Bouclette #01 – Au scénario : Marcel L’Herbier vs. Louis Mercanton et René Hervil (2/2)

L’AFFAIRE “BOUCLETTE”

Le scénario que compose Marcel L’Herbier pour le compte d’Éclipse, et plus particulièrement des réalisateurs Louis Mercanton et René Hervil, et qu’il intitule L’Ange de minuit, raconte l’histoire d’une jeune ouvrière pauvre prénommée Bouclette (Gaby Deslys) qui mène une vie de misère, mais qui, le soir du réveillon de Noël, se trouve recueillie par le renommé mime Bernin (Gabriel Signoret), dépensier et charitable envers les enfants nécessiteux, qui tombe amoureux d’elle. Ils sont tous deux confrontés à un homme vil et cupide, Jacob Brulard (Max Maxudian), tour à tour homme d’affaires, avocat et policier, qui leur réclame l’acquittement de leurs dettes respectives, les poursuit et cherche à se venger d’eux. Bernin fait de Bouclette une artiste et une vedette, au détriment de sa propre carrière. Cependant, Bouclette, prise par le succès, délaisse son bienfaiteur, et finit même par s’enfuir avec un autre homme (Grey Stanton interprété par Harry Pilcer), tandis que Bernin est victime d’une attaque cérébrale. Consciente de son erreur, Bouclette revient à lui et ils se réconcilient [1].

Marcel L’Herbier relate dans son autobiographie qu’une fois le film terminé, il est convié à une projection privée organisée spécialement pour lui. Il découvre alors que le titre de son œuvre a été modifié sans qu’il en ait été averti : L’Ange de minuit est devenu Bouclette, “sans doute pour mieux honorer les gracieuses frisures de Gaby Deslys. Mais l’ensemble aussi me défrisait”, commente-t-il [2].

Carton titre du film “Bouclette” (1918) © La Cinémathèque française

À la suite de sa première expérience avec Le Torrent, il éprouve ainsi une nouvelle désillusion.

La preuve était ici répétée : on ne peut être l’auteur du film si on n’est pas l’auteur de la réalisation du film. Je l’avais éprouvé dans Le Torrent. Je l’éprouvais plus encore dans Bouclette. Mon histoire n’était pas “visualisée” comme j’aurais souhaité qu’elle le fût. Si bien que cette fois je n’hésitai pas. Je demandai à la revue de Henri Diamant-Berger, Le Film, de publier L’Ange de minuit sous sa forme strictement originale et il le fit très confraternellement. Dès lors chacun pouvait juger. [3]

Comme évoqué dans le billet précédent, en novembre 1917, Louis Delluc lance dans la revue Le Film un appel à l’édition de scénarios cinématographiques, « recours » selon lui de l’auteur de scénario face au non-respect de son œuvre par le réalisateur [4]. Quelques mois plus tard, en avril 1918, le scénario de L’Herbier, illustré de caricatures signées Don et Jacques Lux des principaux acteurs du film (Gaby Deslys, Signoret et Harry Pilcer), inaugure ainsi cette pratique de publication des scénarios de films dans la revue [5]. Celle-ci observe en préambule :

Il ne sera pas moins utile de voir aussi en quoi le metteur en scène s’est éloigné de l’auteur, et ainsi le public pourra juger, du résultat et de la conception, lequel avait tort ou lequel avait raison. Si c’est le metteur en scène, cet exemple édifiera ses confrères, si c’est l’auteur, il aura enfin l’occasion que justice entière lui soit rendue. [6]

Cette affaire opposant L’Herbier à Mercanton et Hervil a été étudiée par Alain Carou au sein de l’ouvrage collectif consacré à Marcel L’Herbier, dirigé par Laurent Véray (Laurent Véray (dir.), Marcel L’Herbier. L’art du cinéma, Paris, AFRHC, 2007, 414 p.). Elle représente une étape significative dans la démarche de L’Herbier d’affirmation de l’idée d’auteur de film.

