François et Marie Bénévol : un couple de forains et d’exploitants, à la ville comme aux champs.

Dans le cadre des manifestations en lien avec l’exposition “Ils y viennent tous… au cinéma !”, qui se tient actuellement aux Archives départementales de Gironde, s’est tenue samedi 4 décembre après-midi une conférence sur l’exploitation cinématographique en France dans les années 1910, et notamment le parcours d’un couple d’artistes forains et d’exploitants sédentaires occasionnels en la personne de François et Marie Bénévol.

Cette troupe d’artistes est une habituée des champs de foires. Elle sillonne la France et notamment la Gironde sous différents noms dont celui de Théâtre Bénévol à partir du début des années 1900. Ce théâtre forain propose des attractions en tous genres, dont des projections cinématographiques à partir des années 1904-1906. Leur présence est attestée à Bordeaux depuis le début du 20e siècle, que ce soit lors des foires de printemps ou d’automne sur l’esplanade des Quinconces, ou dans leur salle de cinéma sédentaire, le Ciné-Théâtre du Midi – dont nous verrons que l’existence reste éphémère – dans les années 1910. Le parcours de ce couple, et de cette troupe, de forains est emblématique de ce que peut être le spectacle cinématographique dans ces années-là. De même, s’intéresser à ces trajectoires individuelles, qui constituent bien souvent une foule d’anonymes, apparaît essentiel si l’on souhaite incarner cette histoire qu’est le début du cinéma en France et notamment son institutionnalisation dans le courant des années 1910, à travers la micro-histoire.

L’enjeu de cet article ne sera pas de revenir sur l’histoire de l’exploitation cinématographique en France et son évolution majeure à partir de 1907. Pour cela voir : Guillaume Garçon, La Distribution cinématographique en France (1907-1959). Paris, CNRS Éditions, “Cinéma & audiovisuel”, 2006, 282 p.

Qui sont-ils ?

Il s’agit d’un couple d’artistes forains formés par Marie Henzen, épouse Bénévol et de Francisco Luigi Marie Benevole. Mes recherches sur ce couple m’ont mené tant aux Archives municipales de Reims pour ce qui est de madame qu’aux Archives nationales, aux Archives départementales des Ales-Maritimes et dans la presse pour le cas de monsieur.

On apprend ainsi que Clémence Marie Françoise Henzen, de son nom de jeune fille, est née à Aÿ-Champagne dans le département de la Marne, le 18 décembre 1876. Son père, Conrad Henzen (né en 1849), est employé de commerce tandis que sa mère, Berthe Françoise Corbert (née en 1852), est sans profession.

Acte de naissance de Marie Bénévole, née Henzen (AD Marne)

Elle meurt à l’âge de 82 ans, un 17 novembre 1958 à Reims (Marne). Lors de son décès il est stipulé qu’elle est déjà veuve de monsieur Bénévol, mort quelques vingt ans plus tôt en 1939. L’acte de décès n’a pas permis en revanche d’en savoir plus sur son parcours de vie : la date ni le lieu de mariage des époux, etc.

Pour ce qui est de Francisco Luigi Marie Benevole la tâche fut plus ardue. Son nom complet, que l’on retrouve dans l’acte de décès de sa femme, permet de savoir qu’il est d’origine italienne.

Portrait de F. Bénévol extrait de La France de Bordeaux et du Sud-Ouest (21 novembre 1906)

Cette information a été confirmée grâce à un décret de naturalisation retrouvée aux Archives Nationales, en mai 1927. On y apprend qu’un certain François Bénévol – le nom et prénom ont été françisés – est né le 15 juillet 1865 à Piacenza en Italie (Emilie-Romagne) et qu’il occupe à cette date le métier d’artiste dramatique. On a connaissance par ailleurs de l’adresse de son lieu de résidence en 1927 : Fontaine-sur-Somme (Somme). Un article d’Ernest Laut – paru le 10 juin 1939 dans Le Monde illustré, Miroir du monde – dresse la nécrologie deux artistes prestidigitateur dont François Bénévol, nous apprenant par la même occasion son décès à Nice dans une clinique, le 10 mai 1939 (Etat civil, AD Alpes-Maritimes).

Il est par ailleurs intéressant de constater que dans le cas des archives consultées à Bordeaux, leur lieu de résidence  dans les années 1910 n’est aucunement la Somme mais la commune de Caudéran (22, chemin Détrois, actuelle rue Détrois).

Ce que nous disent ces premiers éléments d’informations sur la vie de ce couple de forains est la grande mobilité géographique de ces individus tout au long de leurs vies, représentative, en quelques sortes, des réalités du métier d’artiste forain, et encore plus pour ce qui est des exploitants nomades.

