“La Boutique aux illusions” de Jacques Séverac éclairé par Béatrice de Pastre

Découvert par Carole Aurouet alors qu’elle dépouillait la presse de 1939 pour le Colloque Cannes 1939 : Rêver un festival, La Boutique aux illusions de Jacques Séverac a déclenché une enquête ; le film cité semblant proche des objectifs de Ciné08-19 dans sa volonté de reconstituer le spectacle cinématographique tel que les spectateurs l’ont connu à l’époque.

L’Action cinématographique – 10 février 1939.

Le film existe bien et a été restauré par le CNC.

Année de production : 1939

Année de sortie origine : 1939

Date de sortie en France : 21 avril 1939

Pays de production : France

Procédé image : Noir et blanc, Classification sonore : Sonore, Type de métrage : Long

Format d’origine : 35 mm, Métrage d’origine : 2225 m, Durée d’origine : 81 min (version conservée au CNC : 31 min)

Réalisation : Jacques Séverac , Scénaristes : Davy Semac ; Jacques Séverac, Dialoguiste : Lucien Mayrargues

Compositeur de la musique : Jean Yatove, Directeur de la photographie : Georges Lucas, Chef monteur : Gisèle Renart, Ingénieur du son : André Apard

Société de production : AS Films Production (Paris)

Comédiens : Robert Pizani ; Monique Rolland ; Jim Gérald ; Anthony Gildès ; Fernand Gilbert ; Édouard Hemme ; Mary Serta ; Albert Tiluze

Résumé : Un couple se rend dans une salle de cinéma où sont projetés d’anciens films muets. Un bonimenteur commente chaque film du programme, qui est composé d’actualités, de comédies et de mélodrames. La projection offre ainsi l’occasion au public de retrouver l’atmosphère du début du siècle, à une époque où la vie n’était pas aussi chère qu’en 1939, ainsi que les grandes vedettes du cinéma muet. Lorsque la séance s’achève, le couple de spectateurs, qui s’était endormi, s’aperçoit que tout cela n’était qu’un rêve.

La Boutique aux illusions annoncé dans La Cinématographie française le 3 février 1939.

L’envoi du film…

Photogramme de La Boutique aux illusions.

…témoigne d’une bonne connaissance des termes de « cinématographe » et de « cinéma » et de leurs usages.

Générique :  « Fantaisie cinématographique réalisée par Jacques Séverac ; Scénario de Dany Semac et Jacques Séverac ; Musique de Jean Yatove ; Dialogues de Lucien Mayrargues »

A l’image, remontée des grands boulevards de nuit éclairés des néons des salles de spectacles. Dans un taxi, un couple somnole.

Photogramme de La Boutique aux illusions.

Il descend devant une salle de spectacle où un aboyeur racole les passants, tel qu’on le faisait à l’entrée des baraques de foire et des music-halls. On annonce la présence de Sarah Bernhardt à l’écran, de Max Linder.

Le couple entre dans  la salle à la recherche d’un bar, on leur annonce une buvette. Ils prennent leurs places, s’étonnent du prix très peu cher, de l’absence de loge, mais vont aux meilleures places, « les places réservées ».

Le patron bonimente. Début de programme :

Actualités :

  • Le président Fallières inaugure la première foire exposition organisée par M. Herriot.

La bande d’actualité présentée ne correspond pas au titre. En effet,  Édouard Herriot, avec Jean Coignet, président de la chambre de commerce, créent en 1915 la Société lyonnaise pour le développement du commerce et de l’industrie qui dévient en 1916 la Société de la foire de Lyon. Une autre structure, le comité de la foire, est créée dans le but de promouvoir l’évènement. La première foire d’échantillon a lieu le 1er mars 1916. Mais Fallières n’est président que jusqu’en 1913. Donc c’est un autre évènement qui est représenté. Il s’agit en fait du Voyage du Président Fallières à Lyon[1], bande réalisée par Pathé frères le 19 mai 1907. A l’occasion de ce voyage Armand Fallières visite l’exposition agricole et l’exposition d’hygiène, inaugure l’Ecole de  La Martinière des jeunes filles  et pose la première pierre de la future salle Rameau [2] en compagnie de Georges Clémenceau, dans le quartier des Terreaux.

