Rebondissements – Colloque « Musidora, qui êtes-vous ? » en ligne !

Du fait du coronavirus et du deuxième confinement, le colloque « Musidora, qui êtes-vous ? » qui devait se tenir les 18, 19 et 20 novembre 2020 à la Cinémathèque Robert-Lynen et au Centre national de l’image animée et du cinéma a été annulé.

Afin d’honorer le travail des intervenant.e.s, de combler en partie la déception des inscrit.e.s et d’essayer d’être à la hauteur de notre muse adorée Musidora, nous avons œuvré pour vous proposer des rebondissements.

Les soirées, avec ciné-concert, projections, table-ronde, etc., seront reprogrammées dès que possible à la Cinémathèque Robert-Lynen et au Centre national du cinéma et de l’image animée.

Nous travaillons dès à présent sur l’édition des actes afin que paraisse rapidement un ouvrage qui vous permette d’en apprendre davantage sur Musidora.

Et – oh joie ! – dès le 19 novembre nous sommes en mesure de proposer aux personnes intéressées un colloque en ligne : elles pourront ainsi écouter, tout en visionnant des diaporamas, les communications et focus des intervenant.e.s qui ont bien voulu s’enregistrer et que nous remercions chaleureusement pour leur réactivité et leur générosité.

Enfin, partenaire privilégié de l’événement « Musidora, qui êtes-vous ? », le Centre national du cinéma et de l’image animée – avec l’autorisation de  Gaumont Pathé Archives – présentera, pour clore ce colloque, La Triple Entente (Gaston Ravel ; 1915) et  C’est pour les orphelins ! (Louis Feuillade ; 1917) à partir du vendredi 20 novembre  sur cnc.fr

De quoi enrichir et égayer ce confinement !

Comment procéder pour assister en distanciel au colloque ? Ecrire à carole.aurouet@univ-eiffel.fr afin d’obtenir en retour les liens de connection.

Bon colloque « Musidora, qui êtes-vous ? » alternatif ! Et au plaisir de vous retrouver bientôt dans les salles et dans les librairies pour les prochains rebondissements.

Merci à toutes et à tous pour vos messages de soutien et vos encouragements, qui nous ont beaucoup touché.e.s.

Carole Aurouet, Marie-Claude Cherqui et Laurent Véray, pour la coorganisation du colloque « Musidora, qui êtes-vous ? »

Carole, Marie-Claude et Laurent ne porteront finalement pas leur masque… de Musidora !

Colloque en ligne : « Musidora, qui êtes vous ? »

Ouverture du colloque – Musidora, qui êtes-vous ? par Carole Aurouet, Marie-Claude Cherqui et Laurent Véray

En quelques minutes, en guise d’ouverture du colloque « Musidora, qui êtes-vous ? », les coorganisateurs dressent un panorama de toutes les facettes artistiques de Musidora :

« L’enfance et l’adolescence de Musidora » par Marie-Claude Cherqui

« Musidora au music-hall et au théâtre » par Carole Aurouet

« Musidora et le cinéma » par Laurent Véray

« Musidora femme de lettre » par Carole Aurouet

« Prolongements » par Marie-Claude Cherqui

Carole Aurouet est maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches à l’université Gustave Eiffel, membre de l’Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel de l’université Sorbonne nouvelle et du consortium du projet ANR Ciné08-19. Auteure d’une vingtaine d’ouvrages, elle est aussi directrice éditoriale des collections « Le cinéma des poètes » et « Les films sélectionnés ».

Marie-Claude Cherqui est docteure de l’université Sorbonne nouvelle. Auteure de Queneau et le cinéma (collection « Le cinéma des poètes », Nouvelles éditions Place, 2016), elle s’intéresse aux rapports entre littérature et cinéma. Petite-nièce de Musidora et passionnée depuis l’enfance par Musidora, elle chante au sein du duo Bal Tragique, qui a créé un Cabaret Musidora.

Laurent Véray, professeur en cinéma et audiovisuel de l’université Sorbonne nouvelle, est porteur du projet ANR Ciné08-19. Son dernier ouvrage Avènement d’une culture visuelle de guerre. Le cinéma en France de 1914 à 1928 est sorti en 2019 (Nouvelles éditions Place).