Dans le livre dédié à la question de « l’auteur de cinéma », dirigé par Christophe Gauthier et Dimitri Vezyroglou (Christophe Gauthier et Dimitri Vezyroglou (dir.), L’auteur de cinéma. Histoire, généalogie, archéologie, Paris, AFRHC, 2013, 397 p.), Alain Carou revient sur un autre différend, impliquant l’homme qui a incité L’Herbier à écrire pour le cinéma, Jean Joseph-Renaud (voir billet précédent). Celui-ci a ainsi protesté contre le montage du cinquième épisode de la série des films Protéa (L’Intervention de Protéa, 1918) dont il est l’auteur et en a exigé le retrait de sa signature. Alain Carou conclut de cet incident :

[…] chacun commence à veiller à sa réputation, conscient que la valeur qu’on lui prête est fonction des films dont il a endossé la responsabilité. L’appel au jugement de l’opinion des confrères et des cinéphiles devient pour la même raison un des moyens de recours de l’ « auteur » contre l’abus d’un producteur, d’un distributeur ou des censeurs. C’est le mode d’action que privilégiera par exemple Marcel L’Herbier, l’une des premières figures de cinéaste par vocation (et plus seulement par profession), jusqu’en 1928. [7]

Pour le cas de L’Ange de minuitBouclette, la révélation du scénario par L’Herbier avant la sortie du film en salles “vaut désolidarisation publique” [8], comme le note Alain Carou, et connaît un certain retentissement. Le geste est incompris par certains, qualifié par exemple de « déconcertante fantaisie de l’auteur » [9] par le journaliste Pierre Simonot dans Hebdo-Film, qui accuse en outre L’Herbier d’arrivisme. La société Éclipse réagit quant à elle par l’envoi d’une lettre à la presse, dans laquelle elle récrimine le procédé jugé par plusieurs personnes « de nature à déflorer le film dans l’esprit du public et à lui faire perdre ainsi de sa valeur. » Elle tient dès lors à les rassurer en déclarant que

MM. Mercanton et Hervil, à qui avait été confiée la tâche d’adapter cette œuvre à l’écran, ont refait entièrement le scénario sous une forme moins abstraite, beaucoup plus simple et beaucoup plus vraie. Cet autre scénario ne sera pas publié, et comme il diffère totalement du premier, la présentation du film aura de ce fait – malgré l’indélicatesse de M. Lherbier [sic] – tout l’attrait de l’imprévu et de la nouveauté. [10]

En insistant sur le complet remaniement du scénario de L’Herbier par les metteurs en scène, afin de conserver l’attrait du film auprès des professionnels et du public, Éclipse conforte en réalité les raisons qui ont poussé Le Film, son rédacteur en chef Louis Delluc et L’Herbier à faire paraître le scénario originel.
Louis Delluc envisage d’ailleurs une réponse à cette lettre d’Éclipse et écrit à L’Herbier le 22 avril 1918 [11] :

29. rue de Ponthieu
Lundi

Cher Ami

J’ai lu la lettre d’hier dans « Oui ». C’est désarmant mais il ne faut pas que cet incident grossier reste sans réponse. Je leur dis un mot bref. Et vous ? Si vous avez un mot à dire ou à faire dire, le Film est tout indiqué. Le prochain numéro comportait d’ailleurs votre article.

A vous                        Louis Delluc

Seule une réponse de la rédaction du Film paraît dans la revue, qui défend son action en faveur de l’édition de scénarios :

L’Éclipse a fait paraître dans Oui une lettre au sujet du scénario publié par Le Film. Une contestation semble s’élever entre M. L’Herbier et MM. Mercanton et Hervil, ces derniers réclamant l’originalité de leur travail. Nous avons reçu de nombreuses lettres attestant le succès de lecture du scénario. Tout nous permet donc de prévoir au film une heureuse carrière. Quant à la contestation en soi, nous sommes heureux d’avoir fourni à nos lecteurs les éléments de la juger eux-mêmes quand le film sortira. Nous ne pouvons actuellement que faire confiance aux interprètes, aux metteurs en scène, à la réputation de l’Éclipse pour nous montrer le beau scénario publié par Le Film, mimé en belle œuvre française. Et le succès commun apaisera les inquiétudes et les nervosités actuelles. [12]

