Le Ciné-Théâtre Girondin : un cinéma de quartier des premiers temps [1]

État des lieux

Partir en quête des premières salles de cinémas dans la Ville est un défi lancé au temps : faire l’histoire de lieux en prise avec des espaces urbains en constante évolution. Le risque est grand pour que bon nombre de ces espaces de projection ne soient plus que de lointains souvenirs n’ayant laissé que fort peu de traces dans la géographie urbaine contemporaine, d’autant plus quand notre intérêt porte sur des cinémas apparus dans les deux premières décennies du XXe siècle. Tel est le cas de Bordeaux où une cartographie des salles se dessine dès les années 1910 avec l’apparition de premiers quartiers de cinéma, disséminés dans le centre et en périphérie.

La ville se dote d’un riche patrimoine architectural cinématographique[1] dans les premières décennies du XXe siècle, patrimoine des spectacles et des loisirs aujourd’hui sinon disparu, du moins profondément modifié suite à l’arrivée des salles multi-écrans dans les années 1970. Parmi les nombreuses adresses de salles identifiées dans la période du projet de recherche Ciné 08-19, une a particulièrement retenu notre attention en raison de l’abondance d’archives liées à ce lieu et à sa localisation : le Ciné-Théâtre Girondin, situé à l’angle de l’ancienne route de Pessac et de la rue Gaston Lespiault[2], à proximité d’une des barrières bordelaises sur la ceinture des boulevards.

Notre enquête nous a amené dans un premier temps à consulter les autorisations de voirie, conservées aux Archives Bordeaux-Métropole (ex-archives municipales) puis la presse locale, en particulier La Petite Gironde.

Les autorisations de voirie

En ce qui concerne les autorisations de voirie, un bref rappel historique est nécessaire pour mieux comprendre la nature de ces documents administratifs. Il s’agit des ancêtres des permis de construire. Ces documents, conservés aux Archives Bordeaux-Métropole sous la cote [sous-série] 50 0, constitue une source de tout premier plan pour la construction privée à Bordeaux. En effet, la ville, par arrêté municipal du 2 juillet 1864, met en place un règlement de voirie urbaine. Tout propriétaire désireux d’effectuer des travaux de construction ou de modification de façade est dès lors obligé d’en faire la demande à la Mairie, ce qui s’applique pour l’édification d’un cinéma. Cette sous-série couvre les années 1865–1945 et présente, par ordre alphabétique de nom de rue, la lettre de demande de chaque propriétaire, accompagnée des plans relatifs au bâtiment souhaité. En raison de la période étudiée, les constructions mentionnées se trouvent pour la plupart comprises entre les cours[3] et les boulevards, quartiers alors en pleine expansion.

Par chance, le dossier de la route de Pessac contenait deux demandes d’autorisation de voirie pour les années 1908-1919. Chacune d’elle est constituée d’une lettre de demande du propriétaire du terrain et de plans. La première demande est datée du 4[4] et du 25[5] mai 1914. La lettre du propriétaire fait simplement état d’un projet de construction d’un « immeuble ». Elle est accompagnée de cinq plans et d’une demande d’autorisation manuscrite d’Edouard Hervet[6], propriétaire :  

Élévation façade (1914)

Coupe longitudinale (1914)

Cette demande, classique dans sa forme, nous informe que M. Edouard Hervet « propriétaire d’un terrain sis Chemin de Pessac, à l’angle de la rue Gaston Lespiault » souhaite « y faire édifier un immeuble ». Ce dernier a fait appel aux services de M. Loubatié, architecte, et M. Jules Pinçon, entrepreneur engagé pour les travaux. Comme toute intervention privée sur la voie publique, ces travaux suivent une procédure administrative bien stricte, impliquant l’intervention du géomètre adjoint à la Ville et de l’inspecteur en charge de valider ou non la demande de construction. Après quelques remarques faites par ces employés municipaux il est convenu qu’« il y a lieu d’autoriser la construction d’un bâtiment partie à deux étages, partie à trois étages » à compter du 8 juillet 1914.

Bien qu’il soit marqué noir sur blanc sur les plans que le projet de construction est bien une « salle de cinéma » l’ambiguïté est de mise dans la demande d’autorisation où il est seulement fait état, comme nous venons de le voir, de l’édification d’un « immeuble ». Il faut se référer à ces fameux plans pour prendre toute la mesure de la nature de l’édifice censé être ériger : une salle de cinéma.

Par ailleurs, ces plans se révèlent être une source d’information essentielle dans notre manière d’appréhender d’anciens lieux de spectacles et de loisirs tels que les cinémas : disposition et aménagement de la salle, nombre de places, taille de l’écran, éléments architecturaux, etc.