Communication – Sous les feux du music-hall : Musidora, artiste légère par Marie-Claude Cherqui

Dès 1905, Jeanne Roques étudie la diction et les arts de la scène. En 1910, sous le nom de Musidora, elle y est admirée en Môme Liquette dans La Loupiote. Elle enchaîne alors les rôles, légère et court-vêtue, et fait, sur les planches, des rencontres décisives dont celles de Colette, de Jean Bastia, de Paul Poiret. Louis Feuillade, venu admirer le phénomène, l’engage au cinéma. Jusqu’à la fin des années 1920, elle court des planches aux plateaux de cinéma, mêlant parfois, en un même spectacle les arts de la scène et ceux de l’écran.

Marie-Claude Cherqui est docteure de l’université Sorbonne nouvelle. Auteure de Queneau et le cinéma (collection « Le cinéma des poètes », Nouvelles éditions Place, 2016), elle s’intéresse aux rapports entre littérature et cinéma. Petite-nièce de Musidora et passionnée depuis l’enfance par Musidora, elle chante au sein du duo Bal Tragique, qui a créé un Cabaret Musidora.

Focus – Musidora, les yeux qui dessinent par Michel Saussol

Dès son enfance, Musidora s’est montrée douée pour le dessin, art qu’elle perfectionne au Cours Frémiet et à l’Académie Julian. Cette disposition artistique lui permet de nous laisser tout au long de sa vie de nombreux témoignages de sa vie familiale, de sa vie d’artiste et de ses multiples rencontres. Dans son Album intime, elle a consigné les dessins les plus personnels. Une sélection de ces dessins sera présentée et commentée.

Michel Saussol est le secrétaire et le webmestre de l’Association des amis de Musidora.

Communication – En tant que femme. Musidora entre scène et société par Camille Paillet

Cette communication s’intéresse à la carrière théâtrale de Musidora qui oscille entre ses activités de comédienne et d’auteure, sur les scènes de théâtre comme sur celles du divertissement commercial. Elle propose d’interroger les représentations de la féminité performées par Musidora dans ses rôles scéniques, son image publique et sa position sociale d’artiste féminine au XXe siècle.

Camille Paillet est docteure en arts vivants et spécialisée en histoire culturelle du music-hall au XIXe siècle. Ses recherches articulent les études de genre et l’historiographie des spectacles, principalement la danse.

Focus – Musidora, femme modèle en mille portraits par Yvon Dupart

De son vivant, Musidora a inspiré les nombreux artistes qui ont croisé sa route (Guy Arnoux, Charles Martin, Julio Romero de Torres, René Carrère…) et cet engouement s’est prolongé jusqu’à aujourd’hui (Claire Bretécher, Jean-Claude Carrière, Annie-Christine Blanloeil, Jackson KS…). Un florilège de ces œuvres sera présenté et commenté.

Yvon Dupart est le président-fondateur de l’Association des Amis de Musidora et l’ayant-droit de Musidora.

Communication Musidora et Colette. Histoire d’une amitié professionnelle par Paola Palma

Si elles se sont connues sur les planches du théâtre, c’est surtout grâce à Colette que Musidora commence à produire et tourner des films en 1916. L’écrivaine s’implique personnellement dans le travail de Musidora, et c’est dans son œuvre que cette dernière trouve l’inspiration et peut-être la base de sa légitimation. D’autre part, c’est pour Musidora que Colette écrit son seul sujet original pour le cinéma, et c’est pour elle qu’elle se met en quête de producteurs et fréquente les tournages. Au cinéma comme au théâtre, Colette a été l’aiguillon de la carrière de sa jeune amie.

Paola Palma est membre associée de l’UMR Thalim et enseigne à l’École du Louvre. Elle a publié La Vagabonda dello schermo. Colette e il cinema La Vagabonde de l’écran. Colette et le cinéma, (Padoue, 2015).

Communication – Les fantômes littéraires de Musidora par Patrick Cazals

Image fascinante sur l’écran, Musidora a la passion de l’écrit. Ses amitiés avec des écrivains majeurs, Pierre Louÿs et Pierre Benoit, et son admiration pour George Sand, en témoignent. Ses propres essais littéraires (romans, poésies, théâtre, nouvelles et correspondances) sont autant de rencontres furtives avec les fantômes exigeants des courants littéraires de son époque.

Patrick Cazals est cinéaste, producteur (Les Films du Horla), journaliste et homme de radio. Il est l’auteur de nombreux films depuis 1976. Après l’ouvrage Musidora, la dixième muse et son film éponyme, il publie en octobre 2020 Musidora-Pierre Louÿs, une amitié amoureuse.