Des recherches complémentaires m’ont permis de combler certaines lacunes sur la biographie de ce François Bénévole, dont on dresse un portrait dans un article paru dans Rouen Gazette (4 juin 1932) :

« D’origine italienne, – il est né à Piacenza – Bénévol a fait de la France son pays d’adoption […]. Du 1er juillet à la mi-octobre, Bénévol emmène toute sa troupe dans sa propriété [de Fontaine-sur-Somme], et tout le monde se repose. […] Car vous vous doutez bien que si Bénévole travaille encore sept à huit mois de l’année ce n’est point par nécessité. C’est d’abord parce qu’il aime son métier[…] . Il ne renie point ses origines. Son père était lui-même illusionniste et hypnotiseur. Mais il s’opposait à ce que ses enfants suivissent ses traces. Le papa Bénévol […] prétendait en particulier que son garçon de douze ans n’avait aucune disposition pour le métier. Il le plaça, à douze ans, chez un liquoriste… À vingt ans, Bénévol était prestidigitateur et hypnotiseur. Il fut le premier prestidigitateur à travailler les mains et bras gantés. Sa carrière fut prodigieuse. On le vit sur toutes les scènes du monde, devant toutes sortes de publics. Il fut longtemps le propriétaire de l’un des plus beaux théâtres forains de France. Aujourd’hui, Bénévol se contente de fournir quelques tournées de music-hall. »

Enfin, un grand nombre d’articles paru dans la presse française et étrangère de l’Entre-deux-guerres nous laissent entrevoir le succès national, dans l’empire colonial français (Algérie, etc.) et à l’international du prestidigitateur François Bénévol, comme en atteste par exemple cette une du Prestidigitateur :

Portrait de F. Bénévol, paru dans Le Prestidigitateur (n°126, juin 1929)

 

De Bénévol “roi des illusionnistes” au Théâtre Féérique Bénévol

Si l’on s’intéresse maintenant à leur activité, force est de constater que seul la presse nous permet d’avoir un aperçu global de l’évolution de François Bénévol et de l’itinéraire de sa troupe d’artistes forains.

Si nous n’avons pas été mesure de trouver des informations sur ses premières années et sa formation d’artistes, les premières apparitions de François Bénévol dans la presse française semblent dater de 1895. On le retrouve dès cette année-là à Marseille au Palais de Cristal ou encore au Cirque de Dijon. Puis en décembre 1898, on il apparaît en Mayenne, au Théâtre de la commune de Château-Gontier. Il est qualifié par le journal local de « célèbre illusionniste mexicain ». Tous les superlatifs et les origines exotiques – qui peuvent s’expliquer par son costume original et le sombréro qu’il porte – sont bonnes pour attirer le chaland à cette tournée. En juin et novembre 1899, il se produit à deux reprises à Angers au sein de la tournée ambulante du Royal Viograph American ou Royal Vitograph :

« Le professeur Bénévol qui l’année dernière a obtenu un vif succès avec le Royal Viograph American, revient cette année avec d’autres attractions nouvelles qui viennent de faire courir le Tout-Paris en plusieurs établissements. » (Le Petit Courrier, 2 juin 1899).

Autour des années 1900, il semble faire partie de la tournée du Théâtre des Merveilles de l’artiste Louis Vernassier. La presse locale parle de lui en des termes souvent élogieux « le si populaire Bénévole » qui traduisent sans doute une célébrité précoce certaine mais, est autant un argument de promotion commerciale pour faire venir le public à ces spectacles forains. Une chronique locale parue dans La Gazette de Château-Gontier en août 1900 à l’occasion d’une fête religieuse laisse entendre que François Bénévole, en plus de ses talents de prestidigitateur, aurait pris la casquette du bonimenteur avec un certain succès :

« Théâtre des Merveilles. – Cet élégant établissement a composé un programme tout à la fois scientifique, amusant et féérique […] Bénévol, qui ouvre le programme, se surpasse dans des tours de prestidigitation étourdissants […] Faut-il parler du royal vitograph ? – Oui, pour dire que le nombre de vues est considérable, que Bénévol en fait l’explication avec une verve impayable. Son entrain ne se ralentit pas. […] Enfin, la danse des fleurs et du feu, exécutée avec beaucoup de grâce par Mme Vernassier, termine la soirée sur une féérie de lumière. »

Cet exemple montre bien les accointances de François Bénévol pour le cinématographe que l’on retrouvera par la suite au sein du programme de son Théâtre forain.