Dans la salle, on applaudit à l’apparition du président de la République, la Marseillaise est donnée au piano.

  • Suit un film de mode : des chapeaux extravagants.

Puis le patron annonce « Une minute d’interruption pour préparer le film suivant ».

La musique contagieuse, ouvre la 2e partie de la séance. Le film est présenté avec boniment et bruitage, entrecoupé de contrechamps pour découvrir le visage hilare des spectateurs. Il s’agit en fait du film Le Piano irrésistible, attribué par les documentalistes du CNC avec un doute à Louis Feuillade et Roméo Bosetti et daté de 1907 également avec un doute. Ce titre ne figure pas dans la filmographie des deux réalisateurs mais est attribué le plus souvent à Alice Guy, notamment sur quelques sites internet.

Résumé : Un pianiste envoûte avec sa musique tous ceux qui s’approchent de son instrument. D’abord agacés, ses voisins et même sa femme finissent par danser.

Le patron annonce 5 min d’entracte :

– « Les films muets ça m’altère…., déclare l’homme en goguette

– A cause ? questionne la spectatrice du future,

– A cause du patron qui jacte sans arrêt », répond élégamment son compagnon.  Ils se dirigent vers la buvette où on leur sert du marc, très bon marché. Une « ouvreuse » distribue dans son panier des friandises.

Reprise de la séance : La  « Parade de vedettes présente celles qui apparaîtront dans les prochaines semaines sur cet écran » [surtout des vedettes américaines. Le patron commente chaque apparition à l’écran grâce à un portrait et un extrait de film]:

  • Fatty [débute en 1909]
  • Priscilla Dean [débute en 1912]
  • Douglas Fairbanks [débute en 1915]
  • Mary Pickford [débute en 1909] « qui vont très prochainement se marier … » [1920]
  • Liane Haid, « une bien jolie viennoise » [débute pendant la 1èrer guerre]
  • William S. Hart (Rio Jim) [débute en 1907]
  • Sessue Hayakawa [débute en 1914]
  • René Cresté « …que l’on va découvrir dans Judex », [1917]
  • Lon Chaney [débute en 1913]
  • Emil Jannings dans le rôle de Méphisto dans Faust [1926]
  • Harry Baur « …qui débute à l’écran… » [débute en 1908]
  • Laura La Plante « …. Charmante star américaine, …. Une plante très décorative d’ailleurs … [débute en 1919]
  • Stan Laurel « … jeune comique à ses débuts…. Il a pas l’air très hardi « [débute en 1917. La musique qui accompagne l’extrait est celle du duo Laurel/Hardy auquel fait référence le jeu de mots du commentateur]
  • Maë Marsh « qui a pour devise « En avant marche » …. » [débute en 1916]
  • Pola Negri [débute en 1914]
  • Prince Rigadin [extrait en travesti]
  • Lya de Putti « … une des meilleures tragédiennes de l’écran »
  • Norma Shearer [débute en 1920]
  • Lewis Stone [débute en 1914]
  • Norma Talmage [débute en 1910]
  • Rudolph Valentino [contrechamp sur 2 spectatrices énamourées. Débute en 1914]
  • Greta Gustavson  « … il parait qu’elle réfléchit à changer de nom …. » [extrait de La Rue sans joie, 1925]

Ces vedettes seront effectivement à l’écran dans les années à venir plutôt que dans  les semaines qui suivent !

Le patron annonce ensuite deux comiques avec « notre  Max Linder national » (un seul film est présent  dans le montage CNC] :

Le Pikpocket astucieux, « scène comique de Georges Fayot [sic] interprétée par Max Linder ».

Photogramme du Pikpocket astucieux.

Le film est bonimenté avec insistance par le patron, avec contrechamps sur les spectateurs. L’élément utilisé dans le montage semble dépoli et manque de contraste mais est en bon état.

