Bouclette #01 – Au scénario : Marcel L’Herbier vs. Louis Mercanton et René Hervil (1/2)

Alors que débutaient mes investigations sur la société cinématographique Éclipse en mars dernier, au même moment, la Cinémathèque française était contactée pour la production d’un documentaire en préparation sur les nuits parisiennes de l’entre-deux-guerres, au sujet de la copie qu’elle conserve d’un film intitulé Bouclette, mettant en scène la triomphale artiste de music-hall Gaby Deslys.

Les collections de la Cinémathèque française renferment en effet un trésor rare : un court fragment de ce film Bouclette, dont aucun autre élément ne semble avoir subsisté à ce jour, à ma connaissance, ou, s’il existe, n’a pas été identifié et dort encore quelque part en attendant d’être découvert un jour.

Bouclette est un film adapté d’un scénario original de Marcel L’Herbier, réalisé en 1918 par Louis Mercanton et René Hervil chez Éclipse. Il s’agit de la deuxième collaboration entre L’Herbier et Mercanton-Hervil/Éclipse, après Le Torrent, film également considéré comme disparu.

Portrait de Marcel L’Herbier paru dans « Le Film », n°166, décembre 1919, n. p.

Né le 23 avril 1888 à Paris, Marcel L’Herbier se destine d’abord à une carrière littéraire et théâtrale – il publie notamment un recueil d’essais et de poèmes en 1914, …au jardin des jeux secrets, et une pièce de théâtre en 1917, L’Enfantement du mort – et, comme il le raconte dans son autobiographie (La Tête qui tourne, Paris, Belfond, 1979), méprise alors le cinéma, jusqu’à la révélation qu’il reçoit à la vision de Forfaiture (The Cheat) de Cecil B. DeMille, sorti en France en juillet 1916, à la projection duquel il a été traîné par son amie actrice et cinéphile Musidora [1].

Portrait de Jean Joseph-Renaud paru dans « Le Courrier Cinématographique », n°4, 25 janvier 1919, n. p.

C’est un autre de ses amis, l’homme de lettres Jean Joseph-Renaud, lui-même scénariste et adaptateur notamment chez Pathé et chez Éclipse, qui incite L’Herbier à écrire des scénarios de films puisque celui-ci témoigne d’un goût pour l’écriture. Au printemps 1917, Joseph-Renaud arrange une rencontre avec Louis Mercanton au siège d’Éclipse, lors de laquelle il est convenu que L’Herbier propose un scénario à la firme. Face à la nature réaliste de Mercanton, L’Herbier imagine un scénario qu’il qualifie comme étant « à tendance fortement symboliste ». Il relate a posteriori : « J’y avais mis, peut-être sans m’en rendre compte, par résistance instinctive à la tentation du cinéma, juste ce qu’il fallait pour décourager mon éventuel producteur et me libérer moi-même de ce glissement vers le diable filmique. » [2] Il travaille dès lors chaque nuit du mois d’avril à la conception d’un scénario qu’il intitule Le Torrent puis l’adresse à Mercanton, qui le convoque à son bureau. À la stupéfaction de L’Herbier, Mercanton accepte son scénario et l’achète 500 francs, et, en outre, lui offre d’élaborer en toute liberté la distribution artistique du film et de figurer sur le matériel publicitaire en tant qu’auteur du film – mentionner le nom de l’auteur d’un scénario original est un fait extrêmement rare à l’époque. Les annonces dans la presse signalent ainsi que Le Torrent est une « aventure imaginée par Marcel L’Herbier » (voir l’illustration ci-dessous).

Publicité pour « Le Torrent » (Mercanton-Hervil, 1917) dans « Le Film », n°91, 10 décembre 1917, n. p.