Cette première période de la vie de notre roi des illusions, et bonimenteur, prend un tournant autour de 1904-1905 puisqu’apparaît pour la première fois la mention du « Théâtre Bénévol » dans différents lieux en France. Et notamment à la foire des Quinconces d’octobre 1904 pour la première fois. Par la suite, le Théâtre Bénévol semble revenir quasiment chaque année aux foires bordelaises jusqu’en 1918, date à laquelle le théâtre forain n’apparaît plus.

 À partir de ces années 1904-1905, François Bénévole n’est plus seulement un artiste au sein d’une troupe de forains liés à un théâtre ambulant mais dirige lui-même sa propre « compagnie » d’artistes au sein d’un théâtre forain. Cet établissement forain apparaît sous différents noms dont celui de Théâtre Féérique Bénévol, notamment à Troyes lors de la foire de mars 1906, où il est, par ailleurs, explicitement mentionné la présence du cinématographe dans le programme ( Le Petit Troyen, 11 et 16 mars 1906). Il est difficile d’avoir une connaissance exacte de la constitution des programmes de ce théâtre, et de la place qu’y tiennent les projections cinématographiques à côté des autres numéros d’attractions.

François Bénévole fait d’ailleurs une (sa première ?) tournée avec sa troupe dans une salle de spectacle à Bordeaux, la salle Franklin qui accueille habituellement des conférences et des concerts de musique, du 22 au 25 novembre 1906 : 

« Bénévol, c’est le nom d’un célèbre médium qui aura l’honneur de faire défiler devant les yeux étonnés de la population bordelaise, les 21, 22, 23, 24 et 25 novembre, à la salle Franklin, rue Vauban, une série de manifestations étranges puisée dans le domaine des sciences occultes. Il montrera les diverses phases de cette science mystérieuse et encore, que l’on appelle le spiritisme […]. Également, et pour relever l’éclat de ces représentations uniques et sans pareilles, paraîtra : The Excelsior Impérial Bioscope, le nec plus ultra de la cinématographie, le chef-d’œuvre des appareils de ce genre accompagné d’une collection unique au monde, 220 000 mètres de films dont 90 000 en couleurs. » (La France de Bordeaux et du Sud-Ouest, 22 novembre 1906)

L’année 1907-1908 – année du “coup” Pathé et du passage de la vente à la location des films – ne semble pas avoir de conséquences directes sur son activité d’exploitant forain, du fait peut-être que son activité ne repose pas uniquement sur le cinématographe. Il poursuit ses tournées itinérantes en France – lors de foires, fêtes religieuses et dans des salles de spectacles type music-hall – au programme desquelles on trouve de numéros de spiritisme, des projections cinématographiques et d’autres attractions. 

Théâtre Féérique Bénévol en tournée en Bretagne, ca. 1910 (AD Finistère)

Il tourne notamment en Gironde, dans les foires et des salles de spectacle (Arcachon, Pessac, Bègles, etc.) :

  • Foire d’octobre 1911, à Bordeaux : « Le Théâtre-Salon Bénévol, qui vient de remporter un succès éclatant en Espagne, en Italie et dans tout le nord de la France, nous est revenu pour notre kermesse bordelaise » (La Petite Gironde, 7 octobre 1911).
  • Foire d’octobre 1913), à Bordeaux : « Théâtre-Salon Bénévol. Il y avait foule dimanche au théâtre féérique Bénévol. D’abord on applaudit Bénévol, le plus fort médium qui déconcerte, stupéfie, affole les spectateurs. Ensuite vint le commandeur Tarantine, l’Illusionniste mondain ; Félipe, le danseur espagnol ; la célèbre voyante Albertiny ; Jack et miss Mary, les artistes énigmes du Palais de Cristal de Londres, etc. Le Cinéma Pathé, comme toujours, fait l’admiration des spectateurs qui applaudissent les superbes vues présentées». (La Gironde, 21 octobre 1913).

La présence de projections cinématographiques dans le programme n’est pas toujours attestée. Il est donc difficile de savoir si le cinéma tient une place régulière ou occasionnelle selon les lieux de la tournée. Cette programmation ressemble sur bien des aspects à celle de certaines baraques foraines et music-halls : il s’agit d’un spectacle de plusieurs heures qui propose une suite de numéros aux attractions aussi diverses que variées, et au sein duquel le cinéma apparaît au mieux comme un numéro à part entière, au pire comme un intermède entre deux attractions. Il diverge en cela grandement du cinéma en salle qui a gagné en autonomie par rapport aux autres formes de spectacles et se suffit désormais à lui-même, avec le programme de films.