Communication – Musidora, pyrogène des surréalistes par Carole Aurouet

En apparaissant en 1915 vêtue de son collant noir dans Les Vampires de Louis Feuillade, Musidora enflamme les corps, les esprits puis les écrits des surréalistes en herbe. Traquer les liens protéiformes que ces derniers entretiennent avec l’actrice, qu’ils soient intimes ou artistiques, telle est la visée de cette communication.

Carole Aurouet est maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches à l’université Gustave Eiffel, membre de l’Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel de l’université Sorbonne nouvelle et du consortium du projet ANR Ciné08-19. Auteure d’une vingtaine d’ouvrages, elle est aussi directrice éditoriale des collections « Le cinéma des poètes » et « Les films sélectionnés ».

Focus – Au bon souvenir de Musidora : envois et dédicaces par Pascal Roques

À partir de 1929, alors qu’elle est retirée des affaires cinématographiques, Musidora publie quatre livres qui se vendent si peu qu’il est aujourd’hui plus facile de les trouver avec un envoi de sa main que sans. Nous nous proposons de présenter une sélection de ces envois et dédicaces et de montrer comment ils témoignent de la façon dont Musidora tentait de stimuler un réseau relationnel qui, les années passant, se délitait.

Pascal Roques est l’auteur de deux études parues dans les Cahiers Musidora qui éclairent les relations que Musidora entretenait avec deuxde ses proches : Jaime de Lasuen et René Carrère.

Communication – Musidora écrivaine : scander le paroxysme par Anne-Élisabeth Halpern

Artiste du multiple, c’est naturellement comme polygraphe que Musidora a laissé son empreinte de « joli brin de plume » (Colette). Qu’elle aborde le théâtre, la poésie, les aphorismes, les notations de voyage, le roman, celle qui fut un temps professeure de diction a quitté le cinéma nouvellement parlant pour parler ailleurs, dans les livres, avec un égal talent et un style flamboyant.

Anne-Elisabeth Halpern est maîtresse de conférences à l’université de Reims. Ses travaux portent sur la littérature moderne et contemporaine, les rapports des poètes avec la science, et les arts visuels.

Focus – Les Contes de Zaz de Musidora par Marie-Claude Cherqui

Parmi les arts de l’écriture, Musidora a souvent pratiqué l’art du conte, en revues le plus souvent, ou à la radio. Avec de multiples variations, elle a recommencé sans cesse le récit de ses aventures cinématographiques ou littéraires, de ses amitiés, de ses passions. Elle nous laisse un chef-d’oeuvre inédit, un manuscrit précieux, enluminé d’aquarelles qui confirment l’artiste chevronnée qu’elle était : Les Contes du Zaz, inspirés par son fils Clément, « le fils », « Zazou », le « Zaz ».

Marie-Claude Cherqui est docteure de l’université Sorbonne nouvelle. Auteure de Queneau et le cinéma (collection « Le cinéma des poètes », Nouvelles éditions Place, 2016), elle s’intéresse aux rapports entre littérature et cinéma. Petite-nièce de Musidora et passionnée depuis l’enfance par Musidora, elle chante au sein du duo Bal Tragique, qui a créé un Cabaret Musidora.

Communication – D’un entrelacement : mythologie et histoire à propos de Musidora par Christophe Gauthier

Jeanne Roques, on le sait, entra très vite dans l’imaginaire des cinéphiles, sous les atours de la célèbre Irma Vep, alias Musidora. Ce n’est pas de ce récit dont il sera question ici. On connaît moins en revanche la manière dont différents historiens du cinéma, mais aussi un certain nombre de critiques, au premier rang desquels Francis Lacassin, contribuèrent dans les années 1960 et 1970 à extraire Musidora de cette encombrante mythologie, sans toujours y parvenir pleinement d’ailleurs.

Christophe Gauthier est professeur d’histoire du livre et des médias à l’École nationale des chartes (PSL), membre du Centre Jean-Mabillon et du consortium du projet ANR Ciné08-19. Vient de paraître aux éditions de l’École des chartes, sous sa direction, Patrimoine et patrimonialisation du cinéma.

