Pour une filmographie de la production muette de la société Gaumont

Dans le cadre d’un post-doctorat porté par le projet ANR CINÉ08-19 en collaboration avec GP archives, nous travaillons actuellement à la reconstitution d’un catalogue des films de fiction et de non-fiction produits par la société Gaumont de 1896 à la fin du muet.

Il s’agit de répertorier et de documenter les films de la manière la plus exhaustive possible – la principale difficulté rencontrée dans ce genre d’entreprise étant les sources à disposition.

Un tel projet de nos jours possède le privilège de pouvoir s’inscrire dans la continuité et poursuivre un travail déjà engagé ces dernières décennies par un certain nombre de chercheurs et de documentalistes.

Une précédente tentative de filmographie intégrale a ainsi été amorcée à l’occasion du 90e anniversaire de la société. Dans l’ouvrage dirigé par Philippe d’Hugues et Dominique Muller, Gaumont 90 ans de cinéma, paru en 1986, Frédérique Moreau a établi une filmographie recensant les fictions Gaumont de la période 1896-1986[1]. Pour la période qui nous concerne, elle s’est appuyée sur les publications éditées par la société qui avaient été données par Léon Gaumont à l’École Technique de Photographie et de Cinématographie (devenue l’École nationale supérieure Louis-Lumière) à sa fondation en 1926, ainsi que sur des ouvrages et travaux antérieurs d’historiens. Afin de restreindre quelque peu l’ampleur de la tâche, elle n’a cependant pas pris en compte les films de non-fiction, ni les courts-métrages d’après 1920. Les titres des films y sont classés par année, puis par ordre alphabétique, et sont accompagnés des mentions du métrage et du réalisateur lorsqu’ils sont connus.

Plus récemment, le Groupe de Recherche sur l’Image dans le Monde Hispanique (GRIMH), fondé en 1998, a dédié un site internet aux « origines du cinéma (1896-1906) » libre et accessible à tous. Conçu comme une base de données à plusieurs entrées (films, pays, figures, productions) et régulièrement actualisé, il propose un riche travail collaboratif de documentation, de revue de presse et de localisation de projections des films produits à un niveau mondial durant cette période, ainsi que des articles plus approfondis sur diverses personnalités (cinéastes, opérateurs, forains, exploitants…). Grâce à des sources très bien référencées (catalogues commerciaux, presse nationale et régionale française et étrangère, ouvrages), le site offre ainsi des filmographies documentées d’un grand nombre de maisons de production, dont la société Gaumont, jusqu’en 1906.

Auparavant, plusieurs historiens se sont attachés à constituer des filmographies générales, voire « universelles », de la période muette, au sein desquelles sont par conséquent recensés des films Gaumont, telles que la Filmographie universelle de Jean Mitry[2], le Catalogue des films français de long métrage. Films de fiction 1919-1929 et le Catalogue des films français de fiction de 1908 à 1918 de Raymond Chirat, avec la collaboration de Roger Icart pour le premier et d’Éric Le Roy pour le second[3], ou encore la filmographie établie par Henri Bousquet pour le cinquième colloque international de l’Institut Jean Vigo Les Premiers ans du cinéma français[4]. De par leur nature et leur contexte d’élaboration, il est inévitable qu’elles comportent des lacunes et des imprécisions et appellent à des recoupements, mais elles constituent néanmoins un apport significatif.

Des filmographies plus approfondies car plus spécifiques ont également vu le jour au fil du temps, se rapportant à la carrière de personnalités en particulier à l’instar d’Alice Guy[5], Ernest Bourbon[6], Louis Feuillade[7], Georges Demenÿ[8], Etienne Arnaud[9], Léonce Perret[10], Jean Durand[11], René Navarre[12] etc., ou traitant de thématiques comme le cinéma comique[13], les actualités filmées de la Première Guerre mondiale[14] ou le cinéma documentaire[15].

Le fruit de ces différentes recherches antérieures représente une ressource précieuse pour nous aujourd’hui. Elles ne nous soustraient cependant pas, bien au contraire, à aller explorer et à rassembler également par nous-même toutes archives d’époque susceptibles de nourrir de manière la plus complète possible notre propre travail de constitution d’une filmographie Gaumont, telles que des catalogues commerciaux et autres publications édités par la société, des scénarios ou des programmes de salles, et naturellement, les films eux-mêmes, dont des éléments sont conservés dans des archives françaises et étrangères. Malgré la réunion de ces diverses sources de première main, des lacunes demeurent, selon les documents et selon les années. Certaines sont comblées par le recours à des sources de seconde main tels la presse d’époque ou les ouvrages et filmographies établis à partir de témoignages oraux et écrits, d’archives personnelles, tels que ceux cités ci-avant.

Ce futur catalogue des films muets Gaumont se présentera sous la forme d’une base de données, modelée d’après les bases de données existantes des archives de films et les recommandations de la FIAF. Il adoptera ainsi les champs communs de type « titres », « génériques », « description », « observations », « sources », etc. Au fil de l’avancée, l’alimentation de la filmographie suscite de nombreux questionnements et entraîne des recherches supplémentaires. Elle en fait naître également au sujet de la base de données, concernant la détermination des champs et la présentation de leur contenu, qui évoluent au fur et à mesure des cas particuliers rencontrés. Ceux-ci consistent par exemple en un même film édité sous différents formats et métrages, plusieurs bandes éditées sous un même titre et un même numéro de catalogue, ou encore un même film réédité sous différents numéros de catalogues. Nous sommes par ailleurs confrontée à l’absence de certains numéros de films dans les catalogues ou encore à la difficulté d’attribuer un film à un réalisateur.