L’affaire est également commentée dans la revue hebdomadaire La Rampe, au sein de la rubrique “La rampe du cinéma”, sans doute signée par Henri Diamant-Berger, le directeur du Film… :

MM. Mercanton et Hervil ont fait parvenir aux journaux une note déclarant que leur travail n’avait aucun rapport avec l’œuvre de M. L’Herbier et qu’ils n’entendaient être jugés que sur leur œuvre, lors de sa présentation qui doit être prochaine. M. L’Herbier ayant le même désir, il y aura un intérêt tout particulier à confronter l’idée et sa réalisation, le texte écrit et le film tourné. [13]

C’est ce que je me propose d’ébaucher ici, sur la forme du moins, à partir des différentes archives scénaristiques qui ont été conservées et du fragment du film qui nous est parvenu.

 

DE L’IDÉE À LA RÉALISATION

Le terme « scénario » que j’ai utilisé jusqu’à présent par commodité pour désigner le texte de Marcel L’Herbier, car employé également par les protagonistes de l’affaire, pose en réalité question. Car le lexique du cinéma est à l’époque très imprécis, un même terme pouvant recouvrir de multiples formes, pratiques et usages selon les auteurs [14].

Autour du film Bouclette, nous sommes en présence de divers documents :

  • un “scénario” de Marcel L’Herbier, qu’il publie dans Le Film le 2 avril 1918 (© Ciné-Ressources), dont une copie dactylographiée de 60 feuillets est conservée dans le fonds Marcel L’Herbier du Département des Arts du Spectacle de la BnF [15].

Ce texte est nommé “scénario” lorsqu’est évoquée sa publication dans Le Film, “conte féérique” en sous-titre lorsqu’il paraît dans Le Film et “premier découpage” sur la pochette dans laquelle il est conservé dans le fonds L’Herbier (inscription dont on ignore l’auteur comme la date).

Il comporte un certain nombre d’indications :

  • des numéros de scène : scène première, scène II…
  • des indications de décor : plutôt descriptives, par exemple : « Dans la rue de la Paix, ou une rue analogue » ou « La devanture illuminée d’une grande maison de jouets, où comme attraction pour Noël on a mis en scène un repas de poupée. »
  • des sous-titres (ou intertitres), indiqués par le terme « Écran », qui comprend aussi les lettres lues par les personnages.
  • des indications de trucages : le terme « fondu » n’apparaît pas dans les premières pages, mais des indications sont par exemple formulées : « Ce titre s’efface lentement de l’écran et à sa place apparaît peu à peu : […] ». Puis des expressions telles que « Fondu sur fondu », « Fondu tunnel » ou simplement « Fondu » apparaissent plus régulièrement. On note également la présence d’une fermeture à l’iris.
  • des échelles de plans : gros/grand premier plan, premier plan, grossissement
  • des termes techniques : “cut-back”

On perçoit ainsi l’influence de l’esthétique du cinéma américain.
Le texte reste dans son ensemble littéraire et plutôt descriptif : on note par exemple la présence d’une description physique, vestimentaire et psychologique des personnages.
Lorsque le directeur de la revue corporative Hebdo-Film, André de Reusse, commente la publication du scénario de L’Herbier, il qualifie ce texte d’« élucubrations puériles et vraiment exemptes de métier » et affirme l’inexpérience de L’Herbier en la matière : « j’ai souri, sans méchanceté, en lisant son “découpage” de jeune rhétoricien, dont un abus de termes de métier, entendus sur le plateau et mal digérés, soulignait encore la naïve maladresse. » [16]

  • un extrait de ce même texte, sur 34 feuillets dactylographiés, qui concerne les deuxième et troisième parties du film, conservé dans le fonds Marcel L’Herbier du Département des Arts du Spectacle de la BnF [17]

Le texte correspond en effet au premier, hormis quelques détails de mise en forme et l’utilisation de chiffres arabes et non latins pour la numérotation des scènes.

