Retour sur la conférence “Le Cinéma : un témoin de l’histoire” à l’Eden-Cinéma de Monségur (Gironde)

Dimanche 6 février, l’Eden-Cinéma, à Monségur, organisait une conférence  autour de “Le Cinéma : un témoin de l’histoire” en lien avec l’exposition qui se tient actuellement aux Archives départementales de Gironde “Ils y viennent tous… au cinéma !”

Une première partie s’intéressait à l’exploitation cinématographique en France et en Gironde dans les années 1910.  Cette présentation a été l’occasion de revenir sur le phénomène d’apparition des premières salles de cinéma sédentaires. Phénomène qui se produit dans un contexte général de bouleversement des stratégies commerciales et industrielles du cinéma et du secteur de l’exploitation, avec notamment le passage de la vente à la location des films.

À ce propos, le cas de la Gironde est tout à fait représentatif des évolutions constatées dans l’industrie du film à cette époque, à savoir la coexistence de deux systèmes d’exploitation concurrents, entre d’un côté la salle sédentaire et la location des films dans les centres urbains, et de l’autre, la persistance du cinéma forain itinérant qui repose sur la vente des bobines, jusqu’à la Première Guerre mondiale.

La seconde intervention de Marie-claude Jeanne était consacrée à l’histoire de l’Eden-Cinéma qui commence en 1928 avec la famille Usureau, propriétaire de la salle jusqu’au début des années 1980. Au départ, simple salle de cinéma avec buvette et dancing, elle connaît une première rénovation dans les années 1950 (façade actuelle), puis une seconde dans dans les années 1990, suite à sa reprise par l’association OMCL (Office Monségurais de la Culture et des Loisirs) au début des années 1980.

Le village de Monségur a également connu son heure de gloire au cinéma, puisqu’il a accueilli en 1984 le tournage “du film Signé… Charlotte” de Catherine Huppert, avec sa soeur Isabelle Huppert, Niels Arestrup, François Berléand et Jean-Michel Ribes. Un tel événement a d’ailleurs fait la une des chroniques de la presse locale, dont certains épisodes sont encore dans les mémoires des habitants :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.