Jeanne Doré (Louis Mercanton, 1915)

Le 5 avril dernier à la Cinémathèque française, deux séances du cycle « Fenêtre sur les collections » ont été consacrées à la société de production Éclipse (voir billet du 8 avril). Le deuxième film projeté lors de cette soirée était Jeanne Doré, réalisé par Louis Mercanton en 1915.

Résumé du film

À cause de son addiction aux jeux, Robert Doré, endetté, se suicide, laissant une femme, Jeanne, et un fils, Jacques. Malgré le dévouement de sa mère, Jacques, devenu adulte, est aveuglé par l’amour et commet un crime pour satisfaire la femme mariée qu’il fréquente.

 

NAISSANCE DU PROJET

Il s’agit d’une adaptation de la pièce du même nom de Tristan Bernard, qu’il a écrite spécialement pour la grande artiste de théâtre Sarah Bernhardt, à la demande de la comédienne : « Mme Sarah Bernhardt m’ayant fait l’honneur de me demander une pièce, j’ai cherché un sujet parmi quelques nouvelles que j’avais écrites jadis avec des sujets de pièces, en attendant que l’occasion ou une maturité plus active me permissent d’en faire des comédies ou des tragédies », raconte-t-il à un journaliste du Figaro [1]. La pièce est en effet tirée de la nouvelle « La Dernière Visite » de son recueil Amants et Voleurs paru aux éditions Fasquelle en 1905 [2]. Auteur de pièces comiques, Tristan Bernard s’essaye au drame avec Jeanne Doré [3], même si la pièce contient aussi des passages de comédie, qui ont cependant été supprimés dans l’adaptation cinématographique.

Continuer la lecture

Maud cambrioleur (René Hervil, Éclipse, 1915)

Le 5 avril dernier à la Cinémathèque française, deux séances du cycle « Fenêtre sur les collections » ont été consacrées à la société de production Éclipse (voir billet du 8 avril). Le premier film projeté lors de cette soirée a été Maud cambrioleur, réalisé par René Hervil en 1915.

LES SÉRIES COMIQUES FRANÇAISES ET LA SÉRIE MAUD

À la suite de ses consœurs Pathé et Gaumont, qui ont inauguré le genre avec des personnages comme Boireau, Dranem, Rigadin ou Max pour la première, et Roméo, Calino ou Bébé pour la deuxième, Éclipse se lance dans la production de séries comiques au début de l’année 1910, d’abord avec le personnage de Cri-Cri interprété par Paul Bertho, puis suivent Arthème, Godasse ou encore Polycarpe pour les plus connus.

La série Maud constitue l’une des rares séries comiques de l’époque à mettre en scène un personnage principal féminin. Continuer la lecture

Bouclette #01 – Au scénario : Marcel L’Herbier vs. Louis Mercanton et René Hervil (2/2)

L’AFFAIRE « BOUCLETTE »

Le scénario que compose Marcel L’Herbier pour le compte d’Éclipse, et plus particulièrement des réalisateurs Louis Mercanton et René Hervil, et qu’il intitule L’Ange de minuit, raconte l’histoire d’une jeune ouvrière pauvre prénommée Bouclette (Gaby Deslys) qui mène une vie de misère, mais qui, le soir du réveillon de Noël, se trouve recueillie par le renommé mime Bernin (Gabriel Signoret), dépensier et charitable envers les enfants nécessiteux, qui tombe amoureux d’elle. Ils sont tous deux confrontés à un homme vil et cupide, Jacob Brulard (Max Maxudian), tour à tour homme d’affaires, avocat et policier, qui leur réclame l’acquittement de leurs dettes respectives, les poursuit et cherche à se venger d’eux. Bernin fait de Bouclette une artiste et une vedette, au détriment de sa propre carrière. Cependant, Bouclette, prise par le succès, délaisse son bienfaiteur, et finit même par s’enfuir avec un autre homme (Grey Stanton interprété par Harry Pilcer), tandis que Bernin est victime d’une attaque cérébrale. Consciente de son erreur, Bouclette revient à lui et ils se réconcilient [1].

Marcel L’Herbier relate dans son autobiographie qu’une fois le film terminé, il est convié à une projection privée organisée spécialement pour lui. Il découvre alors que le titre de son œuvre a été modifié sans qu’il en ait été averti : L’Ange de minuit est devenu Bouclette, « sans doute pour mieux honorer les gracieuses frisures de Gaby Deslys. Mais l’ensemble aussi me défrisait », commente-t-il [2]. Continuer la lecture

Bouclette #01 – Au scénario : Marcel L’Herbier vs. Louis Mercanton et René Hervil (1/2)

Alors que débutaient mes investigations sur la société cinématographique Éclipse en mars dernier, au même moment, la Cinémathèque française était contactée pour la production d’un documentaire en préparation sur les nuits parisiennes de l’entre-deux-guerres, au sujet de la copie qu’elle conserve d’un film intitulé Bouclette, mettant en scène la triomphale artiste de music-hall Gaby Deslys.

Les collections de la Cinémathèque française renferment en effet un trésor rare : un court fragment de ce film Bouclette, dont aucun autre élément ne semble avoir subsisté à ce jour, à ma connaissance, ou, s’il existe, n’a pas été identifié et dort encore quelque part en attendant d’être découvert un jour. Continuer la lecture

La fondation et l’installation de la société Éclipse

Mes recherches sur la firme Éclipse m’ont d’abord tout naturellement amenée à explorer les traces de sa fondation. Où et par qui est-elle constituée, et par qui est-elle financée ?

Sur la création de la société, outre le mémoire de Youen Bernard, cité dans mon précédent billet, je renvoie par ailleurs à la notice qui lui est consacrée dans l’« Annuaire du commerce et de l’industrie cinématographiques (France-1913) » établi par Thierry Lefebvre et Laurent Mannoni dans le numéro hors-série « L’année 1913 en France » de la revue 1895 (1993), disponible en ligne.

L’enregistrement de la société a été effectué auprès du Tribunal de commerce de la Seine en septembre 1906, par le dépôt de ses statuts, de la déclaration de souscription et de versement avec la liste de ses actionnaires et des procès-verbaux des deux Assemblées générales constitutives – documents conservés aux Archives de Paris, dans le fonds du Tribunal de commerce de la Seine [1].

À la fondation de la société, deux hommes : George Henri Rogers et Paul Joseph Roux, dont je sais peu de choses pour le moment et sur lesquels les recherches doivent encore être approfondies. Continuer la lecture

Éclipse, la face cachée de l’histoire du cinéma

Le mois dernier, commençait mon aventure au sein d’un ancien fort militaire, devenu aujourd’hui l’antre des collections films de la Cinémathèque française…

Le Fort de Saint-Cyr © Lionel Allorge / Wikimedia Commons

Ma mission : mener des recherches sur les films de la période 1908-1919 quelque peu oubliés, voire jamais identifiés. Et pour ce faire, explorer les collections des différentes institutions partenaires du projet ANR CINÉ08-19, avec l’aide des accueillants et bienveillants propriétaires des lieux.

De rapides investigations m’ont amenée à centrer mes recherches sur une société de production et de distribution française en particulier : Éclipse. Continuer la lecture