  • un extrait d’un synopsis du film, sur 9 feuillets dactylographiés, qui concerne la deuxième partie du film, conservé dans le fonds Marcel L’Herbier du Département des Arts du Spectacle de la BnF [18]
  • un “découpage” du film, sur 61 feuillets dactylographiés, conservé dans le fonds Marcel L’Herbier du Département des Arts du Spectacle de la BnF, dont il manque la première page [19]

Il comprend des phrases concises, exposant l’enchaînement des actions, et un certain nombre d’indications :

  • des numéros de scène : scène 4, scène 5…
  • des indications de décor : « intérieur chambre Bouclette », « atelier de Bernin », « bureau de Brulard »
  • des sous-titres (ou intertitres), indiqués par l’abréviation “S.-T.”, et “P. P.” lorsqu’il s’agit d’un dialogue. Les lettres lues par les personnages sont indiquées par le terme “projection”.
  • des indications de trucages : sont utilisés les termes “fondu”, “ouverture et fermeture de l’iris”, “cache”
  • des échelles de plans : gros premier plan, premier plan, plan général

Ce découpage correspond dans les grandes lignes au fragment du film conservé par la Cinémathèque française. Il semble que ce soit un document de travail en vue du tournage du film, élaboré à partir du scénario proposé par L’Herbier. Celui-ci a été remanié bien que certaines de ses formulations aient été conservées telles quelles pour certains intertitres. Reste à savoir si ce découpage, présent dans les archives de L’Herbier, est de son fait, sur demande des réalisateurs, ou est (plus possiblement) un document conçu par Mercanton et Hervil. Il s’agit dans tous les cas d’un découpage qui ne le satisferait pas puisqu’il prend la décision de faire paraître le sien dans la presse.

  • un fragment du film conservé par la Cinémathèque française, d’environ 339 m (environ 18 min 30), correspondant à la première partie du film

Dans Le Film, le scénario publié est qualifié de “conte” de L’Herbier mis en scène par Mercanton et Hervil, tandis que le film Bouclette se présente comme une œuvre de Mercanton et Hervil d’après le scénario de L’Herbier, expression qui signale la révision de l’objet initial. Les réalisateurs mettent ainsi l’accent sur le fait qu’ils ont procédé à une adaptation de l’œuvre originale de L’Herbier et donc produit une œuvre singulière et différente.

Ce synopsis émane vraisemblablement de la société Éclipse et doit faire partie des documents promotionnels du film au même titre que les affiches et les photographies. Il constitue d’une certaine manière une réponse à la publication de son scénario par L’Herbier.

  • et, enfin, le même synopsis du film, déposé en version dactylographiée de 8 feuillets par la société Éclipse au titre du dépôt légal en 1919 (soit après la sortie du film), conservé au Département des Arts du Spectacle de la BnF, dont il manque la première page [20]

Le texte correspond à celui paru dans La Cinématographie française.

 

En comparant le premier scénario de L’Herbier au découpage conservé dans ses archives, ainsi qu’au film, on constate que son œuvre a en effet connu une refonte. L’ordre des scènes a été modifié, certaines d’entre elles ont été supprimées, et les décors comme les actions ont été davantage condensés.