Communication – Musidora : une actrice de cinéma hors du commun ? par Laurent Véray

Bien qu’elle débute véritablement dans Les Vampires de Louis Feuillade, en 1915, la carrière à l’écran de Musidora ne se réduit pas à son rôle d’Irma Vep. Une analyse plus poussée de tous ses rôles, au cours des années 1910-1920, à travers le prisme des études actorales, s’avère déterminante pour comprendre sa trajectoire, l’évolution de son jeu et de son statut d’actrice de cinéma, ainsi que l’émergence du vedettariat féminin à ce moment-là. C’est-à-dire durant une période marquée par l’extraordinaire succès du spectacle cinématographique, où s’affirme sa légitimation culturelle.

Laurent Véray, professeur en cinéma et audiovisuel de l’université Sorbonne nouvelle, est porteur du projet ANR Ciné08-19. Son dernier ouvrage Avènement d’une culture visuelle de guerre. Le cinéma en France de 1914 à 1928 est sorti en 2019 (Nouvelles éditions Place).

Focus – Musidora chez son notaire, le film d’une vie par Marc Durand

Les archives notariales permettent d’éclairer d’un jour nouveau la trajectoire de Musidora. Découvrons les moyens mis en œuvre pour aboutir à la découverte de son contrat de mariage, de la création de la Société des films Musidora, ou de la succession de ses parents.

Marc Durand est chargé d’études documentaires aux Archives nationales, minutier central des notaires de Paris. Historien des sciences et spécialiste de l’histoire de la photographie des premiers temps, il est l’arrière-petit neveu d’Auguste et Louis Lumière.

Communication – Pour Don Carlos and Musidora’s cinematic ambitions par Annette Förster

As you know, the existence of Pour Don Carlos was concealed until very recently. When I saw the print of the Cinematheque de Toulouse in the 2000s, I was struck by the beauty of its images and the versatility of Musidora’s acting. In my presentation I will focus on the film’s centrality in Musidora’s career and explore how it testifies to her cinematic ambitions.

Annette Förster (PhD) is an independent scholar and film programmer based in Amsterdam. She publishes about women and (silent) film since the 1980s. Her book Women in the Silent Cinema. Histories of Fame and Fate (Amsterdam 2017) discusses the parallel careers of three actresses/filmmakers in the silent era: Musidora (F), Adriënne Solser (NL) and Nell Shipman (US).

Communication – Musidora en Espagne ou L’Eldorado d’une femme cinéaste par Lucas Bruneau

Cette communication sera l’occasion d’explorer la carrière de Musidora en tant que réalisatrice, productrice et scénariste. En effet, une étude, tant sur la forme que sur le fond des différents métrages réalisés en Espagne par la Vamp, nous aidera à mieux cerner la personnalité de cette dernière, ainsi qu’à replacer ses œuvres dans le contexte cinématographique de l’entre-deux-guerres.

Lucas Bruneau est diplômé d’un master d’histoire contemporaine de l’université Jean Jaurès de Toulouse : Musidora femme cinéaste : de la muse à la créatrice (1919-1927), sous la direction de Natacha Laurent.

Communication – Vicenta : un film au croisement de deux exotismes par Béatrice de Pastre

Parvenu jusqu’à nous à l’état de fragment, Vicenta, pour ce que nous pouvons en juger en confrontant ces quelques images et ce que la presse relate du film lors de sa sortie sur les écrans, croise deux univers visuels opposés, emblématiques des principaux protagonistes. La présentation des images restaurées par la Cinémathèque française, insistera sur le croisement de l’atmosphère pastorale du Pays Basque natal de Vicenta avec l’orientalisme affiché des espaces symboliques de son séducteur.

Béatrice de Pastre est spécialiste du patrimoine cinématographique et photographique, directrice des collections du CNC, enseignante, programmatrice et auteure d’ouvrages consacrés aux archives filmiques, notamment, avec Catherine Rossi-Batôt, Cinéma et arts plastiques – Dialogue autour de la restauration (De l’incidence éditeur, 2016).

Communication – Étoile de papier. Musidora dans la presse française des années 1910 par Myriam Juan

Cette communication propose de cerner, à travers la presse généraliste et spécialisée, la personnalité publique de Musidora en France durant la décennie la plus prolifique de sa carrière d’actrice. Ce faisant, il s’agira aussi d’interroger ce que la presse de l’époque permet de saisir (ou pas) de deux phénomènes alors à l’œuvre : les débuts du vedettariat cinématographique et la naissance d’un mythe.

Myriam Juan est maîtresse de conférences à l’université de Caen- Normandie. Ses travaux portent sur l’histoire culturelle du vedettariat et des publics de cinéma en France dans la première moitié du XXe siècle.

