale Cinématographique (AGC) dans des publicités parues dans Ciné-Journal (n°382 du 9 décembre 1916) et dans Le Film (n°87 du 12 novembre 1917, n°106-107 du 2 avril 1918). Un article de Louis Delluc, réclamant un beau film avec Sarah Bernhardt, paru dans Le Film en mai 1918, précise :

On réserve Jeanne Doré – tiré de la pièce de M. Tristan Bernard – pour des temps plus fortunés. Est-ce bien sage ? Et ne faudrait-il pas produire ce film bon de Sarah-Bernhardt avant qu’on n’en réalise un meilleur ? Mères Françaises n’était pas non plus ce film-là. [16]

La sortie de Jeanne Doré paraît ainsi avoir été différée car un autre film dont elle tient le rôle principal, Mères françaises, est tourné et sort en février 1917. Delluc annonce cependant en septembre 1918 que le film sortira durant l’hiver suivant [17]. Jeanne Doré est en effet projeté en province, par exemple à Marseille en octobre 1918 [18].

À Paris, le film pourrait n’être sorti pour la première fois qu’en avril 1923, alors que Sarah Bernhardt vient de mourir le 26 mars, et en même temps que ressortent d’autres films dans lesquels elle a joué pour lui rendre hommage. L’expression de « film inédit » pour qualifier Jeanne Doré est ainsi employée (voir par exemple la publicité de l’AGC ci-dessus). Est alors louée par certains la vertu du cinéma à faire revivre les morts sur l’écran. Le film est aussi critiqué par d’autres, qui le trouvent mauvais et en aucun cas honorifique pour la mémoire de Sarah Bernhardt et qui accusent la maison de distribution d’avoir profité de son décès [19].

COPIE DU FILM

La copie du film, projetée le 5 avril dernier, provenant des collections de la Cinémathèque française, est issue d’une restauration effectuée en 1984 par la monteuse Renée Lichtig, qui a travaillé à la Cinémathèque et y a restauré de nombreux films dans les années 1980.

Pour ce film, elle est partie d’un contre-type nitrate des collections de la Cinémathèque, qui comprenait ce qu’on appelle des flash-titles – soit des intertitres sous la forme de quelques photogrammes qui indiquent leur emplacement et doivent être dupliqués pour obtenir une longueur suffisante pour qu’ils puissent être lisibles à la projection.

Une scène qui a fait parler d’elle dans la presse américaine lors de la sortie du film est absente de la copie conservée par la Cinémathèque, ayant sans doute été coupée : la scène finale de la mise à mort de Jacques Doré, guillotiné. Plusieurs revues de cinéma américaines reprennent en effet l’anecdote de deux avions allemand et français qui, lors du tournage de cette scène, auraient survolé la zone en se poursuivant, et auraient capté l’attention de l’équipe, retardant le tournage d’une journée, la lumière n’étant plus satisfaisante pour tourner une fois l’incident passé [20].

Photographies de Jeanne Doré (Mercanton, 1915) parues dans Motion Picture News, 6 novembre 1915 p. 82

 

[1] Non signé, « Figaro-Théâtre. Avant le Rideau », Le Figaro, 15 décembre 1913, p. 5.

[2] Le recueil est disponible sur Gallica dans une version illustrée par Louis Strimpl éditée chez Calmann-Lévy en 1910.

[3] Le texte de la pièce est disponible sur Gallica, édité avec d’autres pièces de Tristan Bernard chez Calmann-Lévy en 1917.

[4] Sur la pièce Jeanne Doré, voir notamment Éric Bonnefille, Raymond Bernard. Fresques et miniatures, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 15-20.

[5] Serge Basset, « Courrier des théâtres », Le Figaro, 18 septembre 1908, p. 5 ; Non signé, « Th. Sarah-Bernhardt », Comoedia, 10 octobre 1910, p. 4.

[6] V. Guillaume-Danvers, « L’histoire du cinéma. Les Débuts de Sarah Bernhardt », Cinémagazine, n°3, 19 janvier 1923, p. 97-99.

[7] Sur l’histoire, la carrière et la postérité du film aux États-Unis, voir notamment le chapitre XIII « Enter Sarah Bernhardt » dans Will Irwin, The House that Shadows Built, Garden City, New York, Doubleday, Doran & Company, 1928, p. 154-169 ; Adolph Zukor, The Public is Never Wrong, New York, G. P. Putnam’s Sons, 1953, p. 61-79 ; Jean-Marc Leveratto, « Queen Elizabeth (1912), le mélodrame et la formation du feature film » dans Dominique Nasta, Muriel Andrin et Anne Gailly (dir.), Le mélodrame filmique revisité / Revisiting Film Melodrama, Bruxelles, Peter Lang, 2014, p. 145-156.

[8] Publicité de l’Agence Générale Cinématographique parue dans Ciné-Journal, n°232, 1er février 1913, p. 74.

[9] Non signé, « Échos de Partout. La production Anglaise », Ciné-Journal, n°218, 26 octobre 1912, p. 58.

[10] « JEANNE DORÉ c’est de MERCANTON seul.» Voir « René Hervil : réunion du 21 février 1948 », 36 ff. dact. avec annotations manuscrites, 1948, p. 6. Cinémathèque française, fonds Commission de Recherche Historique, CRH50-B2.

[11] Fiche matricule de René Dezerville, 1 f. ms., 1901. Archives de Paris, États signalétiques et des services militaires de gardes nationaux et de conscrits de la Seine : registres matricules, 2e bureau, D4R1 1110. Document numérisé sur le site internet des Archives de Paris. Hervil participe encore à la campagne à l’intérieur du 9 juillet au 23 août 1919, date à laquelle il est mis en congés. Voir aussi Non signé, « Nos mobilisés », Ciné-Journal, n°3, 1er mars 1915, p. 17.

[12] Raymond Bernard, « Conversions », Le Film, n°146-147, 7 janvier 1919, p. 21.

[13] Publicité pour le film Sarah Bernhardt at Home, distribué par The Photoplay Releasing Company, parue dans The Moving Picture World, vol. 25, n°4, 24 juillet 1915, p. 721.

[14] Non signé, « Bernhardt in Photo Play. Her Lameness Hidden in “Jeanne Dore”, Shown Privately », The New York Times, 21 octobre 1915, p. 11, cité dans Éric Bonnefille, op. cit., p. 24.

[15] El Corresponsal, « Nuestros corresponsales. De la ciudad condal », Cine-Mundial, tome 1, n°10, octobre 1916, p. 434 ; J. H. C., « Nuestros corresponsales. Las peliculas americanas en el Brasil », Cine-Mundial, tome 1, n°11, novembre 1916, p. 474.

[16] Louis Delluc, « Notes pour moi », Le Film, n°114, 20 mai 1918, p. 13.

[17] Id., « Cinéma et Cie. Un an au cinéma », Paris-Midi, n°2728, 7 septembre 1918, n. p.

[18] Le film passe au Cinéma Régent la semaine du 11 au 17 octobre 1918. Voir Le Petit Marseillais, n°18391 du 11 octobre 1918 au n°18397 du 17 octobre 1918.

[19] Sur la réception critique française de Jeanne Doré, voir Éric Bonnefille, op. cit., p. 24-25.

[20] Voir, par exemple, Non signé, « Picture News and Notes », Pictures and the Picturegoer, 23 octobre 1915, p. 66.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.