La fondation et l’installation de la société Éclipse

Mes recherches sur la firme Éclipse m’ont d’abord tout naturellement amenée à explorer les traces de sa fondation. Où et par qui est-elle constituée, et par qui est-elle financée ?

Sur la création de la société, outre le mémoire de Youen Bernard, cité dans mon précédent billet, je renvoie par ailleurs à la notice qui lui est consacrée dans l’« Annuaire du commerce et de l’industrie cinématographiques (France-1913) » établi par Thierry Lefebvre et Laurent Mannoni dans le numéro hors-série « L’année 1913 en France » de la revue 1895 (1993), disponible en ligne.

L’enregistrement de la société a été effectué auprès du Tribunal de commerce de la Seine en septembre 1906, par le dépôt de ses statuts, de la déclaration de souscription et de versement avec la liste de ses actionnaires et des procès-verbaux des deux Assemblées générales constitutives – documents conservés aux Archives de Paris, dans le fonds du Tribunal de commerce de la Seine [1].

À la fondation de la société, deux hommes : George Henri Rogers et Paul Joseph Roux, dont je sais peu de choses pour le moment et sur lesquels les recherches doivent encore être approfondies.

D’après Luke McKernan (http://www.charlesurban.com/biographies.html), avant de travailler pour Charles Urban, George Rogers est responsable des accessoires pour Bolossy Kiralfy, producteur influent de spectacles à travers l’Europe et les États-Unis à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Comme dévoilé dans mon précédent billet, Rogers travaille ensuite à la Warwick Trading Company à partir de 1900, au service des stocks et des expéditions puis comme opérateur de prise de vue, et en dirige la succursale à Paris à partir de 1902, puis de la Charles Urban Trading Company. En 1904, il couvre notamment la guerre russo-japonaise, du côté russe, tandis que Joseph Rosenthal, autre opérateur de la firme, couvre le même conflit du côté japonais. Rogers devient acquéreur du fonds de commerce de Charles Urban à Paris en octobre 1903. Au même moment, il fonde avec Paul Roux [2] une société en nom collectif « G. Rogers et P. Roux », à laquelle je m’intéresserai dans un autre billet. Malade, il décèdera en 1912, à l’âge de 38 ans [3].

À la création d’Éclipse, Rogers habite à quelques rues du siège social de la société, au 22 rue de Maubeuge, dans le 9e arrondissement de Paris. Éclipse est, elle, installée dans les locaux précédemment occupés par l’agence française de la Charles Urban Trading Company, au 33 passage de l’Opéra, dans la galerie du Baromètre, construite au début du XIXe siècle et détruite dans les années 1920 avec l’achèvement du boulevard Haussmann. Avant d’être le siège de la Warwick puis de la Charles Urban Trading Company et enfin d’Éclipse, cette adresse a accueilli des limonadiers, des imprimeurs ou encore l’administration et la rédaction des journaux Le National et La Réforme, et même, pour une année seulement fin 1896-1897, le « Cinématographe Kaiser » qu’exploite Gabriel Kaiser [4]. Ce passage a également été investi par d’autres firmes cinématographiques, telles que la Star-Film de Georges Méliès ou la Continental Warwick Trading Company dirigée par Raleigh et Robert. Il constituera par la suite un lieu de réunion des dadaïstes et des surréalistes, auquel Louis Aragon consacrera un texte resté célèbre dans Le Paysan de Paris.

A.-P. Martial, Passage de l’Opéra : Boulevard des Italiens : [estampe] / APM [Potémont], [1877] © Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie / Gallica

La dénomination exacte de la société telle qu’elle apparaît sur l’acte de fondation est « Société Générale des Cinématographes Éclipse (ancienne maison Charles Urban Trading Company de Paris) ». Elle a pour objet :

1° La fabrication, l’acquisition, la vente, l’échange, la location et l’exploitation industrielle et commerciale de tous objets concernant la photographie, la cinématographie et la phonographie, et pouvant servir directement aux explications [sic] [lire « applications »] quelconques de la lumière, de l’optique, de l’électricité, de l’acoustique et autres sciences.
2° L’acquisition, l’exploitation, l’obtention, la vente ou cession de tous brevets se rapportant à l’objet de la Société et la création de toutes marques de fabrique.
3° L’achat, la construction, la prise à bail, avec ou sans promesse de vente, et l’aménagement de tous immeubles et de tous matériel pouvant servir à son commerce.
4° L’achat, par voie d’apport ou autrement, de tous établissements se rattachant à l’objet de la Société ou pouvant en faciliter l’extension et le développement.
5° La participation directe ou indirecte de la Société dans toutes les opérations pouvant se rattacher à l’un des objets précités, par voie de création de Sociétés nouvelles, d’apport, de fusion ou autrement.
6° Et généralement, toutes opérations commerciales, industrielles et financières, se rattachant directement ou indirectement à l’objet de la Société. Le tout en France, dans ses colonies et pays de protectorat et à l’Étranger.

Les apports de Rogers et Roux à la société, estimés au total à 160 000 francs, comprennent notamment le fonds de commerce « Urban Trading Company » (matériel, biens mobiliers, appareils, marchandises, etc.), des sommes déposées au titre de garantie auprès de diverses compagnies (la Compagnie Edison, la Compagnie du Gaz, la Compagnie de l’Air Comprimé), un dépôt à la banque du Crédit Lyonnais, ou encore la licence exclusive pour l’emploi, la fabrication et la vente en France, en Angleterre, en Belgique, en Italie et en Allemagne, “d’appareils brevetés pour produire des peintures mobiles et pour mettre les films à l’abri du feu”.