Le Pikpocket astucieux est en fait Le Voleur Mondain, Georges Fagot[3], 1909

Résumé : Arsène Lupin a reçu ordre du Club des voleurs en habit noir auquel il est affilié de se rendre à l’ambassade de Pennsylvanie et d’y dérober les bijoux de Lady W. Il s’exécute de bonne grâce et déploie toutes les ressources de son extérieur séduisant pour se ménager avec Lady W. un tendre aparté au cours duquel, il parvient, grâce à sa prodigieuse habileté, à subtiliser les précieux bijoux. Mais le larcin est bientôt découvert et la poursuite com­mence. Le cambrioleur utilise toutes les ressources de son esprit. Le pardessus d’un passant, conquis sous la menace du revolver, une boutique foraine où il prend place parmi les mannequins etc… Enfin, Arsène Lupin se perd dans la foule de Luna Park. Sur le point d’être rejoint, il saute dans un water toboggan et, toujours poursuivi, gagne le vélodrome. Enfin, serré de près, il arrive devant le ballon captif au moment du “lâchez tout”, saute dans la nacelle, coupe le câble et s’élève majestueusement au nez et à la barbe de ses poursuivants ébahis et furieux. [résumé de la  Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, extrait d’un ouvrage de Susan Dalton].

Photogramme du Pikpocket astucieux.


Cette séquence du ballon n’est pas dans la copie à notre disposition de La Boutique aux illusions. L’élément présent  serait donc incomplet, ce que confirme le scénario original. Il n’existe qu’une copie 16 mm au National Film Archive of Japan de ce film qui d’après Mariann Lewinski, programmatrice du festival L’Immagine Ritrovata à Bologne, est identique à celle-ci en termes de péripéties.

Le patron annonce le film suivant « … le film le plus pathétique que l’on ait vu depuis l’invention de la cinématographie… Un drame italien … et vous en aurait les larmes aux yeux ».

L’enfant reconnaissante, « cinédrame d’art italien ». Ce film reste à ce jour non identifié car ce titre ne correspond à aucune œuvre connue des catalogues de la production italienne de l’époque.

Résumé : une petite orpheline se retrouve à la mort de sa mère confiée à une troupe de cirque dont elle devient la souillon. Battue, elle est défendue par un comte. Le chef de la troupe qui s’avère être un cambrioleur (un romanichel) décide de cambrioler le château. La petite fille saisit la conversation et va prévenir le comte qui alerte la police. La nuit venue la bande est arrêtée en flagrant délit, la petite orpheline elle, est adoptée par le comte et son épouse.

Le boniment du propriétaire est ironique et les noms des personnages caricaturaux « Spaghetti », « Cannelloni ». Là aussi le montage use du contrechamp sur le public pour laisser paraître l’émotion des spectateurs et sa joie lors de la fin heureuse de l’aventure.

Le patron conclue sur les efforts de son établissement en matière de programmation et la qualité de ses films.

Les deux spectateurs du futur se sont endormis pendant le drame italien, en fin de séance un fondu enchaîné les ramène toujours endormi dans leur taxi.

Le chauffeur les réveille avec peine, ils sont arrivés à leur domicile, 60 avenue du Président Wilson. Ils concluent l’expérience par un commentaire sur la cherté de la vie contemporaine. Le dernier plan du film dans sa version conservée au CNC est  une image fixe, Paris vu du haut des escaliers de la Butte Montmartre.

Une découverte fructueuse

Rien dans La Boutique aux illusions ne suggère qu’il s’agisse de la reconstitution d’une séance de 1907, les films composant le programme étant réalisés en 1907, 1909 et beaucoup plus tard pour certaine des séquences de la « parade des vedettes ». Le boniment, très appuyé marque l’aisance et  la distance prise par le bonimenteur par rapport à son sujet. Les films apparaissant dans le dispositif sont réalisés en 1907 (Le piano irrésistible, Le voyage du président Fallières à Lyon), 1909 (Le Voleur mondain) et à une date inconnue pour les images du film italien (rien n’atteste son italianité par ailleurs si ce n’est le carton titre or, il faut noter que les titres confectionnés pour le montage ne sont pas d’époque et ont été réalisés en 1939).