Il poursuit ses tournées pendant la guerre dans des cinémas et des salles de spectacles :

  • À Saint-Médard-en-Jalles, en septembre 1915, dans la salle Gaillard, pour un spectacle patriotique pour les blessés militaires avec Bénévole qui se produit aux côtés d’autres artistes issus du music-hall.
  • À Bordeaux, en septembre 1915, dans les cinémas : « Bénévol. Continuant sa tournée dans les cinémas de notre ville, Bénévol donnera, samedi en soirée, dimanche en matinée et soirée, trois séances extraordinaires avec toute sa troupe au Ciné-Théâtre Simiot. Une partie de concert sera donnée également à ces trois séances. » (La Gironde, 25 septembre 1915).

Et à la foire de Bordeaux, de mars 1915 à du moins à mars 1918 :

  • Mars 1917 : « Théâtre Bénévol. Mercredi soirée de gala avec le concours de toute la troupe et Bénévol dans ses dernières créations. En intermède la brûlante actualité de l’arrivée de l’Orléans à Bordeaux. » (La Gironde, 21 mars 1917).

Si la déclaration de guerre en août 1914 entraîne l’annulation des foires d’octobre 1914 et de mars 1915, l’activité des forains reprend à peine un an après le début du conflit. Cependant, la guerre constitue un tournant quant à la présence du cinéma sur les champs de foire. Le cinéma forain dégringole au point d’être absent des foires à partir de 1916-17. Cette tendance générale se retrouve dans l’activité foraine de François Bénévol : ce dernier poursuit ses tournées en France, que ce soit sur les champs de foire ou dans des salles de spectacles et cinémas, avec un abandon progressif du cinéma dans sa programmation, où ce dernier en est réduit à n’être qu’un intermède avec les actualités de guerre.

Une activité aux marges ? Le Ciné-Théâtre du Midi de Mme Bénévole

Outre l’activité d’exploitant forain et d’artiste prestidigitateur de François Bénévol, sa femme, Marie Bénévole, ouvre au cours de l’année 1911 un cinéma sédentaire à Bordeaux au 9 ou 7-8, rue de la Gare.

Bien que cette salle de cinéma apparaisse aux marges de l’activité foraine de François Bénévol, elle met en lumière un phénomène assez intéressant pour la période, à savoir : l’ouverture d’une salle de cinéma sédentaire par un entrepreneur forain, et plus précisément sa femme. À travers l’exemple du Ciné-Théâtre du Midi, il nous est possible de saisir le processus d’ouverture d’une salle de cinéma sédentaire. Généralement cela commence par une lettre du/de la futur-e exploitant-e à la Mairie. Marie Bénévol s’empare de sa plume pour demander au maire de Bordeaux dans une lettre datée du 20 décembre 1910, l’autorisation d’ouvrir une salle de spectacle cinématographique qui pourrait être en activité dès le jeudi 29 décembre 1910. Or, Marie Bénévol ne se doute pas qu’une ouverture de salle ne peut pas se faire si rapidement, malgré son souhait de voir sa salle fonctionner dès fin décembre. Ce genre d’affaire nécessite de respecter un certain nombre de procédures préalables à cette ouverture. Cette lettre envoyée à la Mairie enclenche en réalité tout un processus qui se caractérise par plusieurs étapes.

Un rapport de police, du 6 janvier 1911, dans lequel le commissaire renseigne un certain nombre d’éléments sur l’individu qui veut ouvrir un cinéma : nom, âge, date et lieu de naissance, adresse, situation maritale, etc. On y apprend également force de détails sur l’installation du cinématographe dans le local, rue de la Gare à Bordeaux, dénommé « Théâtre du Midi ». Notamment que ce local se situe « dans une salle du 1er étage mesurant 20 mètres de long, 9 de large et 6 de hauteur » ; que « l’énergie électrique nécessaire à l’installation » serait fournie par une société bordelaise – de l’importance de l’électricité comme ressource énergétique pour alimenter un cinéma – ; et enfin que Marie Bénévol souhaite « y donner des séances les jeudis, vendredis, samedis, dimanches et fêtes en soirée, et les jeudis, dimanches et fêtes en matinée ». Dans ce rapport le commissaire ne voit pas d’inconvénient à ce que Marie Bénévole exploite un cinéma à cette adresse.