Plusieurs baux, précédemment consentis, viennent également enrichir les apports. La nouvelle société bénéficie ainsi d’un grand local au rez-de-chaussée dans la galerie du Baromètre (suivant un acte passé en 1902 entre Charles Urban d’une part et le Comte Costa de Beauregard et le Comte du Chastel Audelot de la Howarderie d’autre part, puis entre Urban et Rogers en 1903), d’un atelier au rez-de-chaussée, d’un magasin communiquant avec cet atelier et d’un autre magasin contigu, dans une maison située 32 rue Saint-Marc dans le 2e arrondissement de Paris, à quelques rues du passage de l’Opéra (suivant un acte passé en 1905 entre Rogers et Roux d’une part et MM. Canoville d’autre part), ainsi que d’une propriété située 27 rue d’Aboukir à Courbevoie (suivant un acte passé en 1906 entre Rogers et M. et Mme Boudet, marchands de beurres à Asnières). Cette dernière avait auparavant hébergé, à partir de 1898, la filiale française de l’American Mutoscope and Biograph Company, qui y avait bâti un théâtre de prise de vues en plein air, des laboratoires et des ateliers [5].

Les anciennes installations de l’American Biograph constituèrent pendant plusieurs années les seuls laboratoires, ateliers et studio de l’Éclipse en France. Si l’on en croit la description qu’en fit La France économique et financière du 6 juin 1908, ces installations n’avaient guère été modernisées et étaient restées très rudimentaires. [6]

 

Siège social et ateliers d’Éclipse © Google Maps

 Accès au Passage de l’Opéra         Atelier au 32 rue Saint-Marc
 Domicile de George Rogers

 


Les statuts indiquent par ailleurs que la société est administrée par un Conseil composé de 2 membres au moins et 7 au plus, nommés par l’Assemblée générale des actionnaires. Le premier Conseil d’administration de la société est composé uniquement de Rogers et de Roux, qui établissent de rester en fonction jusqu’à l’Assemblée générale ordinaire de 1911, décision approuvée par l’Assemblée générale constitutive de la société. Les statuts prévoient en outre que le Conseil peut “conférer à un ou plusieurs directeurs et sous-directeurs, membres de la société ou non, les pouvoirs qu’il juge convenables pour la direction technique et commerciale des affaires de la société”. Le premier directeur établi par les statuts est Rogers, qui aura seul la direction générale des affaires de la société, et le premier sous-directeur est Roux, « qui aura également la direction des affaires de la société, mais seulement sous les ordres et sur les indications de M. Rogers ». La direction leur est confiée jusqu’à l’Assemblée générale de 1921.

Le capital social de la société s’élève à 600 000 francs et est divisé en 6 000 actions de 100 francs, dont 2 600 ont été attribuées à Rogers et à Roux en représentation de leurs apports. Roux ne souscrit pas d’actions supplémentaires à ses 1 300 actions de fondateur – il est également absent lors de la déclaration de souscription chez le notaire le 22 août 1906 et donne procuration à Rogers pour faire cette déclaration en son nom. Rogers, lui, contracte en outre 350 actions, ce qui en fait l’actionnaire majoritaire avec  1 650 actions.
Vient ensuite Georges Sitt (1864, Alep-1925, Paris), banquier et courtier d’affaires et administrateur de sociétés minières et industrielles, qui possède 1 439 actions. Les autres actionnaires – je n’ai pu recueillir jusqu’à présent que des informations partielles et uniquement pour certains d’entre eux – sont, par ordre d’importance : Henri Harz (500 actions), Albert Lecointe (320 actions), Georges Jardin (150 actions), le médecin-dentiste Léonce Bigaignon (100 actions), Pauline Hahn (100 actions), Moch Lévy (100 actions), Raoul de Manthé (100 actions), Edgard Nathan (100 actions), Alfred Vignal (100 actions), conseiller référendaire à la Cour des comptes et chef adjoint du cabinet du ministre des Finances Maurice Rouvier, Aimée Bigaignon (20 actions), Jules Vincentelli (15 actions) et Louis Carlier (6 actions).

Rogers dépose, également seul et au nom de Roux, les procès-verbaux des deux Assemblées générales constitutives de la société, qui se sont tenues au siège social les 18 et 30 août 1906. Roux y est également absent, représenté par Rogers.
On ne semble retrouver Ernest May, que Youen Bernard présente comme le co-fondateur de la société avec Rogers, qu’au cours de ces assemblées constitutives. Un certain May est en effet cité comme secrétaire des assemblées – cette fonction, comme l’indiquent les statuts, peut ainsi être occupée par quelqu’un qui n’est pas membre du Conseil d’administration ni même actionnaire de la société. L’implication de ce célèbre banquier amateur d’art chez Éclipse paraît s’étendre seulement par la suite…

 

[1] Enregistrement de l’acte de constitution de la Société Générale des Cinématographes Éclipse, cote D32U3 140 ; Dépôt des statuts et déclaration de souscription de la société, cote D31U3 1113.

[2] Désigné comme négociant dans l’acte de fondation de la société Éclipse, au même titre que Rogers, et domicilié à Bois-Colombes.

[3] Voir son avis de décès dans Ciné-Journal, no 218, 26 octobre 1912, p. 54.

[4] Voir Jean-Jacques Meusy, Paris-Palaces ou le temps des cinémas (1894-1918), 2e éd. revue et corrigée, Paris, CNRS Éditions, 2002, p. 49-50.

[5] Voir Jean-Jacques Meusy et Paul C. Spehr, “Les débuts en France de l’American Mutoscope and Biograph Company”, Histoire, économie et société, no 4, 1997, p. 671-708.

[6] Ibid., p. 708.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.