Par exemple, chez L’Herbier, le scénario débutait à la sortie de la maison de couture où travaille Bouclette :

PREMIÈRE PARTIE
Scène Première

Écran :
24 décembre, à la sortie de l’atelier une jeune ouvrière qu’on a surnommée Bouclette…
Décor. — Dans la rue de la Paix, ou une rue analogue.
La porte d’une maison de couture.
Plusieurs ouvrières et mannequins qui sortent, élégantes, la démarche assurée.
Elles sont attendues par des jeunes gens, par des amies.
Allure heureuse, exubérante, des groupes qui se forment, des couples qui s’éloignent…
Puis le décor reste vide un instant…
Puis à son tour, Bouclette sort, qui, par contraste avec ce qu’on a vu, va sembler encore plus triste, plus renfermée, plus pauvre de mise. Mais ce contraste ajouté à la propre séduction de sa personne, fluette et toute mélancolique, la rend dans l’ensemble encore plus touchante.

Cette scène est absente du découpage ultérieur comme du film, qui commencent quant à eux par un plan sur les toits de Paris couverts de neige.

Photogramme de “Bouclette” (1918) – Premier plan – Toits couverts de neige © La Cinémathèque française

Le film diffère cependant également du découpage, car celui-ci contient ensuite un gros plan de la fenêtre de l’appartement de Bouclette vue de l’extérieur, à travers laquelle on apercevrait le chien de Bouclette assis, attendant ; plan qui n’apparaît pas dans le fragment du film conservé.

Le scénario de L’Herbier enchaîne ensuite avec une séquence se déroulant à l’extérieur et à l’intérieur d’un magasin de jouets, reprise dans le découpage et dans le film, mais plus loin dans le récit et différemment. On suit en parallèle Bernin à l’intérieur du magasin acheter des jouets pour les enfants pauvres qu’il a invités chez lui pour le Réveillon, et Bouclette, postée à la devanture du même magasin, observant avec tristesse une maison de poupée dans la vitrine.

L’idée de L’Herbier d’une vision de la chambre misérable de Bouclette, en comparaison avec la luxueuse chambre de poupée, en surimpression de celle-ci dans la vitrine, a été conservée, bien que modifiée : L’Herbier imaginait une vue de l’appartement de Bouclette, dans lequel elle apparaîtrait avec son chien en proie au froid. Ce trucage avait également été conservé dans le découpage. À la réalisation cependant, il a été remplacé par un fondu substituant à la chambre de poupée une petite chambre au mobilier pauvre, représentant la chambre de Bouclette, une version miniature des fleurs artificielles qu’elle confectionne posées sur la table. Un deuxième fondu fait recouvrir à la chambre de poupée son état initial [voir illustrations ci-dessous].

Photogramme de “Bouclette” (1918) – Bouclette regardant une chambre de poupée dans la vitrine d’un magasin de jouets © La Cinémathèque française

Photogramme de “Bouclette” (1918) – Fondu substituant à la chambre de poupée la chambre de Bouclette © La Cinémathèque française

Photogramme de “Bouclette” (1918) – Une version miniaturisée de la chambre de Bouclette apparaît dans la vitrine © La Cinémathèque française

Outre la suppression ou l’ajout de certains détails, un travail a été effectué sur les personnages. Le rôle de Brulard semble par exemple avoir été développé (d’après le découpage et le synopsis, cette partie du film n’ayant pas été conservée). Il prend davantage d’importance dans la fugue de Bouclette, matérialisant ainsi sa vengeance. Le personnage de Bouclette apparaît, par la même occasion, moins méprisable, puisque lorsqu’elle abandonne Bernin, elle agit sous le coup d’une influence extérieure (Brulard), et non pas seulement de sa propre volonté.

Une certaine empreinte de L’Herbier, se manifestant par exemple par le recours à des citations littéraires (Shakespeare, Wilde) ainsi qu’à des représentations poétiques et métaphoriques [21], a également disparu du découpage et du film.

A posteriori, avec le recul, L’Herbier se demande dans son autobiographie si le film L’Ange de minuit-Bouclette, tel qu’il l’aurait conçu s’il en avait été le réalisateur, aurait eu le succès (commercial) qu’a connu Bouclette réalisé par Mercanton et Hervil (voir à ce sujet un prochain billet sur l’exploitation du film) : « Ma propre version aurait-elle valu ce prix ! », conclut-il cette affaire [22].

