Filmographie de la production muette de la société Gaumont : bilan d’étape

Comme exposé dans un précédent billet, le projet ANR CINÉ08-19 et GP archives travaillent actuellement de concert à la reconstitution de la production des films muets de la société Gaumont, s’étendant sur une trentaine d’années à partir de 1896.

Cette nouvelle filmographie, enrichie et actualisée, se différencie des filmographies préexistantes, telle celle établie par Frédérique Moreau, dans Gaumont 90 ans de cinéma, en 1986, par la prise en compte des films de non-fiction et l’accès facilité à des sources additionnelles.

N’ont cependant pas été comptabilisés pour le moment dans cette nouvelle version les films d’actualité et les films d’actualité de guerre — sauf exceptions, si ces films se trouvent répertoriés dans un catalogue d’époque édité par Gaumont tel que le Répertoire des films de l’Encyclopédie Gaumont et qu’ils ont dès lors changé de statut passant d’actualités à films d’enseignement.

Initiée en octobre 2019, la présente mission a connu plusieurs étapes parallèles et successives. Elle s’appuie sur l’existence d’un fichier informatique de base de données établi et alimenté par Gaumont, notamment à partir d’une première recherche menée par Raymond Chirat dans les années 1990, qu’il a fallu dans un premier temps appréhender. Comprenant plus de 10 000 fiches, ce fichier s’est avéré recenser les films produits et distribués par Gaumont de tous temps et de toutes nationalités. En guise de prise de contact avec le fichier et afin de se rendre compte du degré d’exhaustivité de celui-ci, un premier travail d’exploration d’un corpus déterminé, à savoir les phonoscènes, a été entrepris et a permis de relever la présence de lacunes et de doublons. L’apparence et la structure du fichier de base de données ont, par ailleurs, fait l’objet d’une refonte, par la modification des champs existants et l’ajout de nouveaux. Elles évoluent au fur et à mesure de l’avancée de la mission.

Comme évoqué dans notre premier billet, le présent travail, destiné à élaborer une filmographie la plus rigoureuse possible (malgré l’impossibilité d’atteindre à l’infaillibilité en la matière, d’autant plus lorsque l’on s’aventure à retracer cette période délicate des débuts du cinéma), s’il prend appui sur les travaux antérieurs et les précédentes filmographies établies par les historiens et les chercheurs, repose également sur la recherche, la consultation et le dépouillement de toutes sources d’époque, conservées dans des institutions telles que la BHVP, la Bibliothèque du CNC, la BnF, le Centre de ressources documentaires de l’ENS Louis-Lumière, la Cinémathèque française, le Musée Gaumont. Notamment :

  • Des publications commerciales éditées par les différentes structures qu’a connues la société Gaumont (Comptoir Général de Photographie ; L. Gaumont et Cie ; Société des Établissements Gaumont ; Gaumont-Metro-Goldwyn)

Les premières vues animées, réalisées pour le chronophotographe Demenÿ à partir de 1896, figurent, outre dans des listes anglaise de 1897 et allemande non datée, dans la Revue Trimestrielle du Comptoir Général de Photographie, parue en mars, mai et août 1897, puis dans sa nouvelle mouture à partir de novembre 1897, La Mise au point, publication périodique destinée à contribuer au rayonnement et à la vulgarisation de la photographie et, surtout évidemment, à présenter les appareils, produits et productions de la société.

Comptoir Général de Photographie, Revue Trimestrielle du Comptoir Général de Photographie, mars 1897 © GRIMH

Ces listes sont régulièrement actualisées et complétées par les nouveaux films tournés, et publiées sous divers formats, en fascicules séparés, en feuillets libres, intégrées à des catalogues de vente et de location généraux ou spécifiques (Chrono de Poche, Chronophone, Répertoire des films de l’Encyclopédie Gaumont, Le Bon Cinéma) ou sous la forme de livraisons périodiques (telles que la Revue Mensuelle des Nouveautés Cinématographiques, ou encore dans les années 1920, de beaux bulletins illustrés, le Bulletin du Comptoir Ciné-Location, ou Le Film français, coédité avec Pathé). Outre un titre, elles peuvent parfois comprendre la mention d’un numéro de catalogue, d’un code télégraphique, un résumé et/ou un photogramme.

