Séminaire Ciné08-19 : séance du 13 mars 2020

Au programme de la séance du 13 mars 2020 du séminaire Ciné08-19 ?

Vers un outil interdisciplinaire de gestion des connaissances patrimoniales : le projet ANR ReSeed par Florent Laroche

Aujourd’hui, l’utilisation du numérique pour capturer notre patrimoine est acquise par l’ensemble des professionnels du domaine. Pour autant, il n’en reste pas moins que l’ensemble des données acquises, sous réserve qu’elles soient intelligibles et interopérables, ne sont que très peu restituées au grand public ou à un large panel d’experts. Réservée à un petit nombre, cette faible utilisation s’explique par la quantité de données à manipuler qui dépasse largement les capacités des ordinateurs courants et les compétences des porteurs de ce savoir. Le projet ReSeed – Rétro Conception Sémantique d’Objets Patrimoniaux – financé par l’Agence Nationale de Recherche, a pour ambition de trouver une alternative permettant une modélisation tant sémantique (sources 2D) que physique (3D), et ce, sans passer par un processus de filtrage, synonyme de perte d’informations et de connaissances. La proposition de ReSeed est celle d’un conteneur numérique de connaissances qui est auto-structuré au fur et à mesure de la création du double numérique de l’objet patrimonial étudié. ReSeed possède un consortium pluridisciplinaire de 8 partenaires : 4 universitaires (École Centrale de Nantes, Université de Nantes, Université de Technologie de Compiègne, Université de Technologie de Troyes), 2 industriels (MCC Héritage et DeltaCAD) et 2 institutions patrimoniales (le Musée des Arts et Métiers et la Mission Inventaire général du patrimoine culturel du Ministère de la Culture). Le projet s’articule autour de trois cas d’études pour lesquels les corpus numériques sont en cours de constitution.

Florent Laroche est maître de conférences HDR à l’École Centrale de Nantes (www.ec-nantes.fr), directeur du Département IPSIChercheur au laboratoire LS2N-Laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes (UMR CNRS 6004) www.ls2n.fr. D’abord ingénieur puis docteur, il utilise son expérience en ingénierie au profit du patrimoine culturel en utilisant les outils du numérique pour préserver et valoriser les connaissances du passé. Ses travaux de recherches portent sur la Gestion du Cycle de Vie des Connaissances Patrimoniales « KLM for Heritage ». « Pourquoi réinventer la roue ? » : l’objectif est de pouvoir réutiliser notre savoir-faire ancien comme base pour l’innovation sociétale, vers un patrimoine durable. Il travaille tant pour les entreprises que comme experts pour les Musées ou l’ICOMOS. Il est également le parrain de la Fête de la Science en tant qu’ambassadeur pour la Région Pays de Loire.

Explorer le journalisme de cinéma de l’entre-deux-guerres avec les humanités numériques. Les nouvelles méthodes du projet Numapresse par Pierre-Carl Langlais

L’ANR Numapresse vise à proposer une nouvelle histoire culturelle et littéraire du journal de 1800 à nos jours grâce à l’emploi de nouvelles techniques d’analyse massive de corpus en humanités numériques. Le projet se décline en plusieurs « explorations » à grande échelle de genres ou de pratiques journalistiques sur des archives de presse numérisées par Gallica et d’autres bibliothèques numériques. L’une des explorations de Numapresse porte sur la page de cinéma. Cette forme connaît un essor considérable pendant l’entre-deux-guerres, lorsque le cinéma se trouve à l’avant-garde de la modernité médiatique : tous les quotidiens à grands tirages (Paris-Soir, Paris-Midi, Le Matin, Le Petit Journal, Le Petit Parisien, L’Intransigeant, Le Journal) et d’autres titres importants (L’Œuvre, L’Écho de Paris, Le Figaro, La Liberté) se dotent alors de leur page cinéma. Bien que peu étudiées jusqu’à présent les pages de cinéma sont des objets importants pour l’histoire de la presse et pour l’histoire du cinéma. Elles construisent en partie la mythologie populaire du cinéma, de ses stars à ses stéréotypes visuels. Elles marquent aussi l’avènement d’une nouvelle pratique journalistique : très fortement illustrée, la page donne lieu à des compositions virtuoses qui annoncent les formats plus visuels de la presse et des newsmagazines du second XXe siècle. L’approche expérimentale de Numapresse peut être déclinée sur un grand nombre de corpus périodiques généralistes ou spécialisés. Le projet a notamment débouché sur des modèles et des outils réutilisables qui permettent de rapidement catégoriser un corpus textuel par genre, de recomposer des structures éditoriales ou d’extraire et de classer des illustrations.

Pierre-Carl Langlais est chercheur en Science de l’information et de la communication et en Humanités numériques. Sa thèse consacrée à une lecture « distante » de la naissance de la chronique boursière au XIXe siècle a été distinguée par le prix de recherche 2016 de la SFSIC. Il est actuellement post-doc du projet ANR Numapresse dédié à l’exploration de corpus massifs d’archives de presse ancienne avec de nouvelles techniques d’humanités numériques. Investi dans le mouvement du libre accès, il a rédigé un rapport sur les nouveaux modèles de l’édition scientifique pour le ministère de la Recherche en 2016 qui a inspiré l’appel de Jussieu pour la Science ouverte. En 2020, il fait paraître son premier livre en collaboration avec Marie-Ève Thérenty et Julien Schuh aux éditions du CNRS : La Viralité médiatique avant Internet.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Vendredi 13 mars de 16h à 19h à la Maison de la recherche de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris, Salle Claude Simon.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.