Quoi qu’il en soit, ces deux premières expériences de L’Herbier scénariste, pour le compte d’autres, avec Le Torrent et Bouclette, le décident à se charger lui-même de la réalisation de ses scénarios.

À la sortie de Bouclette, à la fin de l’année 1918, L’Herbier est en effet déjà passé à autre chose : après Phantasmes, projet avorté à cause de la guerre, il vient de tourner son premier long-métrage, qu’il a écrit et réalisé, et qui lance sa longue carrière de cinéaste : Rose-France.

Quelques mois plus tard, à une enquête du Film sur le scénario, René Hervil répond :

Pour répondre à votre question, au sujet de la collaboration entre auteur et metteur en scène, j’estime que cette collaboration est d’autant plus nécessaire que si l’auteur apporte l’idée du scénario, le metteur en scène en fournit pour ainsi dire le “texte” par son découpage d’abord, par son montage ensuite. Le jour où l’auteur saura également établir ce “texte”, morceau par morceau (et ils sont multiples), il deviendra lui-même metteur en scène et l’aide d’un bon opérateur lui suffira. Nous en avons eu la preuve dernièrement en la personne de M. Marcel L’Herbier, ex-auteur de Bouclette et du Torrent, devenu depuis le metteur en scène applaudi de Rose-France. [23]

 

 

[1] Dans son autobiographie, Marcel L’Herbier se plaît à noter la similitude de son scénario avec celui que composera environ trente ans plus tard Charlie Chaplin, Limelight (Les Feux de la rampe), qui met en scène Chaplin dans le rôle d’un clown anciennement célèbre et alcoolique, qui sauve sa voisine, jeune danseuse, du suicide, lui redonne espoir et l’encourage dans sa carrière de danseuse. Alors que la jeune femme veut l’épouser malgré leur différence d’âge, il la pousse dans les bras d’un jeune compositeur de son âge et quitte le foyer. Un jour, les deux jeunes gens rencontrent par hasard le vieux clown et organisent un spectacle de charité avec lui. Son retour sur scène connaît le succès. Mais durant le numéro suivant, celui de la jeune danseuse, il meurt d’une attaque tout en la regardant. Voir Marcel L’Herbier, La Tête qui tourne, Paris, Belfond, 1979, p. 29.

[2] Ibid., p. 30.

[3] Ibid.

[4] Louis Delluc, « Notes pour moi », Le Film, n°87, 12 novembre 1917, n°88, 19 novembre 1917, et n°94, 31 décembre 1917, reproduits dans Écrits cinématographiques II. Cinéma et Cie, édition établie et présentée par Pierre Lherminier, Paris, Cinémathèque Française, 1986, p. 46 et 53. Sur la manière qu’a Delluc de concevoir l’édition de scénarios au début des années 1920, voir aussi Mélissa Gignac, “Louis Delluc, auteur “cinégraphique””, communication présentée lors du colloque “Des scénarios et des livres” à Rouen le 14 octobre 2016, article à paraître.

[5] Marcel L’Herbier, « Bouclette (L’Ange de Minuit). Conte féérique de M. Marcel L’Herbier. Mis en scène par MM. Mercanton et Hervil », Le Film, n°106-107, 2 avril 1918, p. 74-94.

[6] Non signé, « Les beaux Scénarios », ibid., p. 12. Cette remarque paraît être pleinement dévolue au scénario de L’Herbier tourné par Mercanton et Hervil, les deux autres scénarios dont la publication ultérieure est annoncée se rapportant à des films écrits et mis en scène par une seule et même personne, à savoir J’accuse d’Abel Gance et Âmes de fous de Germaine Dulac.

[7] Alain Carou, « De l’usage de l’idée d’auteur dans l’histoire de la production cinématographique en France (1908-1937) », dans Christophe Gauthier et Dimitri Vezyroglou (dir.), L’auteur de cinéma. Histoire, généalogie, archéologie, Paris, AFRHC, 2013, p. 66.