  • Des programmes de salles et livrets destinés aux spectateurs

Des programmes de salles exploitées par Gaumont (Chronophone Gaumont, Gaumontcolor, Gaumont-Palace) comme indépendantes projetant des films de la marque, parisiennes comme provinciales. Des brochures promotionnelles accompagnent également la sortie des films et se composent le plus souvent d’un long résumé illustré de portraits d’acteurs et de photographies de scènes de films. Certains programmes prennent la forme de journaux liés à une salle, à l’instar de la Fémina Gazette à Marseille. Il en paraît également dans la presse, nationale et régionale, généraliste et spécialisée.

Fémina Gazette, n°1, 1er-4 janvier 1923 © Gallica

  • La presse

Elle permet de pallier la conservation lacunaire des sources primaires. On rencontre par exemple des listes des nouveaux films à paraître à destination des exploitants dans la presse spécialisée, telles que ci-dessous dans la revue Ciné-Journal.

“Nouveautés Cinématographiques”, Ciné-Journal, n°280, 3 janvier 1914 © Gallica

Parallèlement à la réunion des sources, il a été procédé à la vérification et au tri des fiches de films. Cette étape s’est traduite, en premier lieu, par la suppression des fiches non pertinentes : les films sonores et parlants ; les films muets étrangers et français d’autres sociétés de production, qui se trouvaient recensés soit parce qu’ils ont été distribués par Gaumont, soit, pour certains notés comme étant des productions Gaumont, parce qu’ils figuraient dans le programme d’une salle Gaumont — ces derniers ont demandé un travail de recherche plus poussé pour pouvoir être écartés ; enfin, une centaine de fiches doublons et quelques fiches vierges. Par ailleurs, une centaine de fiches ont été temporairement mises de côté et ont donné lieu à un recensement distinct, lorsque le manque d’indices et de sources ne permettait soit d’infirmer soit de confirmer l’intégration d’un titre à la filmographie. Ces titres demeurent donc pour le moment “en suspens”, en attendant de plus amples recherches ou la découverte d’autres sources. L’absence de mention de sources dans le fichier initial a ainsi souvent rendu la tâche de tri ardue, ne sachant pas d’où provenaient les informations ni la raison même du recensement du titre concerné. Les autres fiches ont été quant à elles corrigées et harmonisées — des coquilles, erreurs et approximations ont été rencontrées dans les titres, les années de production, les numéros de catalogue Gaumont, les réalisateurs. Le fichier a, enfin, été alimenté par la création de nouvelles fiches pour les films qui n’étaient pas répertoriés.

Si cette étape s’est faite dans un premier temps de manière décousue, au fur et à mesure de la consultation de nouvelles sources, en vue de jauger l’exhaustivité du fichier, une reprise méthodique de chaque source et de chaque fiche, dans l’ordre chronologique, a ensuite été adoptée. À partir des catalogues commerciaux Gaumont d’époque, du site internet du Groupe de Recherche sur l’Image dans le Monde Hispanique (GRIMH) ainsi que de la filmographie des films 60 mm (58 mm) établie par Laurent Mannoni[1], près de 200 fiches des premières vues ont ainsi été traitées intégralement, par l’harmonisation, l’ajout, la vérification et le recoupement des données de chaque champ — plus particulièrement concernant l’opérateur-réalisateur, l’année de production, le métrage, le contexte de l’événement filmé lorsqu’il s’agit d’un fait d’actualité — et la rédaction de résumés à partir d’éléments film conservés ou de descriptions parues dans la presse d’époque.