Le film est tourné durant l’été 1917 sur la Côte d’Azur par Mercanton et Hervil, avec les acteurs choisis par L’Herbier, notamment Jaque Catelain, Suzanne Delvé, Louise Lagrange, Henry Roussel et Gabriel Signoret. Il est présenté à la corporation le 14 novembre 1917 au cinéma Le Colisée sur les Champs-Élysées [3]. L’Herbier dépeint dans ses mémoires la déception qu’il a ressentie à la vision du film :

Je voyais Le Torrent. J’y apercevais des lieux et des personnages que j’avais décrits dans mon scénario. Mais dans les images du film signé Mercanton et Hervil, je ne les reconnaissais pas. Les acteurs ne « figuraient » pas exactement les personnages que j’avais inventés. Les avait-on dirigés dans un sens que je ne prévoyais pas ? Quant aux lieux, ils n’atteignaient pas à la valeur symbolique que je leur attribuais dans ma pensée. […] Après cette terrible constatation, tout était clair pour moi : j’avais écrit un scénario, je n’avais pas fait un film. Pour le faire, il eût fallu que je le réalise moi-même séquence par séquence et je m’en sentais bien incapable, ignorant toute technique. [4]

Le critique Louis Delluc est lui aussi conscient de cette dissemblance lorsqu’il écrit à propos du film :

Tel qu’il est, c’est un film de MM. Mercanton et Hervil, et il est à peu près devenu ce qu’il eût été, inventé par eux : un bon film plaisant, théâtral, pathétique, animé par une technique excellemment perfectionnée.

Et M. Marcel L’Herbier ? M. Marcel L’Herbier est un poète sensible, sévère, jaloux, démesuré et minutieux, brillant et candide : du moins m’apparut-il ainsi dans deux volumes – un drame poétique et un recueil d’impressions intérieures – qu’il publia. La première idée c’est que, pour écrire Le Torrent, il a oublié sa personnalité. La seconde, c’est que ce n’est peut-être pas lui qui l’a oubliée. Entre ses metteurs en scène et lui, il y a eu incompréhension. Leurs talents divers ne s’accordaient pas. L’auteur a été sacrifié.

Et ce n’est pas la dernière fois. [5]

Ce cas sert d’exemple pratique à Delluc dans la campagne en faveur de l’édition de scénarios cinématographiques qu’il entreprend la même année dans la revue Le Film dont il est alors le rédacteur en chef.

Ce n’est en effet pas la dernière fois qu’une telle situation se produit, ni même pour Marcel L’Herbier. Avant la projection du Torrent, Mercanton lui a déjà commandé un deuxième scénario, destiné à révéler la célèbre danseuse Gaby Deslys à l’écran, qui lui est également payé 500 francs et pour lequel il sera par ailleurs intéressé au pourcentage sur l’exploitation [6]. L’Herbier s’attèle alors à la tâche et compose un scénario sous le titre L’Ange de minuit.

Une nouvelle déception l’attend, encore plus grande…

 

[1] Marcel L’Herbier, La Tête qui tourne, Paris, Belfond, 1979, p. 20-21.

[2] Ibid., p. 23.

[3] Carton d’invitation pour la présentation du Torrent, Département des Arts du Spectacle de la BnF, fonds Marcel L’Herbier, 4°-COL-198(2).

[4] Marcel L’Herbier, La Tête qui tourne, Paris, Belfond, 1979, p. 27.

[5] Louis Delluc, « Notes pour moi », Le Film, n°94, 31 décembre 1917, repris dans Cinéma & Cie. Confidences d’un spectateur, Paris, Bernard Grasset, 1919, reproduit dans Écrits cinématographiques II. Cinéma et Cie, édition établie et présentée par Pierre Lherminier, Paris, Cinémathèque Française, 1986, p. 53.

[6] Marcel L’Herbier, Note pour la CAVMU (Caisse d’Assurance Vieillesse des Musiciens, fondée en 1952, à laquelle ont également adhéré les artistes lyriques et les auteurs dramatiques), Département des Arts du Spectacle de la BnF, fonds Marcel L’Herbier, 4°-COL-198(2). D’après ce document, L’Herbier a vendu un troisième scénario à Éclipse, intitulé Voltaire, pour 1 500 francs, qui n’a semble-t-il jamais été tourné.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.