Bien que la tâche s’annonce ardue et riche de défis à relever, elle apparaît essentielle afin d’être en mesure d’appréhender avec davantage de précision la production Gaumont de la période du muet et ainsi d’accroître l’état de nos connaissances touchant tout un pan de l’histoire du cinéma.

 

[1] Frédérique Moreau, « Filmographie Gaumont : Films de fiction 1896-1986 », dans Philippe d’Hugues et Dominique Muller (dir.), Gaumont 90 ans de cinéma, Paris, Ramsay / La Cinémathèque française, 1986, p. 190-218.

[2] Jean Mitry, Filmographie universelle, Paris / Bois d’Arcy, IDHEC / Service des archives du film du Centre national de la cinématographie, 1963-1987, 35 vol., dont le tome II : Primitifs et précurseurs 1895-1915. Première partie : France et Europe, le tome XII : Les Serials en Amérique et en Europe 1908-1930, le tome XXIII : France. L’École comique 1910-1925, le tome XXIV : France. Les Premiers artisans de la fin du muet au début du parlant, le tome XXV : France. La Nouvelle école française 1919-1940, le tome XXVI : France. L’École française 1925-1950.

[3] Raymond Chirat, avec la collaboration de Roger Icart, Catalogue des films français de long métrage. Films de fiction 1919-1929, Toulouse, Cinémathèque de Toulouse, 1984 ; Raymond Chirat, avec la collaboration d’Éric Le Roy, Catalogue des films français de fiction de 1908 à 1918, Paris, Cinémathèque Française, 1995.

[4] Henri Bousquet, « Filmographie », dans Pierre Guibbert (dir.), Les Premiers ans du cinéma français. Actes du Ve Colloque International de l’Institut Jean Vigo, Perpignan, Institut Jean Vigo, 1985, p. 287-319.

[5] Francis Lacassin, « Filmographie d’Alice Guy », dans Alice Guy, Autobiographie d’une pionnière du cinéma (1873-1968), Paris, Denoël / Gonthier, 1976, p. 169-203 ; Victor Bachy, Alice Guy-Blaché (1873-1968), la première femme cinéaste au monde, Perpignan, Institut Jean Vigo, Les Cahiers de la Cinémathèque, 1993 ; Alison McMahan, « Films retrouvés d’Alice Guy-Blaché », dans Sabine Lenk et Alison McMahan, « À la recherche d’objets filmiques non identifiés. Autour de l’œuvre d’Alice Guy-Blaché », Archives, n°81, août 1999, p. 15-17 ; Alison McMahan, Alice Guy Blaché, Lost Visionary of the Cinema, New York, Bloomsbury, 2003 ; Maurice Gianati et Laurent Mannoni (dir.), Alice Guy, Léon Gaumont et les débuts du film sonore, New Barnet, John Libbey Publishing, 2012.

[6] Thierry Lefebvre, Ernest Bourbon et les pouittes. Le personnage d’Onésime, 1912-1919, mémoire de maîtrise, sous la direction de Pierre Jenn, Université Paris I, 1987 ; « D’Ernest Bourbon à Onésime, naissance d’un personnage comique », Les Cahiers de la cinémathèque, « La Maison Gaumont a cent ans… », n°63/64, décembre 1995, p. 67-75.

[7] Francis Lacassin, Louis Feuillade. Maître des lions et des vampires, Paris, Pierre Bordas et fils, 1995 ; Jacques Champreux et Alain Carou (dir.), « Louis Feuillade », 1895. Revue de l’association française de recherche sur l’histoire du cinéma, numéro hors série, octobre 2000.

[8] Laurent Mannoni, Georges Demenÿ, pionnier du cinéma, Douai, Pagine, 1997 ; Marie-Sophie Corcy, Jacques Malthête, Laurent Mannoni, Jean-Jacques Meusy, Les premières années de la société L. Gaumont et Cie. Correspondance commerciale de Léon Gaumont 1895-1899, Paris, AFRHC / Bibliothèque du Film / Gaumont, 1999.

[9] Bernard Bastide, Étienne Arnaud (1878-1955), une biographie, mémoire de DEA, sous la direction de Michel Marie, Université Paris III-Sorbonne nouvelle, 2001.

[10] Bernard Bastide et Jean A. Gili (dir.), Léonce Perret, Paris / Bologna, AFRHC / Cineteca di Bologna / Il cinema ritrovato, 2003.

[11] Francis Lacassin, À la recherche de Jean Durand, Paris, AFRHC, 2004.

[12] René Navarre, Fantômas c’était moi. Souvenirs du créateur de Fantômas en 1913, mémoires présentés et commentés par son petit-fils François-Marie Pons, Paris, L’Harmattan, 2012.

[13] Laurent Le Forestier, Les films comiques produits par Gaumont entre 1907 et 1914, mémoire de maîtrise, sous la direction de Michel Marie, Université Paris 3, 1993.

[14] Françoise Lemaire, Les films militaires français de la Première Guerre mondiale. Catalogue des films muets d’actualité réalisés par le Service Cinématographique de l’Armée, Ivry-sur-Seine, ECPA, 1997.

[15] Frédéric Delmeulle, Contribution à l’histoire du cinéma documentaire en France. Le cas de l’encyclopédie Gaumont 1909-1929, thèse de doctorat, sous la direction de Michel Marie, Université Paris 3, 1999 ; Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2003.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.