Comme pour toutes les activités de recherche, la crise sanitaire mondiale a malheureusement sensiblement entravé ce travail, a rendu impossibles puis difficiles la recherche et la consultation d’ouvrages, de documents et d’archives nécessaires à sa bonne exécution et a engendré une réorganisation des tâches. Le travail s’est poursuivi malgré les contraintes et une mission prioritaire a été redéfinie à partir du mois de juin 2020 : déterminer avant tout le nombre global de films produits par Gaumont durant la période muette, en parcourant les catalogues d’époque de la société ainsi que d’autres sources et en n’y prélevant que les informations principales concernant chaque film afin de pouvoir mener à bien cette mission dans le temps imparti du post-doctorat, qui a pu avantageusement bénéficier d’une première prolongation de six mois, d’octobre 2020 à mars 2021. Un certain nombre de champs seulement ont donc été complétés, traités et vérifiés : les sections de titre (titre, titre attribué, autre titre, titre série, titre étranger) ; du numéro de catalogue Gaumont et de l’année qui lui est associée ; de la réalisation[2] ; de la société, du pays et de l’année de production ; de la société de distribution ; des sources. Tous les autres champs restent ainsi encore en friche et sont à retraiter et harmoniser.

Des plus de 10 000 fiches du fichier de base de données initial, il en aura été supprimé plus de 4 500. Ont par ailleurs été ajoutées plus de 1 000 nouvelles fiches (des vues 60 mm, des vues Chrono de Poche, des phonoscènes et filmparlants, des films de la succursale britannique, des documentaires et films d’enseignement, etc.). Cette première mouture sommaire et non définitive de la filmographie ainsi achevée, couvrant l’entièreté de la période du muet mais ne recensant pour chaque titre qu’un nombre restreint de données, compte à ce jour près de 7 000 films. Cette estimation se révèle inévitablement approximative et la filmographie soumise à des inexactitudes, du fait des lacunes des sources, de la présence possible malgré tout de doublons (rééditions, changement de titre, etc.) ou de films non produits par Gaumont, que la poursuite de recherches approfondies pourrait permettre de combler et de détecter.

Afin de parvenir à un état définitif, la filmographie requiert dès lors l’accomplissement de certaines tâches, dont le même travail de renseignement et de révision des champs non cités ci-avant — concernant notamment l’identification (genre, métrage, date de sortie, etc.), les génériques technique et artistique ou la description des films —, ainsi que le dépouillement de sources complémentaires non encore intégralement explorées (scénarios et programmes de salles à la BnF ; fonds Louis Gaumont et iconographie à la Cinémathèque française ; presse d’époque, etc.). Les champs restant à renseigner, tels que le genre du film, les acteurs, et surtout le résumé, représentent les informations précieuses qui vont faciliter les recoupements. Ils devraient absolument constituer selon nous le cœur et le pivot de la suite de la mission afin d’être à même d’avancer véritablement sur la question d’une filmographie Gaumont de la période muette, car c’est la matière qui a jusqu’alors fait défaut aux précédentes tentatives. Grâce au projet CINÉ08-19 et à GP archives, à leur engagement, cette mission va pouvoir être pleinement concrétisée durant la nouvelle année de reconduction du post-doctorat qui s’amorce à présent.

 

[1] Laurent Mannoni, Georges Demenÿ, pionnier du cinéma, Douai, Pagine, 1997, p. 129-131 ; Marie-Sophie Corcy, Jacques Malthête, Laurent Mannoni, Jean-Jacques Meusy, Les premières années de la société L. Gaumont et Cie. Correspondance commerciale de Léon Gaumont 1895-1899, Paris, AFRHC / Bibliothèque du Film / Gaumont, 1999, p. 467-474.

[2] Champ sujet à caution, pour lequel on s’est contenté à ce stade de noter les différentes attributions données par les historiens, en en précisant la source, et qui mériteraient d’être réévaluées — chacun, défenseurs et détracteurs, émettant des hypothèses infondées et/ou fondées à partir d’éléments incomplets alors en leur possession, et donc comportant des inexactitudes, des erreurs d’interprétation, etc. Une remise à plat est nécessaire. De nombreux titres demeurent donc pour le moment sans réalisateur “connu”.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.