Une deuxième demande d’autorisation de voirie nous renseigne sur des travaux ultérieurs qui ont lieu en 1915. En effet, les documents datés du 10 novembre 1915 concerne la « construction d’un fumoir en prolongement de l’immeuble qui existe côté de la rue Gaston Lespiault ».

Que nous indique cette demande par rapport à la précédente ?

  • Le propriétaire de l’immeuble reste inchangé. Il s’agit toujours de M. Edouard Hervet ;
  • Le cinéma est en activité. L’existence même de cette demande d’extension prouve de facto que le bâtiment initial a bien été construit en 1914. La construction de cet appentis, un fumoir, laisse à penser que les espaces initialement conçus pour le cinéma ne sont pas suffisants ou adaptés aux pratiques de la clientèle. Cette extension peut également être un indicateur du succès que rencontre ce cinéma de quartier.
  • Ce fumoir se situe derrière le cinéma. Il prend toute la largeur du bâtiment. On y accède par le rez-de-chaussée de part et d’autre de l’orchestre qui donnait initialement sur le jardin. Le jardin est toujours accessible par le fumoir.

Plan d’extension du cinéma : le fumoir (1915)

  • L’adjonction d’un fumoir laisse à penser que l’on conçoit un espace pour un public masculin. Serait-ce là encore un indice d’une reproduction de la répartition des espaces de l’habitat bourgeois et aristocratique au sein du cinéma ? Cette hypothèse prend tout son sens quand on sait le tissu social du quartier dans lequel est implanté le cinéma.
  • Ce qui change avec la demande de 1914 est que le terme de « cinéma » initialement entre parenthèses apparaît de manière explicite pour dénommer la partie du bâtiment où doit s’effectuer les futurs travaux.

Les acteurs du projet et l’architecte Edouard Loubatié

Les noms et fonctions des individus cités dans ces documents administratifs sont autant de pistes à explorer pour en apprendre davantage sur l’histoire d’un lieu. Cependant, après avoir effectué des premières recherches, nous fûmes bien en peine de trouver d’autres éléments venant étayer notre propos.

Jules Pinçon, est désigné comme l’entrepreneur des travaux de construction.  Des éléments glanés sur internet, à défaut des archives, nous ont permis d’en savoir plus sur cette figure entrepreneuriale locale. Jules Pinçon serait un « entrepreneur en maçonnerie, constructeur avec ses frères de nombre de maisons de la Bastide », quartier de Bordeaux situé sur la rive droite. Il serait, par ailleurs, propriétaire du domaine de la Galoche, en face de la Laiterie de La Benauge, à l’extrêmité nord-est de la rue du même nom.

Pour ce qui est du propriétaire de la salle de cinéma, Edouard Hervet, nous n’avons pu être en mesure de trouver quelque autre information complémentaire à son sujet. Il en va de même pour l’exploitant des lieux. Il n’est fait mention de ce dernier nulle part dans les documents que nous avons consultés. Dès lors, se pose la question de la personne à qui revient la charge de l’activité commerciale : est-elle assumée par le propriétaire ou s’agit-il pour lui d’un immeuble « de rapport » dont il loue le fonds de commerce à une personne tiers pour l’exploitation cinématographique ? Seul un bail commercial, une cession de fonds de commerce out tout autre document administratif (enquête de Police, etc) émanant du Ciné-Théâtre Girondin permettrait de clarifier ces zones d’ombre. Malheureusement, ces sources sont restées introuvables jusqu’à présent.

Nos recherches furent plus fructueuses du côté de l’architecte en charge du projet. La consultation des registres d’état civil de l’année 1862 nous a permis d’identifier l’acte de naissance d’Hector Loubatié. Celui-ci nous apprend que Jean Hector Césarin Loubatié voit le jour un 28 août 1862, fruit de l’union de Guillaume Loubatié, commis et d’Adèle Adélaïde Rolland, ouvrière aux Tabacs[7]. Ce même acte nous renseigne sur l’union de mariage contracté entre Hector Loubatié et Anne Monanteau, le 6 décembre 1916, à Caudéran, commune suburbaine de Bordeaux.

Extrait du Registre d’Etat civil, Archives Bordeaux Métropole (Registre d’état civil, Bordeaux 1 E 258)

Sa formation d’architecte l’amène à mêler avec habileté différents styles architecturaux dans ses constructions, du style néo-classique à l’Art Déco. Il occupe, entre autres, le poste d’architecte municipal de la commune de Pessac[8]. À cette fonction, il signe quelques villas arcachonnaises et « chalets » élégants du Quartier du Casino. Ces demeures, propres au style d’habitat bourgeois et aristocratique, se trouve sur la route reliant Bordeaux au bassin d’Arcachon, haut lieu de villégiature et de tourisme depuis le Second Empire :

Il signe aussi d’autres maisons bourgeoises et aristocratiques dans Bordeaux et ses environs : le Château Tauzin[9] ; un logement au 48, rue de Tauzia (1892) ; 90, rue Jean Soula (1903) ; 27, rue Berruer (1904) ; 45, rue du Mexique (1905) ; enfin, dans le quartier élégant du Parc Bordelais, aux numéros 9-11-13 rue de Mexico, dans les années 1930.

