Éclipse, la face cachée de l’histoire du cinéma

Le mois dernier, commençait mon aventure au sein d’un ancien fort militaire, devenu aujourd’hui l’antre des collections films de la Cinémathèque française…

Le Fort de Saint-Cyr © Lionel Allorge / Wikimedia Commons

Ma mission : mener des recherches sur les films de la période 1908-1919 quelque peu oubliés, voire jamais identifiés. Et pour ce faire, explorer les collections des différentes institutions partenaires du projet ANR CINÉ08-19, avec l’aide des accueillants et bienveillants propriétaires des lieux.

De rapides investigations m’ont amenée à centrer mes recherches sur une société de production et de distribution française en particulier : Éclipse.

Logo de la société Éclipse © Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration Didot-Bottin 1907 / Gallica

Les travaux pionniers de Youen Bernard, dont son mémoire de maîtrise L’Éclipse. L’histoire d’une maison de production et de distribution cinématographique en France de 1906 à 1923, soutenu en 1993 à l’Université Paris VIII sous la direction de Christian Delage, n’ont pas eu, à notre connaissance, de successeur.

Des recherches ont été menées également sur Charles Urban par Luke McKernan, qui lui a consacré notamment une thèse en 2003, ‘Something More than a Mere Picture Show’: Charles Urban and the Early Non-Fiction Film in Great Britain and America, 1897-1925, dont une version remaniée a paru sous le titre Charles Urban: Pioneering the Non-Fiction Film in Britain and America, 1897-1925 (University of Exeter Press, 2013), ainsi qu’un site internet : http://www.charlesurban.com/. Il a aussi participé à la reprise et à l’enrichissement en ligne de l’ouvrage épuisé Who’s Who of Victorian Cinema édité en 1996 par le British Film Institute (BFI) : http://www.victorian-cinema.net/.

Éclipse est une société mal-aimée de l’histoire du cinéma. Youen Bernard rappelle dans son mémoire qu’elle n’a bénéficié que de peu de crédit aux yeux des historiens depuis toujours :

Coissac, dans son histoire du cinéma, éditée en 1925, ne cite même pas le nom de la firme. Georges Sadoul parle seulement de ses origines et ne cite que quelques chiffres. Jean Mitry, au même titre que R. Boussinot, que M. Bardèche et R. Brasillach, que Ph. d’Hugues, parle de la création de la firme, qu’il replace dans son époque en précisant son mode de distribution en France et à l’étranger. Charles Ford n’évoque l’Éclipse que pour la série Arizona Bill alors que Francis Lacassin cite toutes les séries comiques Éclipse. En bref, les historiens ne savent que peu de choses sur cette firme, et souvent, leurs connaissances sont éparses. (p. 4)

Or, Éclipse constitue l’une des sociétés les plus importantes des premières décennies du cinéma.

La Société Générale des Cinématographes Éclipse est fondée en 1906 par George Henri Rogers et Paul Joseph Roux, sur la base d’une agence préexistante de la firme anglaise Charles Urban Trading Company à Paris.

Américain d’origine austro-hongroise et prussienne, Charles Urban (1867-1942), après une première expérience dans la vente de livres et de phonographes et la direction d’un Kinetoscope Parlor et d’une agence de Vitascope aux États-Unis, conçoit le projecteur Bioscope et se rend à Londres en 1897 pour diriger la succursale de la société américaine Maguire and Baucus, distributrice des films Edison en Europe. Celle-ci est rapidement transformée en une nouvelle société de production et de vente de matériel, la Warwick Trading Company. Urban y fonde six ans plus tard sa propre société, la Charles Urban Trading Company, poursuivant, outre la production et la distribution de films essentiellement documentaires et d’actualités, l’exploitation d’innovations techniques : son projecteur Bioscope, sa caméra portative Bioscope, le procédé Kinémacolor de cinématographie en couleurs naturelles de l’Anglais George Albert Smith (voir notamment à ce sujet l’article de Benoît Turquety, « Le naturel et le mécanique : le Kinémacolor à la conquête de Paris, ou Charles Urban vs Charles Pathé« , 1895 revue d’histoire du cinéma, no 71, « Le cinéma en couleurs. Usages et procédés avant la fin des années 1950 », sous la direction de Priska Morrissey et Céline Ruivo, hiver 2013, p. 81-105, disponible en ligne).

L’agence française de la Charles Urban Trading Company est établie à Paris en 1904 par George Rogers, qui travaillait à la Warwick Trading Company depuis 1900, notamment comme opérateur de prise de vue, et en dirigeait déjà la succursale à Paris.

La Société Générale des Cinématographes Éclipse conserve le même siège social, au 33, passage de l’Opéra, Galerie du Baromètre, dans le 9e arrondissement de Paris. Dotée d’un capital de 600 000 francs à sa création, elle procède à des augmentations successives de son capital et à des rachats d’autres firmes, à commencer par sa maison mère la Charles Urban Trading Company, puis la Société Générale des Cinématographes Radios en 1908.

Elle devient dès lors l’une des sociétés cinématographiques dominantes de l’époque, à la suite des sociétés Pathé, Gaumont et Éclair, et adopte ce que Youen Bernard appelle « une stratégie de « suivisme » ». Outre la grande part de documentaires et d’actualités, héritée de sa filiation avec la Charles Urban Trading Company, elle s’engage ainsi dans une diversité de productions afin de concurrencer ses consœurs majeures : des films historiques et artistiques et des adaptations de pièces de théâtre à la manière du Film d’art, de la SCAGL et de l’ACAD ; des séries de films policiers basées sur un personnage, tel que Nat Pinkerton, interprété par Pierre Bressol, qui incarnait déjà Nick Carter dans la série de films produite par Éclair ; des séries comiques, comme Arthème ou Polycarpe réalisées par les frères Ernest et Charles Servaès, à l’instar des séries Max et Rigadin chez Pathé ou Calino chez Gaumont par exemple ; etc. Durant la Grande Guerre, Éclipse est par ailleurs autorisée au même titre que les trois autres firmes à envoyer un opérateur sur le front au sein de la Section Cinématographique de l’Armée (SCA), Émile Pierre. Bien que marginaux, Youen Bernard a également recensé des films d’autres genres : films fantastiques, fééries, dessins animés d’Émile Cohl, westerns tournés par Jean Durand, Joë Hamman et Gaston Roudès (notamment la série Arizona Bill). En somme, une production riche et diversifiée, réalisée et interprétée par des grands noms de l’histoire du cinéma, tels que, outre ceux déjà cités : Henri Desfontaines, René Hervil, Louis Mercanton pour les réalisateurs, Harry Baur, Simone Genevois, Suzanne Grandais, Jacques Grétillat, Paul Guidé, Jean Marié de L’Isle ou encore Max Maxudian pour les acteurs.

Cette société, l’ensemble de ses fondateurs et animateurs, de ses réalisateurs, acteurs, scénaristes, opérateurs, de sa production même, restent pourtant encore aujourd’hui relativement méconnus.

Nous aspirons donc, porteurs du projet CINÉ08-19, institutions partenaires et moi-même, par cette recherche qui s’ouvre, que nous entreprenons ensemble durant un an, à poursuivre les travaux novateurs bien qu’anciens de Youen Bernard, par une œuvre de valorisation sur l’histoire, les productions, les personnalités de la firme Éclipse.

Un parcours que j’espère semé de trouvailles et que je vous invite à suivre tout au long de ses étapes.

Emmanuelle Champomier
Chercheuse postdoctorale
(Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Cinémathèque française)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.