Focus – Irma Vep sur les traces de Fantômas : une apache au féminin par Anne Bléger

Louis Feuillade est parmi les premiers à créer pour le cinéma une héroïne criminelle. Fort du succès de son Fantômas (1913-1914), adapté du roman de Souvestre et Allain, il transpose au féminin, avec Irma Vep (Les Vampires, 1915-1916) et Diana Monti (Judex, 1917), toutes les ruses, tueries et escroqueries de celui qui fut à l’origine de sa célébrité. Feuillade s’affranchit-il des stéréotypes de genres en représentant l’héritière du maître du crime ? Et la reine des apaches est-elle, pour le grand public, aussi effrayante que son homologue masculin masqué ?

Anne Bléger consacre sa thèse à la représentation de la violence féminine dans le cinéma français des années 1920, sous la direction de Myriam Tsikounas. Elle a écrit un article sur le regard apache de Musidora dans les Cahiers Musidora n°4.

Communication – Musidora à la Cinémathèque française par Laurent Mannoni

Henri Langlois, secrétaire général de la Cinémathèque française créée en 1936, aimait s’entourer de personnalités fortes, toutes issues du monde du cinéma : Lotte H. Eisner, Mary Meerson, Marie Epstein… Musidora, en raison de sa carrière et de ses relations, est sollicitée en 1943 pour mener à bien les interviews de la « Commission de recherches historiques ». Elle poursuit ensuite et parallèlement diverses activités à la Cinémathèque. Quels ont été son rôle et son apport ? Tentatives de réponses.

Laurent Mannoni est directeur scientifique du patrimoine de la Cinémathèque française. Il a publié notamment une Histoire de la Cinémathèque française (Gallimard, 2006).

Communication – Incarner Musidora ? Un regard contemporain par Sébastien Rongier

Irma Vep d’Olivier Assayas sort sur les écrans en 1996. Il y montre un réalisateur tentant de faire un remake de Feuillade en cherchant une forme nouvelle du personnage. Comment rendre possible une telle incarnation en déjouant les effets d’attentes ? Est-il possible de voir une forme contemporaine de Musidora ?

Sébastien Rongier est écrivain et essayiste. Dernières parutions : Alma a adoré. Psychose en héritage (Marest, 2019) et Duchamp et le cinéma (collection « Le cinéma des poètes », Nouvelles éditions Place, 2018).

Communication – Reprises et revenances. Plasticités d’Irma Vep dans l’art contemporain par Christophe Viart

Il est probable que la plastique gainée d’Irma Vep ne provoque plus aujourd’hui les délicieux émois qui firent tressaillir les surréalistes en découvrant ses apparitions dans les films de Feuillade. La « magnifique bête d’ombre » que décrit Aragon en parlant de Musidora n’a cependant pas cessé de hanter l’histoire de l’art au-delà des frontières du cinéma. Persona de la survivance, elle persiste, ondoyante et diverse, dans les fictions et les créations que l’art contemporain instaure en donnant une nouvelle vie à la figure de la vamp. Les exemples qui seront choisis pour cette communication permettront ainsi d’étudier la fonction de la reprise et de la revenance des images pour réfléchir à la manière dont les artistes racontent des histoires.

Christophe Viart est professeur en arts plastiques à l’université Paris Panthéon-Sorbonne. Ses recherches s’intéressent aux théories des images, aux correspondances entre les arts visuels et les autres arts, à la fiction et aux discours d’artistes. Il a dirigé en 2019 l’ouvrage La Peinture sans titre (EESAB, Les presses du réel).

Focus – Le collectif Musidora, entre cinéma et féminisme. Variations autour d’une photographie de Pierre Zucca par Hélène Fleckinger

« Féministe, cinéphile et cinéaste », le collectif Musidora est à l’origine du premier festival international de films de femmes en France, organisé à Paris en avril 1974. Cette intervention reviendra sur la genèse et les déclinaisons d’une photographie emblématique, prise par Pierre Zucca, portrait de six fondatrices du groupe, vêtues de cagoules noires ne laissant percevoir que leurs yeux, en hommage à Musidora.

Hélène Fleckinger est historienne du cinéma et de la vidéo, Elle est maîtresse de conférences à l’université Paris 8, auteure d’une thèse sur les rapports entre cinéma, vidéo et féminisme en France dans les années 1970.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.