Cinématographe Pathé , Montpellier (1908)

 

Il est, en outre, tout à fait intéressant de constater qu’Hector Loubatié est à l’origine de l’édification d’un autre cinéma, le Cinématographe Pathé[10], à Montpellier, au 29, boulevard Sarrail, quelques années avant le Ciné-Théâtre Girondin (1914). Ce cinéma est le premier véritable établissement cinématographique de la ville. Il ouvre ses portes le 6 janvier 1909. Doté d’une salle de 500 m2 il pouvait accueillir jusqu’à 900 personnes. Ses dimensions et sa capacité d’accueil en font un cinéma plus impressionnant que celui Bordeaux[11] malgré une façade plus sobre que le Ciné-Théâtre Girondin.

 

Le Ciné-Théâtre Girondin dans La Petite Gironde

Notre enquête s’est poursuivie dans la presse locale, autre source fondamentale pour qui s’intéresse aux premières salles de cinéma (adresse, horaires, programme, etc). Le Ciné-Théâtre Girondin n’apparaît dans les colonnes de La Petite Gironde, à la rubrique « Cinémas »[12], que le 12 novembre 1916 pour annoncer l’« ouverture sensationnelle » prochaine de l’établissement. Pourquoi une telle annonce intervient dans la presse, presque deux ans après le lancement des travaux de juillet 1914 ?

En premier lieu, il semble que cette annonce vienne corroborer l’existence d’un bâtiment au « Chemin de Pessac, 15 et 17, à 50 mètres du boulevard Antoine-Gautier » qui correspond au cinéma des plans de 1914. Par ailleurs, il convient de se rappeler que la construction de cet immeuble débute, en théorie, quelques semaines seulement avant la déclaration de guerre qui marque le début de la Première Guerre mondiale. Cet événement, en plus de bouleverser un pays entier et de perturber des secteurs entiers de l’économie, a pu également être un frein aux élans constructifs si ce n’est simplement que par l’absence de main d’œuvre. Cet élément de contexte à prendre en compte peut expliquer le retard lié à la livraison de ce cinéma et donc à son ouverture qui n’a lieu qu’en 1916.

 


[1] Hélène Tierchant a identifié pas moins d’une soixantaine de salles de cinéma, entre le début des années 1920 et la fin des années 1960, pour la commune de Bordeaux, dans son ouvrage : Aquitaine, 100 ans de cinéma. Bordeaux, : L’Horizon chimérique, Centre Régional des lettres d’Aquitaine, coll. « Aquitaine», 1991, p. 192.

[2] Actuel 15, cours Maréchal Gallieni.

[3] Larges avenues tracées au XVIIIe siècle à l’emplacement des anciens remparts de la ville, lors des travaux d’aménagement et d’embellissement de Bordeaux sous les intendants Boucher et Tourny. Ces cours délimitent une ceinture en arc de cercle autour de la ville. Ils marquent symboliquement la frontière entre la ville et les faubourgs, accentuée par l’édification de portes monumentales en arc de triomphe qui traduisent l’entrée symbolique et fiscale de Bordeaux.

[4] Les plans datent du 4 mai 1914.

[5] La lettre de demande d’autorisation date du 25 mai 1914.

[6] Archives Bordeaux Métropole, 50 O 1289

[7] En référence à la Manufacture des Tabacs présente à Bordeaux depuis 1825 (place de Rodesse). Cette industrie emploie un grand nombre d’ouvrière dans la confection des cigares et des poudres de tabac.

[8] Commune de la banlieue sud-ouest de Bordeaux.

[9] Le bâti est du à la fortune d’un industriel bordelais des armes et munitions, M. Ducasse, jusqu’en 1910, puis la famille Lange le vend en 1945 au cinéaste Emile Couzinet qui installe dans le parc les Studios de la Côte d’Argent.

[10] La date portée sur le bâtiment indique qu’il date de 1908. Sur la façade en pierres de taille on peut voir des guirlandes surmontées d’un coq, emblème de la compagnie des frères Pathé. L’ensemble a été sculpté par le ciseau du sétois François Acher en 1909. Ce cinéma surnommé « le Pathé » a fonctionné jusqu’en 1980. Le 9 avril 1996, la façade est inscrite au titre des Monuments historiques. Le cinéma, propriété de la Ville, a été depuis transformé en centre culturel : le centre Rabelais.

[11] Capacité d’accueil d’environ 300 personnes ; salle de 325 m2 (27×12 m).

[12] La Petite Gironde, 12 novembre 1916,  p.5


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.