Pour ce qui est des vedettes de la Parade, elles deviendront populaires en France pour la plupart après la première guerre mondiale, voire au cours des années 1920.

Mais ce montage nous a permis de retrouver un film de Max Linder jusque-là inédit, Le Voleur mondain. Le film n’étant présent dans aucune collection française, il semble important de l’extraire de l’élément conservé au CNC, fabriqué en 2012 d’après le négatif original confié par la Cinémathèque de Lausanne. Le scénario original déposé au titre du dépôt légal à la Bibliothèque nationale de France est également aujourd’hui conservé au CNC ainsi qu’une bande de paper print[4]  à consulter ci-dessous.

Sa restauration sera entreprise par le CNC. De même la bande d’actualité Pathé frères relatant le séjour du président Fallières à Lyon semble rare, en tout cas elle ne paraît pas avoir été visionnée par Henri Bousquet lors de la réalisation de son catalogue et elle n’est présente dans le catalogue en ligne de G.P. Archives que dans un montage de sujets consacrés aux voyages du président Armand Fallières, l’extrait lyonnais mesurant 9,5 m. On peut supposer que dans les 50 min manquantes du montage figuraient un deuxième film avec Max Linder et le film annoncé par l’aboyeur avec de Sarah Bernhardt.

Scénario original du Voleur mondain déposé au titre du dépôt légal à la Bibliothèque nationale de France et conservé au CNC.
Bande de paper print du Voleur mondain déposé au titre du dépôt légal à la Bibliothèque nationale de France et conservé au CNC.

La presse de 1939 se fait largement l’écho de la sortie du film qui « nous ramène, avec ce film instructif et amusant, aux premiers âges du « muet » (Journal des débats politiques et littéraires, 3 mai 1939).  Le Figaro (12 janvier 1939) livre une interview du réalisateur où il révèle que « C’est d’après une idée de D. Sémac que Mayrargue et moi avons écrit ce scénario, (…) dès qu’elle me fut soumise. Nous avons tourné en studio dans des décors nous ramenant trente ans en arrière ». On y apprend aussi que Jim Gérald, qui interprète le propriétaire avenant du cinéma, n’est pas un débutant dans ce rôle : « Mais pourquoi ne posséderais-je pas à fond mon personnage : savez-vous ce que je faisais il y a trente ans ? Je faisais dans la vie exactement la même chose … J’ai débuté comme « bonisseur » au cinéma ! »

Le film est placé dans la lignée de La Machine à refaire la vie de Julien Duvivier et Henry Lepage qui en 1924 rassemblait « d’anciennes bandes qui faisait revivre les principales réalisations depuis les premiers essais des films Lumière. Les réalisateurs s’étaient strictement cantonnés dans le domaine technique. […] Il semble que cette fois, avec La Boutique aux illusions, on ait voulu nous donner une rétrospective des principales vedettes de l’écran, accompagnée de la projection intégrale de deux ou trois films de l’époque héroïque. […] L’on mesure mieux le temps révolu à suivre les péripéties des premières fantaisies bouffonnes de Charlie Chaplin. Et le chemin parcouru par le cinéma en quelques vingt ans nous apparaît prodigieux » (Le Jour, 22 avril 1939).