Vient ensuite le rapport de l’ingénieur en chef de la Mairie, le 7 janvier 1911. Il s’agit généralement d’un compte-rendu qui fait suite à la visite effectuée par la Commission d’hygiène et de sécurité des théâtres de la ville. Pour le cas du cinéma de Marie Bénévole il signale que l’installation n’est pas prête. L’autorisation d’ouverture ne peut donc pas être accordée par la Mairie en l’état. Cette visite de l’ingénieur semble faire suite à la volonté de Marie Bénévole de vouloir faire l’inauguration de son établissement le 7 janvier si l’on s’en tient au carton d’invitation retrouvé dans les Archives Municipales de Bordeaux-Métropole :

Carton d’invitation à l’inauguration du Cinéma Pathé du Théâtre du Midi, 7 janvier 1911 (AM Bordeaux-Métropole)

Cela traduit très certainement une certaine impatience de la part de Marie Bénévole qui souhaite ouvrir au plus vite son cinéma mais qui doit composer avec le protocole de la municipalité.

Un deuxième rapport de l’ingénieur en chef a lieu quelque jours plus tard, le 12 janvier 1911, dans lequel il donne son accord. Le processus d’installation prend fin par un arrêté municipal du 13 janvier 1911 qui accorde l’autorisation à Mme Bénévol de « donner des séances cinématographiques dans une salle située rue de la Gare, 9, et dénommée Théâtre du Midi ». Des précisions sont apportées quant aux réglementations à respecter pour l’exploitante qui concernent la sécurité, ainsi que la présence obligatoire d’un gardien de la paix rétribué pour assurer le maintien de l’ordre et l’obligation de s’acquitter du droit des pauvres et les auteurs.

Suite à l’autorisation accordée par la Mairie, Marie Bénévole souhaite dans un second temps modifier le contenu de son programme. Elle envoie une lettre manuscrite, le 31 janvier 1911, à ce sujet :

« Il y a 3 semaines, vous avez bien voulu m’autoriser à exploiter un spectacle de cinéma que j’ai monté à Bordeaux, n°7-8 rue de la Gare. J’ai été bien déçue dans mes espérances de réussite ; mes frais surpassent de beaucoup mes bénéfices. À cet effet, j’ai l’honneur de vous prier de vouloir me permettre d’ajouter à mon spectacle de cinéma quelques attractions telles que : prestidigitation, jonglerie, chants et danses afin de corser mon programme […]. Mme Henzen, épouse Bénévol » (AM Bordeaux Métropole)

 Cette situation montre bien que si le cinéma reste une activité lucrative, on ne s’invente pas si facilement exploitant de salle sédentaire, comme on le ferait dans les foires avec un cinéma ambulant. C’est une activité qui s’est grandement professionnalisée au cours des années 1910. Certains exploitants à l’image Marie Bénévole ne sont pas à l’abris de mauvaises surprises comme c’est le cas avec le Ciné-Théâtre du Midi dont les bénéfices semblent être en deçà des attentes de départ par rapport aux capitaux investis dans cette affaire.

Là encore, cette affaire entraîne la rédaction d’un rapport police, le 9 février, à propos de la demande de Marie Bénévole. Le commissaire n’y voit aucun inconvénient à condition que les bonnes mœurs soient respectées. Il est intéressant de voir que les attractions proposées par cette dernière font écho avec celles qui sont probablement déjà en place dans le théâtre forain de son mari : de-là à dire qu’il s’agit des mêmes artistes qui se produisent dans ces deux établissements, l’hypothèse est posée, malgré l’absence de sources qui permettraient de formuler une telle affirmation.

La décision finale du Maire est rendue dans un arrêté municipal du 18 février 1911 autorisant Marie Bénévol à donner des séances de projections cinématographiques avec des attractions. Là encore des précisions sont données quant à la réglementation à respecter, notamment du fait de la présence d’artistes sur scène (fin du spectacle et fermeture de l’établissement  à minuit, interdiction de nourrir ou d’héberger les artistes dans son établissement, pas de contact autorisé entre les artistes et le public, un double du programme complet et des affiches devront être adressés au Maire au moins 24 heures avant ladite représentation, etc).

 

En conclusion

Le cas de ce cinéma est intéressant à plus d’un titre. D’une part, il permet de mettre en lumière la procédure d’installation d’un cinéma dédié en ville et le grand pouvoir des maires à cette époque en termes de réglementation et de contrôle de cette activité commerciale. D’autre part, il met en avant le fait que l’exploitation cinématographique pouvait être une affaire de femme, bien avant la Première Guerre mondiale. Plus généralement, cette salle de cinéma illustre parfaitement le phénomène de sédentarisation des projections cinématographiques dans les années 1910. Même si l’existence de cette salle fut éphémère, son ouverture par ce couple d’artistes forains montre bien l’intérêt suscité par ce nouveau spectacle sédentaire et les opportunités financières offertes par une telle installation.

 


1 réflexion sur « François et Marie Bénévol : un couple de forains et d’exploitants, à la ville comme aux champs. »

  1. Ping : Parutions récentes – La science en mouvement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.