Séminaire Ciné08-19: séance du 31 janvier 2020

Au programme de cette première séance de l’année 2020 ?

«  La réception de “l’école américaine” avant Forfaiture en France » par Christophe Gauthier et Marion Polirsztock.

C’est, en 1916, à la faveur de la « découverte » du cinéma américain que l’on date traditionnellement l’entrée en cinéphilie de toute une génération de critiques et de futurs cinéastes, au premier rang desquels figurent Colette, Louis Delluc, Marcel L’Herbier ou d’autres. Tout se passe alors comme si rien d’antérieur n’avait existé. Mais comme on le sait, derrière les « découvertes » se masquent souvent des constructions culturelles. Or dès 1908 la Vitagraph ouvre un bureau à Paris pour y louer ses films. S’il demeure peu de traces de l’activité d’autres sociétés américaines de la période (Biograph, Bison, Essanay, Kalem, Selig, etc.), les productions de la Vitagraph semblent avoir laissé une empreinte durable, remarquée vers 1911-1912 tant par Victorin Jasset, que par Kress ou Yhcam-Demachy. Que peut-on dire par conséquent de la diffusion en France de cette « école américaine » avant la Grande Guerre ?

Membre du consortium Ciné08-19, Christophe Gauthier est professeur d’histoire du livre et des médias à l’époque contemporaine à l’Ecole nationale des chartes (Université PSL), membre du Centre Jean-Mabillon (EA 3624) et chercheur associé à l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS). Il enseigne également à l’Ecole du Louvre et à l’INA et il co-anime depuis 2000 le séminaire « Histoire culturelle du cinéma ». Il a co-dirigé plusieurs ouvrages, dont Histoires d’O. Mélanges d’histoire culturelle offerts à Pascal Ory (avec Laurent Martin, Julie Verlaine et Dimitri Vezyroglou, Publications de la Sorbonne, 2017), ainsi que Patrimoine et patrimonialisation du cinéma (avec Marie Frappat, Natacha Laurent, Ophir Levy et Dimitri Vezyroglou, Ecole des chartes, 2020).

Marion Polirsztok est maîtresse de conférences en études cinématographiques à l’Université de Rennes 2. Ses recherches portent sur l’histoire et l’esthétique du cinéma muet américain, sur lequel elle a publié Action, Spectacle, idée. Formes du cinéma muet américain (Mimésis, 2017). Elle prépare actuellement la traduction et l’édition critique de L’Art de faire des films de Victor Oscar Freeburg (1918). Elle co-anime l’atelier « Exotismes en champ-contrechamp dans le cinéma de fiction » avec Amandine D’Azevedo, Térésa Faucon et Anne Kerlan (Paris 3/EHESS).

La séance se déroulera de 16h à 19h à la Maison de la recherche de la Sorbonne nouvelle – Paris 3 (4 rue des Irlandais, 75005 Paris), en salle Claude Simon.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.