Arcachon filmée par Louis Feuillade en 1908

En marge de l’exposition « Ils y viennent tous… au cinéma ! » qui se tient actuellement aux Archives départementales de la Gironde à Bordeaux, vont être projetés samedi 4 décembre au MA.AT (Médiathèque Arcachon Associations Tourisme) d’Arcachon des films tournés par Louis Feuillade, cinéaste et directeur artistique de la société Gaumont, dans cette ville en 1908 (voir le programme ici).

À cette époque, comme l’évoque notamment l’historien Francis Lacassin[1], un souci économique cher au directeur de la société, Léon Gaumont, appelait à amortir les dépenses supplémentaires liées à des tournages en province et à l’étranger (en termes de personnel – metteur en scène, opérateur, interprètes – et de matériel), plus coûteux que les prises de vues au studio parisien ou en plein air dans la capitale ou sa proche banlieue, par la réalisation de plusieurs vues de fiction (comiques, dramatiques, historiques, etc.) comme documentaires (« panoramas » ou « scènes des rues ou locales » comme elles sont alors nommées) au cours d’une même expédition, permettant ainsi d’enrichir de nouveautés de manière significative et instantanée le catalogue des vues proposées à la vente puis à la location[2]. Ceci parfois en collaboration, voire à la demande même, de la commune ou la région servant de décor[3].

Quelques traces du passage de Feuillade et de son équipe dans la contrée arcachonnaise se rencontrent dans la presse locale de l’époque.

L’Avenir d’Arcachon, n°2886, 29 mars 1908 © Gallica

Une chronique parue dans L’Avenir d’Arcachon du 29 mars 1908 indique qu’il était auparavant en tournage à Biarritz, « où il a pris de très beaux effets de mer »[4].

Au début du mois de février 1908, Feuillade se trouve en effet en déplacement dans le sud de la France. Il tourne plusieurs films à Carcassonne avec l’aide de son ami et collègue Etienne Arnaud[5] et, le 14 février, adresse à la femme de celui-ci une carte postale représentant une plage de Bidart, sur la côte basque, portant le cachet postal de Biarritz :

Un bonjour de Bidart où je me trouve seul en découverte.[6]

Parmi les nouveautés de la société Gaumont du 16 mars 1908, on retrouve bien la vue mentionnée dans l’article, sous le titre Effets de vagues à Biarritz (n°1866, 136 m), ainsi décrite :

Très jolie vue artistique avec virages, nous montrant le Pont du Diable, la Côte des Basques, un coucher de soleil et un crépuscule nocturne dans un décor du plus grandiose effet.[7]

Le chroniqueur précise ensuite que Feuillade séjourne à Arcachon avec sa famille à la villa Yvonne (qui se situe dans le quartier de la Ville d’hiver, allée Bocage). Dans la « Liste des étrangers » en villégiature recensés par le journal, on peut repérer le nom de Feuillade dans les livraisons du 1er mars au 17 mai 1908, localisé d’abord à la villa Joséphine (du 1er au 22 mars 1908), puis à la villa Yvonne.

Comme le laissent transparaître deux cartes postales qu’il poste d’Arcachon à leurs amis Etienne et Yvonne Arnaud[8], Feuillade accompagne sa femme, Léontine, dont l’état de santé nécessite les bienfaits de la station de cure alors prisée[9].

Via Wikimedia Commons

« Louis Feuillade à Etienne Arnaud. 17 mars 1908 »

Serai rentré Vendredi. Travaillez bien ; ça va mieux ici, et j’espère y revenir travailler. Bonjour.

L. Feuillade

Via Wikimedia Commons

« Louis Feuillade à Yvonne Arnaud. 17 avril 1908 »

Merci de votre bonne lettre. Par le même courrier, j’écris à M. Gaumont. Ça va un peu mieux et si je puis venir passer q.q. jours ici pour faire des scènes ça fera beaucoup de bien à ma femme. Vous voyez par les cartes que je vous envoie qu’il y a de quoi faire.

L. Feuillade

Au printemps 1908, Feuillade tourne ainsi plusieurs films à Arcachon, dont certains durant la Fête locale qui a lieu du dimanche 22 au mercredi 25 mars.

