Séminaire Ciné08-19 : séance du 14 février 2020

Au programme de la séance de février du séminaire Ciné08-19 ?

« Les défis de la couleur : films, discours, techniques (1908-1919) » par Federico Pierotti

Comme l’ont très bien remarqué plusieurs chercheurs, pendant la période de transition la couleur joue un rôle prioritaire. Même si une analyse quantitative des copies conservées par les cinémathèques reste à faire, il est indéniable que les films « en couleur » sont majoritaires. Plusieurs techniques, usages et discours se confrontent, en donnant lieu à trois instances : la persistance de la couleur comme attraction ; l’exigence de penser la couleur dans le nouveau cadre du cinéma narratif de long métrage ; le début d’une réflexion sur la vocation reproductive du médium qui se développera dans les années 1920. Lors de la conférence, l’état des techniques de la couleur sera tout d’abord appréhendé dans la période considérée ; après, la double polarité (couleurs « naturelles » vs « artificielles » et « couleur vs noir et blanc) qui caractérise les usages et les fonctions des différentes techniques sera exposée ; enfin, la question du rapport entre couleur et lumière sera abordée, ce qui permettra de mieux souligner les enjeux de cette double polarité.

Federico Pierotti est enseignant-chercheur en Études cinématographiques à l’Université de Florence. Il a publié plusieurs ouvrages consacrés à l’histoire et à l’esthétique du cinéma, dont Un’archeologia del colore nel cinema italiano : dal Technicolor ad Antonioni (ETS, 2016), Diorama lusitano : il cinema portoghese come archeologia dello sguardo (Mimesis, 2018) et La Couleur : une passion cinématographique (Classiques Garnier, à paraître en 2020).

« Camille Legrand (1872-1940) et les vues de plein air prises en Extrême-Orient » par Jitka de Préval

Cette communication s’interrogera sur la place des « bandes » pittoresques dans le catalogue Pathé, prises en Extrême-Orient par les opérateurs Pathé frères, du début du XXe siècle jusqu’à la fin de la Grande Guerre. Au vu des nouvelles découvertes faites à partir des Journaux comptables de la Compagnie générale des cinématographes, phonographes et pellicules, on découvre les lieux d’Extrême-Orient empruntés par Camille Legrand, Maingaud et d’autres opérateurs aujourd’hui oubliés, avec les titres de ces films de non-fiction à connotation exotique, répertoriés dans le catalogue d’Henri Bousquet. Grâce à ces données, il est possible d’attribuer une paternité à certaines bandes « anonymes ». Par ailleurs, focalisés sur une seule zone géographique, l’Extrême-Orient, ces années 1908-1919 peuvent être considérées comme début de l’âge d’or de ce « genre » cinématographique, atteignant son apogée en 1915. Si la récurrence de certains thèmes et pays proposés par les opérateurs répond aux attentes du public occidental, les nouveautés coïncident souvent avec l’expansion de l’activité commerciale de la firme Pathé frères dans cette zone géographique.

Jitka de Préval, spécialiste du cinéma indien patrimonial associée à l’IRCAV (Sorbonne Nouvelle – Paris 3) a soutenu sa thèse « Le mélodrame de l’incompréhension dans le cinéma de Raj Kapoor (1924-1988), Inde » en 2017, sous la codirection de Laurent Véray et de Térésa Faucon. Depuis 2015, elle participe activement à la programmation et à la présentation des films muets indiens à la Fondation Jérôme Seydoux Pathé, notamment au cycle de projections « Mythique Cinéma indien ». Depuis 2019, elle mène une recherche en archives sur Camille Legrand et son rôle dans les relations commerciales et artistiques entre Pathé frères et l’Extrême-Orient.

La séance se déroulera de 16h à 19h à la Maison de la recherche de la Sorbonne nouvelle – Paris 3 (4 rue des Irlandais, 75005 Paris), en salle Claude Simon.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.