Séminaire Ciné08-19 – séance du 15 juin

15 juin 2018, 14h-17h

Archives nationales de France, Site de Paris-CARAN, 1 rue des Quatre-Fils 75003, Salle d’Albâtre

Violaine Challéat-Fonck, Archives nationales, département de la Justice et de l’Intérieur / Geneviève Profit, Archives nationales, département Éducation, culture et affaires sociales

L’industrie cinématographique dans les fonds des ministères de l’Intérieur et de l’Instruction publique et des Beaux-Arts

Les Archives nationales conservent, au sein des fonds du département éducation, culture et affaires sociales, les dossiers produits par les bureaux successifs chargés des questions cinématographiques au sein de l’administration des Beaux-Arts, des années 1920 aux années 1950. Ils permettent d’éclairer de très nombreux aspects de la politique du cinéma en France pendant cette période, et notamment pendant les années 1930, décennie charnière qui a vu le passage du cinéma muet au cinéma parlant, le passage de l’artisanat à l’industrie, et les multiples tentatives d’organisation de l’industrie du cinéma, en lien avec les organisations professionnelles. Les archives de la direction de la Sûreté nationale au ministère de l’Intérieur offrent également, pour la période de l’entre-deux-guerres, un certain nombre de dossiers permettant de mieux comprendre le rôle joué par le ministère de l’Intérieur comme acteur de l’industrie cinématographique jusqu’au début des années 1940.

Marc Durand , Marie-Françoise Limon-Bonnet, Aurélia Rostaing, Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les sources notariales de l’histoire du cinéma sans jamais oser le demander

La publication de l’ouvrage De l’image fixe à l’image animée, 1820-1910 : actes des notaires de Paris pour servir à l’histoire des photographes et de la photographie, réalisé par Marc Durand sous la direction de Claire Béchu et Marie-Françoise Limon-Bonnet (Archives nationales, 2015, 2 vol.) a montré tout l’intérêt des archives notariales pour l’histoire des premiers temps du cinéma, dont les protagonistes (Lumière, Méliès, Gaumont, Pathé…) hantent les minutes notariales et les dossiers de clients des notaires. L’évolution récente (2008) de la législation en matière de délais de communication des archives publiques et la reprise, en cours depuis 2013, des versements d’archives notariales, permettent aujourd’hui de commencer à exploiter des documents inédits des années 1880 aux années 1940. Des agents scientifiques du département du Minutier central présenteront une typologie d’actes notariés intéressant l’histoire du cinéma dans ses dimensions biographiques, prosopographiques et économiques (contrats de mariage, inventaires après décès, dépôts de brevet d’invention, actes de société…), et les diverses méthodes de recherche permettant de les retrouver.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.