Dans la scène finale de son film Le Furoncle, on aperçoit d’ailleurs sur un panneau publicitaire une affichette des séances des 22 et 25 mars du Royal Cinéma établi au Casino de la Plage, salle où seront projetées quelques mois plus tard certaines des vues arcachonnaises de Feuillade.

Photogramme du film Le Furoncle (Feuillade, 1908) © GP archives

Le Furoncle, n°1936, 95 m, nouveauté du 22 juin 1908

Avoir un furoncle, c’est toujours désagréable, mais n’en pouvoir s’asseoir sans ressentir une vive douleur, c’est bien de la malchance. Notre ami s’en apercevra d’une façon cuisante : les chocs, précisément à cet endroit, ne lui seront point épargnés… Toutefois le dernier le délivrera de son furoncle que les coups précédents auront mûri… pas assez tôt pourtant, puisque telle dame aimable qui l’attendait sur la jetée, en voyant sa mine piteuse aura pris congé de lui.[10]

Photogramme du film Le Furoncle (Feuillade, 1908) © GP archives – Cours Lamarque de Plaisance

Via Wikimedia Commons

Le chroniqueur des spectacles de L’Avenir d’Arcachon énumère les diverses vues, en particulier documentaires, prises par Feuillade, pour la majorité desquelles un élément film est encore conservé aujourd’hui. Nous retrouvons ainsi :

  • « les différentes phases d’une Chasse au renard »

La Chasse au renard, n°1934, 161 m, nouveauté du 25 mai 1908

Dans le joli décor de la forêt d’Arcachon, nous assistons aux enivrantes péripéties d’une chasse à courre. Devant nous, maître renard essaiera vainement par trois fois de dépister la meute hurlante qui galope à ses trousses. Mais il ne sera pas assez rusé pour empêcher les chiens de le prendre, et sa queue sera attachée comme trophée glorieux à la bride du cheval de l’honorable douairière du château voisin. Quant aux chiens, ils auront gagné un bon repas.[11]

Photogramme du film La Chasse au renard (Feuillade, 1908) © GP archives – Place de la Poste

© ALcoll72 / Delcampe

 

  • « les péripéties d’une Pêche en mer »

Les Chalutiers de l’océan, n°1969, 162 m, nouveauté du 13 juillet 1908

La confection des filets, leur mise à l’eau, la relève, le déchargement des poissons, nous initient aux dures labeurs des rudes « gars » dont le butin sera artistement cuisiné par nos modernes vatels.[12]

Photogramme du film Les Chalutiers de l’océan (Feuillade, 1908) © GP archives

 

  • « les travaux de l’Ostréiculture »

L’Ostréiculture, n°1968, 125 m, nouveauté du 22 juin 1908

Nous voyons les parcs à huîtres à marée haute, à marée basse. Nous assistons à la pêche, au piquetage, au nettoyage. Les trieuses, sans pitié, assemblent par catégorie de grosseur les mollusques si chers aux gourmets, et le lendemain…

… Paris n’aura plus d’entrailles.

L’aurore verra leurs écailles

Aux portes des marchands de vins ![13]

Photogramme du film L’Ostréiculture (Feuillade, 1908) © GP archives

 

  • « la Fête locale des marins du 25 mars et bénédiction des barques »

La Fête des marins à Arcachon, n°1929, 103 m, nouveauté du 25 mai 1908

Nous assistons à une procession sous la pluie, suivie du sermon et de la solennelle bénédiction des barques. La fête se termine par une sonnerie que lancent gaillardement les jeunes membres d’une société locale.[14]

Photogramme du film La Fête des marins à Arcachon (Feuillade, 1908) © GP archives

 

  • « la Course aux Arènes landaises »

Course landaise, n°1930

Photogramme du film Course landaise (Feuillade, 1908) © GP archives

Ces courses ont été organisées par M. Barrère, ganadero de Gabarret, les 25 et 26 mars 1908 dans les anciennes arènes landaises d’Arcachon, qui étaient situées près de la forêt des Abatilles et du parc Pereire, route du Moulleau[15].