Le journaliste de L’Humanité (26 avril 1939), L. Cheronnet, se livre à une véritable analyse historique et stylistique confrontant les productions « d’avant-guerre » et contemporaines dans leur contexte international : « En dépit des apparences les styles nationaux des mises en scène cinématographiques offrent peut-être entre eux des différences bien plus accusées aujourd’hui qu’autrefois. Avant-guerre, c’est la même mimique qui anime les acteurs autrichiens, italiens ou français. Décors identiques aussi. Même angle de prise de vue pour tout : l’acteur est toujours pris « ne pied », l’appareil toujours placé en face de plans au nombre restreint. Il y a certes des raisons techniques à cette uniformité. Mais elles ne sont pas suffisantes à tout expliquer. Il faut penser qu’il s’agit là de théâtre interprété par des acteurs de second ordre se croyant obligés d’outrer leur jeu pour rendre leur mimique expressive. Or cette mimique que nous avons cru être simplifiée après le passage d’un Sessue Hayakawa et d’un William Hart (Rio Jim) est restée fort longtemps excessive ; en Europe, Krauss, Weidt, Jannings, Lya de Putti, Pola Negri demeurèrent longtemps assez grimaçants. […] On demeure étonné de la brièveté des effets comiques ou dramatiques. Parfois un gaga ne semble qu’esquissé. C’est aussi rapide qu’un tour de prestidigitateur. Et pourtant le public comprenait. Maintenant, il demande qu’on double les films étrangers de crainte qu’il n’y ait quelque chose qui lui échappe. »

Et Cheronnet de conclure : « Un tel spectacle est donc mieux qu’une attraction au comique plus ou moins volontaire, il comporte de nombreux enseignements, et à ce titre, une fois de plus, souligne la nécessité de rechercher, de réunir et de préserver de la destruction tous les vieux films encore existants. »

Mais ce parcours à travers la presse nous livre aussi les titres des films absents du montage conservé au CNC. Pour ce qui est de la Parade des vedettes, Charlie Chaplin n’y figure pas alors qu’il apparait dans tous les commentaires parus dans la presse. On peut légitimement s’interroger sur sa disparition de ce montage de rapides portraits constituant le cœur de La Boutique aux illusions, d’autant qu’en 1939, Chaplin est une personnalité connue de l’ensemble du public. C’est peut-être cette célébrité qui l’a exclu, le montage se concentrant sur les personnalités oubliées.

 Pour les films de court métrage,  Le Petit Marseillais (6 juin 1939) mentionne un film de Max Linder, « Ce que femme désire (grand drame d’amour), […] Le collier maudit (grand drame), […] Salomé (bouffonnerie comique)… ». Il est difficile d’identifier avec certitude ces films,  les titres n’étant pas ceux de l’édition d’origine et les catégorisations comme « grand drame d’amour » pour le film de Max Linder ne semblant pas correspondre à notre évaluation de ses films. Pour ce qui est de Salomé, il s’agit soit du film édité par Société des Etablissements Gaumont en 1907, péplum de 9 minutes ou du film britannique de Cricks et Martin réalisé en 1909, Salome Mad qui d’après l’analyse d’Elisabeth Carolyn Miller dans The New Woman Criminal in British Culture at the Fin de siècle, correspond au qualificatif de « bouffonnerie comique » :

Salome Mad d’aprèsElisabeth Carolyn Miller dans The New Woman Criminal in British Culture at the Fin de siècle.

Malheureusement ce film n’est pas conservé dans les collections patrimoniales françaises.

Pour vous le 19 avril 1939.

Béatrice de Pastre tient à remercier Elodie Gilbert (CNC) pour ses précieuses recherches documentaires.


[1] Scénario également présent dans les collections de la BnF, notice FRBNF39564657.

[2]  Filmographie de Georges Fagot : Faust d’Andréani 1910 (signe l’adaptation) ; Max a un duel de Max Linder 1911 (scénariste), Max est charitable de Max Linder 1913 (scénariste), la Main passe de André Hugon 1936 (scénariste), Monsieur Bégonia de André Hugon 1937 (auteur de l’œuvre originale scénario et dialogues), La Rue sans joie de André Hugon, 1938 (dialoguiste).

[3] Numéro 1776 du catalogue Pathé frères. Le film est présenté à l’Omnia Pathé à Paris le 24 mai 1907. Voir Henri Bousquet, Catalogue Pathé, vol.2 1896-1914, p. 25.

[4] https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/ecole-de-la-martiniere-des-filles-puis-lycee-la-martiniere-diderot-dit-la-centrale/f73ec8b7-9205-4ece-b029-1ae9359ed0ce


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.