[8] Id., « À la conquête de la souveraineté. L’idée d’auteur selon Marcel L’Herbier », dans Laurent Véray (dir.), Marcel L’Herbier. L’art du cinéma, Paris, AFRHC, 2007, p. 137.

[9] P. Simonot, « Propos du Vieux Régisseur. Cavalier seul ! », Hebdo-Film, n°15, 13 avril 1918, p. 4.

[10] Lettre reproduite notamment dans Jules Garnier, « Une mise au point », Hebdo-Film, n°16, 20 avril 1918, p. 14 et dans le journal quotidien Oui du 21 avril 1918. C’est l’auteur qui souligne.

[11] Lettre de Louis Delluc à Marcel L’Herbier, s. d. [22 avril 1918], Département des Arts du Spectacle de la BnF, fonds Marcel L’Herbier, 4°-COL-198(776).

[12] Non signé, « Échos, informations, communiqués », Le Film, n°110-111, 29 avril 1918, p. 31.

[13] Non signé, « La rampe du cinéma. Le scénario », La Rampe, n°114, 2 mai 1918, p. 13.

[14] Merci à Mélissa Gignac pour son éclairage utile sur la question. Sur ce sujet, voir Mélissa Gignac, Du “scénario” au film : la création du long métrage de fiction aux États-Unis et en France dans les années 1910, thèse de doctorat sous la direction de Marc Vernet, Université Paris Diderot-Paris 7, 2014, 696 p ; Laurent Le Forestier, “Ar-Chaos-Logie du Découpage”, dans Vincent Amiel, Gilles Mouëllic et José Moure (dir.), Le découpage au cinéma, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 19-40.

[15] Bouclette, conte féérique par Marcel L’Herbier : premier découpage, s. d., Département des Arts du Spectacle de la BnF, fonds Marcel L’Herbier, 4°-COL-198(782).

[16] Jules Garnier, « Une mise au point », art. cit. Jules Garnier est le véritable nom d’André de Reusse.

[17] Extraits de découpage du film muet : 2e et 3e partie, s. d., Département des Arts du Spectacle de la BnF, fonds Marcel L’Herbier, 4°-COL-198(783).

[18] Extraits de scénario : résumé de la partie 2, s. d., Département des Arts du Spectacle de la BnF, fonds Marcel L’Herbier, 4°-COL-198(784).

[19] Découpage du film muet, s. d., Département des Arts du Spectacle de la BnF, fonds Marcel L’Herbier, 4°-COL-198(781).

[20] Bouclette de Louis Mercanton, René Hervil : scénario, 1919, Département des Arts du Spectacle de la BnF, fonds Marcel L’Herbier, 4°-MY-1203.

[21] Par exemple, L’Herbier imagine une scène où Bouclette serait symbolisée par une rose et Brulard par une chenille l’approchant : “La photographie d’une rose blanche penchée vers la terre, sa tige est encore garnie de feuilles, et sur cette rose, la pluie tombée fait comme des larmes brillantes… On verrait alors par terre, cheminer vers elle le corps hirsute et répugnant d’une chenille. Puis l’image s’efface lentement et de telle sorte, qu’à la place où était la rose blanche, c’est le visage de Bouclette et tout elle-même qui apparaît […] et à la place de la chenille énormément grossie, une silhouette d’homme se dessine.”

[22] Marcel L’Herbier, La Tête qui tourneop. cit., p. 30.

[23] Réponse de René Hervil à l’enquête “Le scénario. Ce qu’il doit être”, Le Film, n°159, 15 avril 1919, p. 19.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Emmanuelle Champomier (16 août 2018). Bouclette #01 – Au scénario : Marcel L’Herbier vs. Louis Mercanton et René Hervil (2/2). Histoire du cinéma en France de 1908 à 1919. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mshq


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.