Le chroniqueur évoque enfin une « scène de genre : Arrestation d’un chemineau, dévaliseur d’une villa », que l’on retrouve sous le titre Le Vieux chemineau (n°1927, 168 m) dans la liste hebdomadaire des nouveautés du 18 mai 1908 :

Un vieil ouvrier est congédié par son entrepreneur et devient chemineau, voire même mendiant. Des gendarmes l’emmènent hors de la ville où la mendicité est interdite. Quelques instants plus tard il a l’occasion de sauver la vie à l’un des gendarmes, en détournant le coup de fusil que destinait à celui-ci un dangereux braconnier. Pendant ce temps, la demeure de l’entrepreneur se trouve cambriolée. On a vite fait d’accuser le pauvre vieillard qui, précisément vient d’être aperçu dans les parages par son ancien patron. Heureusement que le gendarme reconnaissant aura la chance d’arrêter le vrai malfaiteur et de pouvoir faire placer son innocent sauveteur comme jardinier chez une vieille dame très riche.[16]

Il signale en outre que le film a été tourné en partie dans « la jolie villa Faust, appartenant à M. Bourgès », située non loin de la villa Yvonne où séjourne alors Feuillade. Notons au passage que son propriétaire, Arthur Bourgès, était un négociant bordelais dont la fille Marie-Louise était mariée à Édouard Eiffel[17], fils du célèbre ingénieur Gustave Eiffel, par ailleurs commanditaire de la société L. Gaumont et Cie.

Le Vieux chemineau (Feuillade, 1908) – Société des Etablissements Gaumont, Projections Parlantes, juillet 1908.

Via Wikimedia Commons

Le scénario du film a fait l’objet d’un dépôt légal sous le titre Le Chemineau le 23 avril 1908, soit après son tournage.

Scénario du film Le Chemineau (Société des Établissements Gaumont, 23 avril 1908) © Gallica

Dans les livraisons suivantes de L’Avenir d’Arcachon, la projection de ces différents films sera annoncée à plusieurs reprises. Nous n’avons cependant pu repérer les représentations effectives au Royal Cinéma de seulement deux d’entre eux : La Fête des marins les 14 juin, 11 au 14 juillet et 3 et 6 août 1908, et Le Vieux chemineau du 11 au 14 juillet 1908[18].

Il est plus que probable que Feuillade ait tourné dans la ville balnéaire encore quelques autres films non mentionnés par le chroniqueur de L’Avenir d’Arcachon, à l’instar du Furoncle que nous avons évoqué en premier. À la suite immédiate de celui-ci parmi les nouveautés Gaumont du 22 juin 1908, nous avons ainsi par exemple pu reconnaître l’escalier du Casino mauresque sur le photogramme du film Le Rapt.

Le Rapt (Feuillade, 1908) – Société des Etablissements Gaumont, Projections Parlantes, juillet 1908.

Via Wikimedia Commons

Le Rapt, n°1937, 200 m, nouveauté du 22 juin 1908

Deux fiancés font une promenade au large. Des corsaires s’emparent de la jeune fille. Elle est vendue au Sultan. Une bonne odalisque évitera à la captive le séjour au harem en se faisant sa complice pour remettre en mains sûres une lettre qui parviendra au fiancé. Celui-ci évanoui dans sa barque, a été cueilli à la dérive. Avec l’aide d’un de ses amis, il délivre la jeune fille qui réussit à se sauver du palais mauresque, alors que les gardiens sont affolés. La crainte des révolvers est pour eux la première sagesse et les empêche de poursuivre la fugitive.[19]

Le scénario de ce film, daté du 1er juin 1908, a été déposé le 3 juin suivant.

Scénario du film Le Rapt (Société des Établissements Gaumont, 1er-3 juin 1908) © Gallica

Suivant les sources et les éléments film encore à disposition aujourd’hui, dont la rareté et l’état lacunaire peuvent cependant rendre la tâche ardue, une enquête approfondie paraîtrait donc à mener afin de pouvoir identifier toutes les vues arcachonnaises tournées par l’un des réalisateurs les plus importants de la société Gaumont.

 

[1] « Les metteurs en scène autorisés à engager des frais supplémentaires pour tourner en province, avaient le devoir de les compenser en partie en fixant sur pellicule les coutumes ou paysages de la région visitée. » Francis Lacassin, Louis Feuillade, maître des lions et des vampires, Paris, Pierre Bordas et fils, 1995, p. 93.

[2] Par exemple, en 1905, Alice Guy, alors directrice de la production Gaumont, chargée avec son opérateur Anatole Thiberville d’aller tourner des phonoscènes en Espagne, rapporte également de son voyage des vues documentaires de Madrid, Séville ou encore Grenade. Un déplacement organisé l’année suivante au domaine du marquis Folco de Baroncelli-Javon en Camargue, qu’elle effectue en compagnie de Louis Feuillade et de l’opérateur Herbert Blaché, est aussi, parallèlement au tournage de l’adaptation de Mireille de Frédéric Mistral, l’occasion de tourner une course de taureaux à Nîmes.

[3] Voir Clément Cartier et Marcel Oms, « Quand Louis Feuillade cinématographiait à la cité de Carcassonne », Les Cahiers de la Cinémathèque, n°29, hiver 1979, p. 173-176 ; Bernard Bastide, « Aux sources des tournages en décors naturels. L’exemple de Louis Feuillade à la Cité de Carcassonne, en 1908 », 1895, n°55, juin 2008, p. 99-138. 

[4] Gaby de Mérode, « Casino de la Plage », L’Avenir d’Arcachon, n°2886, 29 mars 1908, p. 1.

[5] Voir note 3. D’après Bernard Bastide, « Louis Feuillade et sa troupe séjournèrent à Carcassonne du 4 au 16 février 1908 environ […]. Tout ou partie de la troupe revint dans la cité à la mi-avril de la même année, non seulement pour présenter les trois vues déjà tournées, mais pour en réaliser une quatrième. » Bernard Bastide, « Aux sources des tournages en décors naturels », art. cit., p. 107.

[6] « Louis Feuillade à Yvonne Arnaud. 14 février 1908 », Louis Feuillade. Retour aux sources. Correspondance et archives, édition établie par Alain Carou et Laurent Le Forestier, avec la collaboration de Bernard Bastide, Corine Faugeron, Gilles Venhard, Paris, AFRHC / Gaumont, 2007, p. 34.

[7] Société des Établissements Gaumont, Nouveautés Cinématographiques, 16 mars 1908.

[8] Louis Feuillade. Retour aux sources. Correspondance et archives, op. cit., p. 35.

[9] Une « Mme Feuillade » est déjà répertoriée parmi les pensionnaires de l’Hôtel de France dans les numéros des 11 juin et 2 juillet 1905 de L’Avenir d’Arcachon. Léontine décède prématurément de sa longue maladie en 1911.

[10] Société des Établissements Gaumont, Nouveautés Cinématographiques, 22 juin 1908. Un film au scénario en tous points identique a semble-t-il été produit au même moment chez Pathé sous le titre Un furoncle embarrassant (http://filmographie.fondation-jeromeseydoux-pathe.com/1782-un-furoncle-embarrassant), dont un scénario est conservé à la BnF sous la cote 4-COL-4 (0438). On ne trouve cependant pas de scénario déposé par Gaumont, du moins sous son titre commercial.

[11] Société des Établissements Gaumont, Nouveautés Cinématographiques, 25 mai 1908.

[12] Société des Établissements Gaumont, Nouveautés Cinématographiques, 13 juillet 1908.

[13] Société des Établissements Gaumont, Nouveautés Cinématographiques, 22 juin 1908.

[14] Société des Établissements Gaumont, Nouveautés Cinématographiques, 25 mai 1908.

[15] « Chronique. Arènes Landaises », L’Avenir d’Arcachon, n°2884, 15 mars 1908, p. 2 ; « Courses Landaises », L’Avenir d’Arcachon, n°2886, 29 mars 1908, p. 1.

[16] Société des Établissements Gaumont, Nouveautés Cinématographiques, 18 mai 1908.

[17] Aimé, « Ville d’hiver, visite Ouest n°2, sur les traces de Paul Régnauld », Histoire et Traditions du Bassin d’Arcachon, disponible en ligne sur https://htba.fr/ville-dhiver-visite-ouest-n-2-sur-les-traces-de-paul-regnauld/#faust

[18] « Casino de la Plage », L’Avenir d’Arcachon, n°2897, 14 juin 1908, p. 1 ; n°2901, 12 juillet 1908, p. 2 ; n°2904, 2 août 1908, p. 1.

[19] Société des Établissements Gaumont, Nouveautés Cinématographiques, 22 juin 1908.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.